Abri
Related Tools

Femmes de cultures différentes

Dernière modification: September 14, 2012

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

Les femmes de toutes les sociétés connaissent la violence, et leurs réactions sont influencées par de nombreux facteurs, notamment les valeurs et normes différentes de leur communauté et leur culture. En comprenant la nature fluide de la culture, les prestataires de services peuvent mieux répondre aux situations et besoins uniques des femmes. Cela est particulièrement important étant donné les nombreux obstacles à l’aide auxquels se heurtent les survivantes de la violence lorsqu’elles sollicitent des services auprès de prestataires à l’extérieur de leur communauté (difficultés liées à la communication et à la langue, à la confiance, aux perceptions et aux craintes relatives aux conséquences de l’acceptation des services et des attitudes des organismes concernés). De nombreuses méthodes peuvent contribuer à l’élargissement de l’accès aux services des femmes de cultures différentes.

  • Accroître la compréhension et élaborer des interventions culturellement pertinentes du personnel et de l’institution en offrant une éducation et une formation continues aux employés et aux bénévoles, portant entre autres sur:
    • la sensibilisation sur les groupes culturels de la communauté desservis par le foyer d’hébergement;
    • la compréhension et le respect des différentes opinions et attitudes individuels;
    • des approches au cas par cas qui appliquent l’information uniquement à la situation à laquelle elle se rapporte (en évitant de généraliser l’expérience vécue par une femme); et
    • des approches d’évaluation des risques et d’aménagement sécuritaire adaptées aux situations particulières (agresseur unique contre agresseurs multiples) et aux ressources disponibles (services spécialisés ou groupes de soutien) susceptibles d’influencer les options et décisions d’une femme pour se protéger contre une violence future. 
  • attirer l’attention du personnel sur les facteurs qui influencent les décisions, préjugés et vision du monde individuels, et encourager sa détermination à recevoir l’information, l’adapter et modifier les attitudes par un encadrement et un soutien continus.
  • Collaborer avec différentes communautés pour:
    • mieux comprendre les points de vue variés de groupes culturels différents;
    • s’attaquer aux justifications culturelles de la violence; et
    • examiner les généralisations perpétuées au sujet de certains groupes appartenant à la communauté et parmi les prestataires de services, y compris dans le foyer d’hébergement.
  • Utiliser des stratégies spécifiques de communication interculturelle efficace consistant à:
    • favoriser l’ouverture pour entendre les expériences, convictions et valeurs de chaque femme.
    • augmenter la sensibilisation des employés aux préjugés personnels et favoriser l’acquisition de compétences nécessaires pour cesser délibérément les généralisations afin d’améliorer la compréhension des besoins uniques des femmes.
    • utiliser un langage, des gestes, des photos, des dessins ou autres formes non-verbales simples de communication, en cas de barrière linguistique avec une survivante de la violence.
    • reconnaître que l’information sera perçue différement par des personnes de cultures différentes et entamer le dialogue pour améliorer la compréhension des expériences, des convictions, des valeurs et des traditions de la femme.
    • reconnaître les risques de mauvaise communication et de l’envoi involontaire de messages perçus comme offensants, en prendre note et s’excuser auprès de la femme si cela se produit, en lui offrant la possibilité de répondre, et passer ensuite à autre chose.
  • Renforcer les compétences à l’intérieur du foyer d’hébergement:
    • en s’associant à des organisations culturelles et de défense des droits des femmes et en consultant des représentants des différentes communautés pour intégrer des services culturellement adaptés dans la planification des programmes (relative à la langue, à la race ou l’ethnicité, aux coutumes, à la structure familiale, aux dynamiques communautaires).
    • en utilisant les connaissances et expertise des employés et bénévoles en les associant à la conception et à l’examen des programmes et des projets. La composition du personnel devrait refléter autant que possible la diversité de la communauté pour aider à orienter une programmation appropriée et à réduire les obstacles linguistiques à la fourniture de services.
    • en comprenant la nature complexe de l’immigration et en allouant les ressources nécessaires pour répondre aux besoins des femmes migrantes et femmes réfugiées (par ex. aide aux droits d’asile et d’immigration, évaluations des risques et plans d’intervention spécialisés).
    • en prenant en considération les identités culturelles, coutumes, convictions, normes de communication et structures familiales des femmes lors de l’élaboration des services.
    • en élaborant un protocole d’accès linguistique, notamment la traduction uniformisée des principaux documents (formulaires d’admission, matériels d’évaluation, droits et responsabilités, procédures de traitement des plaintes et autres documents importants) et offrir une formation adaptée au personnel (y compris un soutien aux interprètes spécialement formés).
    • en menant une auto-évaluation des compétences cultureles des structures d’hébergement et en utilisant les résultats pour en prévoir l’amélioration (Washington State Coalition Against Domestic Violence, 2005; Alberta Council of Women’s Shelters, Module 9, 2009; Flinders Institute for Housing, Urban and Regional Research, 2008). 

 

 

 

 

 

 

Étude de cas: Imkaan apporte son soutien aux survivantes asiatiques, noires, minoritaires, éthniques et réfugiées (Royaume-Uni)

Imkaan est une organisme national au Royaume-Uni qui représente et aide les fournisseurs de soutien de première ligne aux femmes et filles noires, asiatiques, de minorités éthniques et réfugiées (BMER) qui ont été victimes de différentes formes de violence, notamment la violence conjugale et sexuelle, et le mariage forcé, ou qui risquent de subir des crimes d’honneur. Fort d’une expérience de plus de 13 ans, l’organisme représente et apporte un soutien aux centres d’hébergement et à d’autres associations spécialisées dans l’aide aux femmes et aux enfants BMER victimes de la violence à travers le Royaume-Uni. L’organisme a contribué à renforcer les services spécialisés offerts à ces femmes et à rassembler des organismes spécialisés par le biais de la formation, de la recherche, du soutien au renforcement des capacités et d’activités de sensibilisation stratégiques. Le réseau utilise une approche communautaire pour exécuter ses activités, en fonction des besoins des prestataires de services

Lire l'étude de cas complète. 

Source: Marai Larasi, Director. Imkaan; Imkaan Website.

 

Outils:

Cultural Competence Self-Assessment Questionnaire, Service Provider Version (United States Office on Child Abuse and Neglect, 2006). Ce questionnaire vise à aider les professionnels des services sociaux à évaluer et identifier les besoins de formation en compétence culturelle. S’appuyant sur le contexte américain, le questionnaire a été mis au point à partir d’une perspective axée sur la force, en reconnaissant que la compétence culturelle est un processus de développement. Disponible en anglais.

Inside Out: Strengthening Advocacy and Services for Refugee, Immigrant, and Limited English Proficient Survivors: A Guide to Self-Assessment and Planning for Domestic Violence Programs  (Washington State Coalition Against Domestic Violence, 2005).  Cet outil offre des indications sur la réalisation d’une auto-évaluation de compétence culturelle d’un foyer d’hébergement, en particulier la manière d’effectuer un processus d’évaluation et d’élaborer un plan destiné à améliorer la capacité culturelle à l’intérieur de l’abri.  L’outil présente des enquêtes pour recueillir les contributions du personnel et des survivantes des foyers d’hébergement. Disponible  en anglais.

Model Protocol on Services for Limited English Proficient Immigrant and Refugee of Domestic Violence (Washington State Coalition Against Domestic Violence, 2007) propose un exemple de protocole utilisé dans le contexte américain. Disponible en anglais.

Toolkit for Lawyers: Best Practices in working with Battered Immigrant Women (Battered Women’s Support Services, 2010) est une ressource pratique s’adressant aux juristes qui travaillent avec des femmes immigrantes ayant fui des relations violentes. Ce document pourrait être utile à la mise en valeur des ressources destinées aux femmes immigrantes résidant dans des foyers d’accueil, comme la fourniture d’informations et de services de plaidoyer dans le cadre du système juridique et l’établissement d’une liste des ressources locales pour les femmes d’Edmonton.  Disponible en anglais

Creating Inclusive Spaces for Women: A Practical Guide for Implementing and Integrated Anti-Racist, Feminist Service Delivery System (Ontario Association of Interval and Transition Houses, 2005) a été produit pour aider les foyers d’accueil à préserver des espaces accueillants, respectueux et inclusifs pour les femmes et leurs enfants. Le guide pratique propose des idées et suggestions pratiques, et des stratégies particulières pour aider les abris à célébrer les réussites déjà obtenues, à décider comment améliorer leur organisation structurelle, leurs méthodes en matière d’emploi et leurs programmes et services, et à élaborer un plan de travail réaliste par étape pour effectuer les changements. Disponible en anglais.

Violence Knows No Boundaries: Diverse Cultural Perspectives, Legal Resources and Safety Information on Domestic Violence for Service Providers (Tunstall et Damjanovic, 2008). Cette ressource propose des enquêtes qui peuvent être utilisées pour aider le personnel qui travaille avec des femmes immigrantes et réfugiées en situations vulnérables à renforcer sa capacité de soutenir des femmes de cultures différentes en réfléchissant sur leur propre compétence culturelle (Voir Individual Self-Assessment Checklist for Cultural Competency, page 86).