Abri
Related Tools

Aperçu

Dernière modification: September 14, 2012

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

Les expériences des femmes avec la violence sont influencées par l’intersectionnalité de leur genre et d’autres identités comme la race, l’orientation sexuelle et le milieu social, et leur situation par rapport à l’âge, au statut juridique, aux aptitudes physiques et cognitives, entre autres.

Les femmes font partie de plus d’une communauté et groupe identitaire et connaissent à la fois les aspects de l’oppression et du privilège au sein de ces communautés. La reconnaissance des particularités et de la position unique des femmes permettra de lui apporter le meilleur soutien en matière d’hébergement.

L’accessibilité est un aspect essentiel de la sécurité et de la protection, et les services d’hébergement devraient collaborer avec les femmes de milieux et de communautés divers (notamment les survivantes de la violence) pour analyser les intersections de ces identités, et comprendre comment elles s’articulent pour influencer les expériences des femmes en matière de discrimination et de maltraitance.

L’accessibilité aux foyers d’hébergement et leurs services peut être facilitée:

  • en consultant les femmes sur les obstacles qui les empêchent ou dissuadent d’accéder aux services (par ex. crainte de la discrimination et du refoulement, isolement géographique, difficultés de transport, handicaps physiques, manque d’information, et autres facteurs). Cela est essentiel pour intégrer une certaine souplesse dans la programmation, assurant l’accès aux services de toutes les femmes (et, si possible, de toutes les filles).
  • en fournissant des services 24 heures sur 24, sept jours par semaine, permettant aux femmes de bénéficier à tout moment des services de protection et de soutien en situation de crise.
  • en permettant aux femmes de vivre dans les foyers d’hébergement et d’y recevoir une protection et une aide le temps nécessaire pour prendre des décisions importantes, de faire face aux effets de la violence, et, si telle est leur choix, de s’installer dans une nouvelle maison ou communauté. Comme cela risque d’être impossible dans de nombreux cas en raison des restrictions budgétaires et de la demande pour des services d’hébergement d’urgence, il faudrait envisager la fourniture de différents modèles d’hébergement complémentaire (par ex. abris provisoires et autres logements) pour qu’une protection suffisante puisse être assurée sur une plus longue durée.   
  • en fournissant des services gratuits, pour que les femmes qui se heurent à des obstacles économiques ne soient pas désavantagées dans leur accès à la protection et à l’aide.
  • en aménageant des installations et des service d’accueil pour des groupes de femmes variées, en accordant une attention particulière à leur situation et besoins particuliers, liés:
    • à la forme de violence - physique, psychologique, agression sexuelle/viol, traite, violence dans le couple, violence économique, mutilation génitale féminine, crimes dits “d’honneur”, entre autres;
    • aux conséquences de la violence - blessures physiques, détresse psychologique, difficultés économiques, inquiétudes en matière de garde d’enfants et éloignement de leur famille et amis, entre autres;
    • aux contextes de violence - lieu d’habitation, lieu public, en période de conflit, en situation de crise humanitaire, institutionnelle (notamment les écoles).
    • à la relation avec l’auteur ou les auteurs de violence - membre de la famille, conjoint, figure d’autorité, employeur;
    • aux expériences multiples de violence - incident unique ou répété, nombre d’agresseurs, formes variées de violence;
    • au moment où la violence est perpétrée - violence récente, risque imminent de violence future;
    • aux questions intersectionnelles/à la marginalisation liées aux langues parlées, aux capacités physiques et cognitives, au milieu social, à la race, à l’ethnicité, au statut juridique, à l’âge et à l’orientation sexuelle; 
    • aux réseaux de soutien - famille, communauté et autres facteurs de protection (WAVE, 2004a,b).