Abri
Related Tools

Conseils et soutien social (services d’hébergement et d’orientation)

Dernière modification: September 14, 2012

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

Des consultations individuelles offertes aux femmes dans les foyers d’accueil peuvent renforcer leur capacité de persévérence (c’est-à-dire les résultats liés au respect de soi et à la gestion des situations) (Bennett et al., 2004; Garza, 2002; Tutty et al., 2006; McNamara et al., 1997; McNamara et al., 2008; Campbell et al.,   1995; Berk et al., 1996; Lyon et al., 2008).

Une petite étude pilote comparative menée aux États-Unis a conclu que les activités menées pendant huit semaines par un groupe de soutien constitué des résidentes d’un foyer d’hébergement avaient permis d’aboutir à l’amélioration de l’état de santé des femmes ayant participé aux activités du groupe (réduction des symptômes de détresse psychologique et progrès sensible dans leur perception d’accessibilité aux réseaux de soutien social), par rapport à celles qui n’y ont pas participé. (Constantino et al., 2005).

En dehors des confins immédiats des foyers d’hébergement, le bilan des consultations individuelles et collectives offertes aux femmes et aux hommes victimes de violence reste mitigé:

  • Il n’y a pas suffisamment d’éléments de preuve pour privilégier certains types de consultation individuelle, notamment des consultations téléphoniques de faible intensité ou des consultations prénatales pour diminuer la violence entre conjoints intimes ou améliorer la santé mentale (McFarlane et al., 2006; Tiwari et al., 2005; Tiwari et al. 2010).
  • La thérapie de couple n’est pas sûre pour de nombreuses femmes maltraitées, surtout celles qui         subissent des contraintes, et les données recueillies de procès à partir d’échantillons militaires indiquent que ce type d’intervention ne présente aucun avantage (Dunford, 2000; Wathen & MacMillan, 2003).
  • Malgré le peu d’éléments de preuve disponibles, des études mieux conçues sur les programmes         d’intervention contre les auteurs de violence n’indiquent généralement aucun avantage ou préjudice       potentiel (c’est-à-dire récidive accrue) découlant de telles interventions, et il n’y a pas d’unanimité sur la question de savoir quelles sont les méthodes qui donnent les meilleurs résultats (Babcock et al., 2004; Feder & Wilson, 2005); Minerson et al., 2011).

On constate un intérêt croissant pour les services en ligne et la fourniture de données. Bien qu’il n’y ait pas eu d’évaluation rigoureuse des services en ligne, des protocols sont développés pour en assurer la pertinence et la sécurité, en conjonction avec l’élaboration d’un nombre croissant de stratégies en lignes (Finn & Atkinson, 2009; VAWnet).