QUITTER LE SITE

Plans de sécurité

  • Les plans de sécurité personnels aident les survivantes à déterminer et à atténuer les risques de violences futures et à formuler des stratégies pour renforcer leur sécurité (et celle de leurs enfants). Ils peuvent être élaborés par la femme avec l’appui de la police, de défenseurs des survivantes, de membres du personnel des foyers d’accueil, de conseillers ou d’autres prestataires de services (UNODC, 2010).

  • Les plans doivent se focaliser sur le repérage et l’atténuation des risques et peuvent inclure des appuis et des réponses multiorganisations (police, conseillers, tribunaux, agents de supervision de la liberté sous caution et prestataires de soins de santé). Leur établissement exige l’analyse systématique de tous les faits qui influent positivement et négativement sur la sécurité de l’intéressée, de manière à les adapter aux spécificités de la situation et des besoins de celle-ci.

  • Il est essentiel que les personnels de la police et les autres spécialistes aident la femme à risque à établir elle-même un plan réaliste et réalisable, en facilitant le processus mais sans le faire à sa place; la formulation du plan avec elle et par elle la place au centre de ce processus et lui permet de « s’approprier » les stratégies et les actions retenues. 

  • Parmi les points auxquels il faut songer lors de l’établissement du plan de sécurité figurent :

    • Un plan prévisionnel pour faire face à différentes situations y inclus les crises;

    • Les différentes options qui peuvent être disponibles (partir, où se loger, à qui demander de l’aide);

    • Une liste de numéros de téléphone importants et d’urgence (commissariat de police local ou unité de police spécialisée dans la violence domestique, foyer d’accueil ou autre organisation pour survivantes, médecin, aide d’urgence ou personne de confiance); 

    • Apprendre aux enfants à appeler les numéros de téléphone d’urgence et ce qu’il faut dire (nom et prénom, adresse et numéro de téléphone);

    • Savoir qui sont les voisin(e)s qui peuvent être contacté(e)s en cas d’urgence, les informer de la situation et leur demander d’appeler la police s’ils entendent du bruit indiquant une agression;

    • Prévoir un plan de fuite possible et procéder à des « exercices » pour s’assurer que la femme et ses enfants/autres personnes à charge pourront s’enfuir en cas d’urgence;

    • Préparer un sac d’urgence pour elle et ses enfants et le cacher en lieu sûr (chez des voisin(e)s ou des ami(e)s, par exemple), en évitant les amis communs ou la famille où l’auteur des mauvais traitements risquerait de le trouver. Ce sac d’urgence devrait contenir :

      • Les documents essentiels tels que les papiers d’identité (passeports, certificats de naissance, cartes d’assurances, etc.), les documents relatifs au logement (ex.: contrat de bail ou de location, titre de propriété), les cartes de sécurité/assurance sociale;

      • Les clés du logement, de la voiture ou du bureau;

      • Les adresses/numéros de téléphone de personnes importantes à contacter;

      • De l’argent, des livrets bancaires et des cartes de crédit;

      • Des médicaments ou des ordonnances;

      • Des bijoux (pouvant être vendus en cas de besoin);

      • Des vêtements et des objets de première nécessité pour elle et ses enfants;

      • Des photos, journaux intimes, jouets ou petits objets à valeur sentimentale.

    • Disposer en tous temps d’un peu d’argent, y inclus de petite monnaie pour le téléphone et les moyens de transport;

    • Savoir où se trouve le téléphone le plus proche ou avoir un portable facilement accessible;

    • Être préparée à quitter la maison/l’appartement en cas d’urgence;

    • Si possible, partir avec les enfants car il pourra être plus difficile d’avoir accès à eux plus tard;

    • En cas de confrontation imminente, se rendre dans un endroit à moindre risque, par exemple dans une pièce dont on peut sortir facilement ou, mieux, à l’extérieur et à portée d’un téléphone. Lieux à éviter : la cuisine et le garage, où il y a des couteaux ou des outils pouvant servir d’armes, les pièces à une seule issue, salle de bain, placards ou autres lieux où la femme peut être prise au piège.

Adapté d’après : Barron, Jackie for Women’s Aid UK. 2009. The Survivor’s Handbook [Manuel de la survivante]. Women’s Aid UK. Londres.

 

Outils clés

Responding to Domestic Violence: A Handbook for the Uganda Police Force [Réponse à la violence domestique : Manuel à l’intention de la Force de police de l’Ouganda] (Turyasingura for Center for Domestic Violence Prevention CEDOVIP, 2007). Ce manuel contient des informations générales sur le problème de la violence domestique en tant que violation des droits de la personne et donne des conseils sur la façon d’interroger les victimes de la violence domestique, y inclus les enfants témoins et eux-mêmes victimes, et les auteurs des actes de violence domestique. Disponible en anglais.

The Survivor’s Handbook [Manuel de la survivante] (Women’s Aid UK, 2005). Ce manuel donne des informations pratiques aux femmes qui subissent des violences domestiques et des conseils simples sur tout ce qu’elles peuvent faire pour demander de l’aide. Disponible en anglais

Domestic Violence Safety Plan [Plan de sécurité face à la violence domestique] (American Bar Association). Cette brochure est destinée aux survivantes de la violence domestique et à leurs défenseurs aux États-Unis. Elle explique les mesures que les survivantes peuvent prendre pour renforcer leur sécurité chez elles, au travail et dans d’autres lieux publics, au tribunal et pour leurs enfants; elle indique les dispositions que les tribunaux peuvent prendre pour les protéger et donne les informations sur une ligne téléphonique d’urgence de niveau national pour les victimes de violence domestique. Disponible en anglais, chinois, japonais, coréen, espagnol et vietnamien; 2 pages.

Safety Planning [Planification de la sécurité] (CADA). Cette page du site Web du CADA contient des indications et une check-liste pour la planification de la sécurité, dans le contexte des États-Unis. Disponible en anglais.

Safety Planning (Rape, Abuse and Incest National Network) [Planification de la sécurité. Réseau national contre le viol, les violences et l’inceste]. Cette page du site Web du RAINN donne des conseils et contient des liens vers des ressources pour réduire les risques de violence et d’agression sexuelle, ces conseils étant adaptés à la situation des femmes en milieu rural, en milieu urbain et sur les campus universitaires, dans le contexte des États-Unis. Disponible en anglais.

Safety Plan (North Carolina Coalition Against Domestic Violence) [Plan de sécurité (Coalition de la Caroline du Nord contre la violence domestique)]. Cette page du site Web de la NCCADV, et donc faisant référence au contexte des États-Unis, donne des conseils aux femmes se trouvant dans une relation de violence pour les aider à examiner leurs options et contient une check-liste pour l’établissement d’un plan de sécurité. Disponible en anglais.

Model Protocol on Safety Planning for Domestic Violence Victims with Disabilities [Protocole type sur la planification de la sécurité pour les victimes de violence domestique porteuse de handicap] (Washington State Coalition Against Domestic Violence, 2003). Cette ressource est destinée aux organismes spécialisés dans le domaine de la violence domestique. Le protocole et les recommandations de politiques visent à améliorer les services de planification de la sécurité offerts par ces organismes aux personnes handicapées et à permettre à celles-ci de participer à la planification, tout en tenant compte des divers défis environnementaux et sociaux auxquels elles font face. On y trouve des conseils sur la planification de la sécurité en situation de crise ainsi qu’à long terme, compte tenu de différents handicaps, de même que sur les moyens d’accroître la sécurité. Disponible en anglais.

 Sujet précédent Gestion des risques