Abri
Related Tools

Stratégies et dispositifs de sécurité dans les structures d’hébergement

Dernière modification: September 14, 2012

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

Les précautions en matière de sécurité des structures d’hébergement sont extrêmement importantes dans un abri pour assurer la protection et aider les femmes à se sentir en sécurité, leur laissant le temps de réfléchir sur leur situation, de surmonter les effets de la maltraitance et d’envisager l’avenir. Si les femmes ne pensent pas qu’elles seront protégées dans un abri ou ne s’y sentent pas en sécurité à l’intérieur, il est probable qu’elles ne solliciteront pas de l’aide ou quitteront l’abri. Lorsqu’elles n’ont pas d’autres solutions, ce sentiment d’insécurité risque de les forcer à retourner dans l’environnement violent qu’elles ont connus précédemment, les exposant à des risques plus graves encore.

En fonction des risques et des menaces auxquels sont exposées les femmes (et les filles, le cas échéant) qui entrent en foyer d’hébergement, il faudra prévoir l’élaboration de mesures de sécurité différentes pour une installation d’hébergement donnée. Ainsi, les foyers qui accueillent des femmes ayant fui la violence familiale devront établir des liens spéciaux avec la police pour que les ordonnances de protection soient appliquées et les agresseurs qui y contreviennent arrêtés. Les abris qui accueillent des filles fuyant des mariages forcés ou des crimes d’”honneur” seront peut-être amenés à passer des accords spéciaux avec l’organisme public chargé du bien-être de l’enfance pour empêcher les retours forcés dans leurs familles. En cas de traite, les installations d’hébergement devront peut-être collaborer avec des agents et organismes de la force publique à l’élaboration de plans de protection et de logement alternatif destinés à proteger, à court et à long terme, les femmes contre les groupes criminels qui les ont soumises à la traite en premier lieu.

La sécurisation d’une structure d’hébergement pourrait entraîner l’adoption des mesures suivantes:

  • garder l’emplacement de l’abri confidentiel, ou, s’il est connu, assurer la mise en place d’un dispositif spécial de sécurité.
  • collaborer avec la police pour élaborer, mettre en oeuvre et réviser à intervalles réguliers un plan de sécurité de la police qui pourrait comprendre:
    • des systèmes d’alarme déclenchée par un bouton pour alerter la police d’une urgence.            
    • une ligne téléphonque d’urgence reliant directement à la police.
    • la fourniture à la police d’une carte indiquant la disposition des lieux de l’abri et des environs, notamment les entrées et les emplacements des installations.
    • des réunions régulières avec la police pour aborder les questions de sécurité.
    • la prévention des incendies et contrôles réguliers de sécurité contre les incendies.
  • installer, si possible, des dispositifs de sécurité à l’intérieur et autour des structures d’hébergement, tels que:  
    • des portes solides et sûrs, avec des entrées sécuritaires impossibles à forcer.
    • aménagement d’un endroit comme seule entrée principale pour diminuer les risques de sécurité liés à l’obligation de surveiller plus d’une entrée à la fois.
    • entrées et portes vérouillées de l’intérieur avec accès surveillé à l’immeuble (comprenant idéalement un système de surveillance technique comme des caméras).
    • grillages (barres métalliques) sur toutes les fenêtres accessibles de l’extérieur. 
    • sécurisation du terrain ou de la zone situés aux environs des structures d’hébergement, notamment:
      • tout espace extérieur utilisé par des femmes (par ex. jardins clôturés et vérouillés)
      • caméras de sécurité intérieures et extérieures
      • clôture grillagée
      • éclairage détecteur de mouvement
      • alarmes de sécurité personnelles pour les employés
      • verres pare-balles ou anti-émeute sur les fenêtres
      • zones de stationnement visibles, là où nécessaire.

(WAVE, Women Against VIolence Europe, 2002; Woodman & McCaw, 2008).

Outil:

The IOM Handbook on Direct Assistance for Victims of Trafficking (Organisation internationale pour la migration (IOM), 2007). Cette ressource fournit des directives concernant la sécurité de l’hébergement pour les abris qui travaillent avec des victimes de la traite des êtres humains, notamment une information sur la sécurité de l’hébergement, les normes et procédures sécuritaires. Disponible en anglais