Secteur de la sécurité
Related Tools

Analyse des parties prenantes

Dernière modification: December 30, 2011

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

À partir d’une liste des parties prenantes, on peut établir une carte des relations qui existent entre les différents acteurs intéressés par le problème (relations entre les survivantes of violence et différentes organisations). La carte des relations peut mettre en évidence quels sont les acteurs concernés ainsi que la qualité des relations (fortes, faibles, absentes), par exemple, en se servant de différents types de lignes et en faisant varier la distance entre les parties.

 

 

La cartographie des rôles et responsabilités des parties prenantes peut permettre de repérer les points d’entrée et les partenariats favorables aux interventions, par exemple en renforçant les actions de la police en faveur des survivantes en œuvrant avec des réseaux disposant de points focaux pour la violence sexiste au sein des unités de police. 

Exemple : Exercice de cartographie des prestataires de services et appuis disponibles pour les survivantes dans le district d’Eruten (Ouganda)

Sous-district

Appui psychosocial

Contacts médicaux établissements de santé les plus proches

Prévention et orientation/aiguillage

Mesures préventives de sûreté/ sécurité/

Aide juridique

 

Aromo

Canadian Physicians Aid and Relief (CPAR)

Canadian Physicians Aid and Relief (CPAR) examen médical et traitement des survivantes

PNUD/Ministry of Gender Labour and Social Development (MoGLSD) /Lira Women Peace Initiative (LWPI) (sensibilisation, information, éducation et communication, dialogues et théâtre)

Force de police de l’Ouganda (un poste  disponible)

Women and Children’s Crisis Centre (WCC) (aide et conseils juridiques), War Child Holland  (Projet rés. 1612 financé par l’UNICEF pour les survivantes de moins de 18 ans), Bureaux de la Commission ougandaise des droits de l’homme, Facilitation for Peace and Development (FAPAD)

 

Facilitation for Peace and Development, Northern Uganda Malaria Aids and Tuberculosis programme

NUMAT, LWPI

Northern Uganda Malaria Aids and Tuberculosis programme (NUMAT) (sensibilisation, dialogues, débats, camps de jeunes, information, éducation et communication/communication pour le changement comportemental, orientations)

 

 

Lira MC

Facilitation for Peace and Development,

Pentecostal Assemblies of God, Lira Regional Referral Hospital-  examen médical et traitement des survivantes, Marie Stoppes

Lira Rural Women & Children Development Initiative Shelter      (LIRWOCDI) (hébergement, soins et protection intérimaires, conseils psychosoicaux et sensibilisation communautaire à la prévention de la violence)

Prévention du crime, mobilisation et sensibilisation communautaires de Lira

WCC (aide et conseils juridiques), War Child Holland  (Projet rés. 1612 financé par l’UNICEF),  Bureaux de la Commission ougandaise des droits de l’homme, FAPAD

 

Barr

Facilitation for Peace and Development, War Child Holland – Jeux créatifs et sports

 

Plan de développement national (NDP/MoGLSD/ LWPI (sensibilisation, Information, éducation, communications,  développement, dialogues et théâtre), NUMAT

 

 

 

Lira S/C

LIRWOCDI, appui psychosocial et autonomie fonctionnelle, CCF

Joint Clinical Research Centre/ Lira Regional Referral Hospital, Marie Stoppes

NDP /MoGLSD/ LWPI  (prévention par  sensibilisation, Information, éducation, communications,  développement, dialogues et théâtre), NUMAT

 LIRWOCDI protection et soins intérimaires

WCC ( aide et conseils juridiques), War Child Holland    (Projet rés. 1612 ),  Bureaux de la Commission ougandaise des droits de l’homme , FAPAD

 

Source : Kimetrica (2008) pour “Supporting Women’s Engagement in Peace Building and Preventing Sexual Violence: Community Led Approaches” [Appui à l’engagement des femmes pour la consolidation de la paix et la prévention de la violence sexuelle : approches communautaires] (DFID/UNIFEM, 2008-2010)

 

Exemple : Cartographie des acteurs et activités concernant le genre et la réforme du secteur de la sécurité au Libéria    

Dans le cadre d’un programme en cours et en réponse aux demandes locales de compléments d’information sur le genre et la réforme du secteur de la sécurité en Afrique de l’Ouest, le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées a commandité une cartographie des acteurs dans le domaine du genre et de la réforme du secteur de la sécurité au Libéria ainsi que de leurs activités. L’étude vise à obtenir des informations complémentaires sur la question, à renforcer le partage de l’information et la coordination entre les acteurs et pourrait aider à surveiller les progrès de la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies . Cette cartographie est doublée d’une étude régionale de la police, du secteur de la défense, de la justice, des services correctionnels et du genre dans la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest qui, avec elle, servira à formuler les futurs programmes relatifs au genre et à la réforme du secteur de la sécurité dans la région. Mené à la fin 2010 par des recherches documentaires et des enquêtes auprès de 35 points focaux chargés de la sécurité, l’examen a été suivi d’un atelier participatif ayant pour objet de présenter et de valider les conclusions et de formuler des recommandations pour les programmes à venir dans ce secteur. L’étude donne une description générale des institutions, des acteurs et des programmes en cours au Libéria dans le domaine du genre (notamment de la violence à l’égard des femmes) et de la réforme du secteur de la sécurité; elle souligne les objectifs des programmes ou leurs domaines de travail, les leçons à retenir, les défis au stade de la mise en œuvre et les liens avec les autres institutions et acteurs. Les recommandations, qui portent, entre autres, sur les questions de formation, de politiques et de programmes, sont les suivantes :

  • Formation renforcée aux questions de genre pour tous les organismes de sécurité, y inclus les entreprises de sécurité privées.

  • Accroissement des possibilités de renforcement des capacités et de formation pour les recrues femmes.

  • Considération d’une académie de formation unique pour toutes les institutions de sécurité et élaboration d’un module de formation unique sur le genre, adapté au contexte, pour ces institutions.

  • Formations conjointes, partage de l’information et coordination accrus entre les acteurs, notamment partenariats plus nombreux entre les acteurs du secteur de la sécurité.

  • Établissement d’un département Genre et consolidation de la paix à l’université du Libéria.

  • Apports d’experts sur les questions de genre pour l’élaboration d’une politique des Forces armées libériennes dans ce domaine.

  • Amplification du rôle de la société civile, notamment des groupes et réseaux de femmes, et inclusion de ces groupes dans les efforts de consolidation de la paix ainsi que dans les programmes sur le genre et la sécurité.

  • Accroissement de la visibilité des initiatives genre dans le secteur au moyen, entre autres de bulletins d’information.

  • Élaboration de mécanismes permettant au ministère du Genre et du Développement de mieux suivre et évaluer la mise en œuvre des politiques et programmes officiels relatifs au genre.

  • Augmentation des financements pour le renforcement des capacités et la mise en œuvre de programmes sensibles aux sexospécificités.

  • Établissement de sections/points focaux des droits de la personne dans les institutions de sécurité, avec une place accrue réservée aux formations dispensées par la Commission nationale indépendante des droits de l’homme.

  • Organisation d’une journée nationale Genre et RSS pour sensibiliser le public et favoriser le débat.

  • Renforcement de la capacité de supervision des questions de genre et du secteur de la sécurité par la législature nationale pour améliorer la supervision civile des forces armées et autres forces de sécurité.

  • Examen de toute la législation relative aux organisations et initiatives de sécurité pour accroître l’efficacité, la coordination et la sensibilité au genre de celle-ci.

  • Recherches supplémentaires sur le rôle des compagnies de sécurité privées pour réviser et resserrer les règlements régissant leurs activités.

  • Élaboration de mécanismes pour accroître la participation des femmes aux conseils de sécurité de comté et de district.

  • Tenir compte du vieillissement dans l’élaboration de politiques, notamment sur les systèmes de pensions et de retraite.

  • Examen des relations et des rôles familiaux et de leurs impacts sur les incitatifs encourageant les femmes à participer au secteur de la sécurité, par une évaluation des pratiques communautaires et familiales.

Adapté d’après : Griffiths, C. for DCAF. 2011. Mapping Study on Gender and Security Sector Reform Actors and Activities in Liberia. DCAF. Genève. [Étude cartographique sur le genre et les acteurs et activités de la réforme du secteur de la sécurité au Libéria]