QUITTER LE SITE

Rassemblez et collectez différentes sources d'information

La collecte de données sur la violence, les taux de criminalité et la santé permettent d’identifier avec précision les menaces qui pèsent sur tel ou tel quartier urbain ou communauté (RTPI, 2002,7). Parfois, ces données ne sont pas ventilées par sexe ou par l’âge, ce qui rend impossible de connaître les différentes formes de problèmes sécuritaires qu’affrontent les hommes et les femmes, l’âge et le sous-groupe démographique. De ce fait, il sera difficile d’identifier les facteurs qui provoquent le sentiment d’insécurité, notamment chez les femmes. De plus, les statistiques n’expliquent pas tout, et les chiffres qu’elles représentent ne peuvent qu’illustrer le problème, pas expliquer pourquoi il se produit. Les statistiques ne permettent pas, par exemple, de mesurer l’impression de danger ou le sentiment de sécurité des femmes. Par ailleurs, les femmes ne rapportent pas toujours les incidents de violence et les sentiments de malaise qu’elles ressentent (y compris des formes de violence sexiste comme le harcèlement sexuel que la société leur apprend à tolérer ou à accepter comme « normales »). Lorsqu’ils ne sont pas rapportés, ces incidents ne figurent pas dans les statistiques. Afin de remédier à ces lacunes, les programmes de villes sûres pour les femmes devront trouver d’autres sources d’information sur le manque de sécurité des femmes, qui pourraient leur être fournies par les femmes de la communauté et au cours d’entretiens avec les agents de police, les agents de la santé publique, les prestataires de services et les représentants des organisations locales. (Cochiwan Women Against Violence Society. 2002, page 6).

 

Sources de données d’évaluation de la violence et du manque de sécurité

Il y a d’innombrables sources de données d’évaluation de la violence et du manque de sécurité dans une communauté. Certaines sont plus facilement accessibles que d’autres. Il conviendra de combiner plusieurs sources d’information pour obtenir un tableau plus complet de la situation dans ce domaine.

Dans le contexte nord-américain, il faudra environ quatre mois pour mettre au point un plan de sécurité communautaire et de prévention de la violence à partir d’un rapport d’évaluation. La collecte d’informations devra inclure :

  • La compilation des rapports précédents sur la criminalité, la violence et le manque de sécurité
  • La compilation des rapports sur la situation en matière de logement, d’éducation, de santé maternelle et infantile
  • Les données (statistiques) démographiques relatives à la population, à la structure par âge et à la composition des ménages, à la situation de l’emploi et aux taux de  chômage, aux revenus moyens, au pourcentage de la population vivant dans la pauvreté, aux niveaux d’instruction
  • Les indicateurs de santé psychologique et physique en matière de dépression, d’alcoolisme et de toxicomanie, d’infection par le VIH
  • Les informations sur la situation du logement et le coût du logement
  • Les pourcentages de la population dépendant de l’assistance sociale, des subventions publiques ou de dons caritatifs.
  • La qualité des environnements sociaux et/ou physiques, notamment le pourcentage de maisons condamnées, le nombre d’infractions au code de l’habitation, les taux d’abandon scolaire
  • Les statistiques des services de police de proximité, indiquant l’heure, la semaine et l’année  des meurtres, des tentatives de meurtre, des agressions, des viols, des cambriolages, des enlèvements, des vols, des effractions, et d’autres atteintes à la propriété
  • Les données des prestataires locaux de services (associations de protection de l’enfance, hôpitaux et dispensaires, services aux femmes victimes d’agressions, centres d’assistance juridique, services d’assistance aux personnes en conflit avec la loi, associations d’entreprises, services aux groupes à risque) relatives aux effets et aux coûts de la violence, aux services les plus utilisés, à la coopération entre les services, et aux moments de la journée et à l’endroit où se produisent les incidents violents et la forme la plus commune qu’ils revêtent
  • Les données obtenues à partir des enquêtes sur la  victimisation (à formuler et à réaliser par le programme de villes sûres pour les femmes ou autre organisation de ce type).

Source : C. Whitzman, 2008. The Handbook of Community Safety, Gender and Violence Prevention. EarthScan, Royaume-Uni: 164 – 181.

 

Le Handbook of Community Safety, Gender and Violence Prevention estime qu’un rapport consacré aux questions susmentionnées devrait contenir les éléments suivants : un descriptif des lieux; la prévalence, les manifestations et les effets de la violence et de la criminalité par rapport, si possible, à la moyenne nationale ou à d’autres données comparatives; la signification des données; une meilleure idée de l’identité des victimes et des délinquants; les tendances à long terme; une meilleure idée des endroits où la violence est la plus répandue (cela pourrait inclure les domiciles); les moments de la journée/de la semaine/de l’année où la violence se produit; les causes immédiates de la violence; et les causes profondes à plus long terme qui ont été identifiées. Le rapport devra également préciser les activités en cours en matière de sécurité et leur efficacité, ainsi que la découverte d’autres sources éventuelles  d’énergie et d’idées créatrices. (180)

 

Appliquez des critères identiques à toutes les informations collectées afin de faciliter les comparaisons.

Il est parfois difficile de comparer des informations sur la situation sécuritaire des femmes en ville ou dans la communauté du fait qu’elles sont recueillies de sources diverses (voir Ministres fédéraux, provinciaux, territoriaux du Canada responsables de la condition féminine, 2002, page 7). Par exemple, les statistiques d’un quartier indiqueront le nombre de viols enregistrés, alors qu’une organisation de femmes d’un autre quartier aura collecté des statistiques sur les risques de viol encourus par les femmes. Il sera difficile de décider, à partir de ces deux sources de données, auquel des deux quartiers le projet d’aménagement urbain sécuritaire pour les femmes profitera le plus. Afin de faciliter les comparaisons, retenez, dans la mesure du possible, les informations recueillies par des méthodes identiques. Si la collecte d’informations provient de plusieurs sources, établissez des critères de recherche communs pour tous. Par exemple, demandez aux participants de recueillir des données au sujet du même groupe d’âge et du même sexe, pendant la même période de temps, si possible. Cette méthode permettra de faire des comparaisons de données valables.

 

Exemple : Learning from Women to Create Gender Inclusive Cities: Baseline Findings from the Gender Inclusive Cities Programme (2010). Cette publication documente le processus de recueil d’informations de référence sur la sécurité des femmes et leur inclusion dans quatre villes distinctes : Rosario (Argentine), Petrozavodsk (Russie), Delhi (Inde) et Dar es Salam (Tanzanie). Les informations ont été recueillies selon trois méthodes principales : interviews d’enquête dans les lieux publics, débats de groupes de consultation et audits de sécurité des femmes. Les résultats sont présentés pour chaque ville, avec une analyse de l’état de la sécurité des femmes et de l’inclusion sociale des deux sexes dans les régions. Disponible en anglais.

 

Ressources :

Desk Research (Gender Inclusive Cities Programme, 2009). Cet outil, développé par le Programme Villes inclusive de genre, vise à aider les partenaires des programmes de villes sûres pour les femmes à recueillir des informations de base sur les conditions sécuritaires dans leur communauté. Les partenaires de programme pourront se servir de ce modèle pour établir un profil urbain à partir des informations d’ordre démographique, économique, socioculturel et en matière de gouvernance. Le modèle contient également une série de questions sur la criminalité, y compris la criminalité sexospécifique, à poser aux partenaires. Disponible en anglais.

Understanding Women’s Safety: Towards a Gender-Inclusive City (2010). Ce rapport a été produit par Jagori dans le cadre du Programme des villes inclusives des femmes. Il présente en détail les facteurs qui contribuent au manque de sécurité et d’inclusion des femmes et des filles dans les espaces publics à Delhi, sur la base d’informations recueillies par des interviews d’enquête dans les lieux publics, des débats de groupes de consultation et des audits de sécurité des femmes. Disponible en anglais.

Methodologies to Measure the Gender Dimensions of Crime and Violence (E. Shrader, 2001) – Banque mondiale – Région Amérique latine et Caraïbes. Ce guide énumère différentes méthodologies d’évaluation de la criminalité et de la violence sexospécifiques à partir des taux d’homicide, des statistiques sur la criminalité, des enquêtes sur la victimisation, des enquêtes sur la prévalence de la criminalité, des statistiques des services aux victimes, des connaissances, des études sur les attitudes et les pratiques, des sondages d’opinion, des entretiens avec les victimes, des groupes de réflexion, de l’évaluation participative (en milieu rural et urbain) et d’autres sources. Le guide explique chaque méthodologie et examine leurs avantages et inconvénients. Disponible en anglais.

Finding Evidence for Sexual Violence Prevention Programmes, Andrés Villavéces pour PREVENT (Preventing Violence through Education, Networking and Technical Assistance, sans date). The University of North Carolina Injury Prevention Research Center, USA. Ce site Web présente un diaporama annoté sur les méthodologies utilisées par les organisations et les gouvernements pour la collecte d’informations à partir desquelles ils élaborent les programmes de prévention de la violence sexuelle. Le diaporama vise à aider les participants à identifier les  éléments susceptibles de constituer des preuves solides et les sources de preuves, à utiliser la documentation comme élément de preuve et à déterminer quelles sources scientifiques offrent les preuves les plus solides. Il passe en revue de nombreuses sources d’information et des méthodologies de recherche, notamment les sources en ligne et universitaires. Disponible en anglais. 57:26 minutes.

 La Base de données Égalité homme-femme, Institutions et Développement (EID) de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques, sans date) (http.//stats.oecd.org/Index.aspx?lang=fr). Cette base de données en ligne propose des statistiques et des indicateurs composites, ventilés par pays, sur la situation des femmes dans la société (liberté de mouvement, accès aux prêts bancaires, incidences de la violence à l’égard des femmes). La base de données peut servir à l’établissement de normes ou de données de référence sur les expériences quotidiennes vécues par les femmes en matière de sécurité et de manque de sécurité. Les résultats peuvent être ventilés par région et/ou par niveaux de revenu. Disponible en français et en anglais.

 OECD Social Institutions and Gender Index (SIGI) – (Organization for Economic Cooperation and Development, sans date). L’indice composite en ligne de discrimination à l’égard des femmes, qui a été calculé par les organismes sociaux de chaque pays, est l’aboutissement de la combinaison de données statistiques dans les cinq domaines suivants : code familial, intégrité physique, préférence pour les garçons, libertés civiles et droits de propriété. La base de données fournit des informations sur le classement et le profil de plus de 100 pays. Cet outil peut servir à l’établissement de normes ou de données de référence sur les expériences quotidiennes vécues par les femmes en matière de sécurité et de manque de sécurité. Disponible en anglais. 

 Assessing Violence against Women: A Statistical Profile (Ministres fédéraux-provinciaux-territoriaux responsables de la condition féminine, 2002) -  Ce guide fournit des données de base et des exemples de collecte de données statistiques sur la violence à l’égard des femmes. Les administrations et les services des municipalités pourront établir, à partie de ces données, un système d’évaluation de la situation sécuritaire des femmes dans la communauté. La première section du guide est consacrée au développement d’indicateurs relatifs à la violence et offre des indications sur la collecte de données, compte tenu des difficultés passées rencontrées dans ce domaines et des leçons tirées. Disponible en anglais.

 Le site web des statistiques relatives au genre de la CENUE (2010) propose aux utilisateurs une somme considérable de resources concernant le recueil de statistiques en rapport avec le genre. Il contient des informations sur les statistiques et les problèmes en matière de genre. Des guides, manuels, vidéos et matériels pédagogiques sur le sujet sont proposes aux statisticiens, chercheurs et fonctionnaires. Le site contient également des liens vers d’autres ressources et des réseaux connexes. Disponible en anglais.  

 Developing Gender Statistics: A Practical Tool (DRAFT) (2010). Cet outil, produit par la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe, donne un excellent aperçu du recueil de toutes sortes de statistiques sexospécifiques, depuis les enquêtes sur l’emploi du temps jusqu’à celles sur la victimisation.  Des conseils sont également fournis sur la mise en œuvre d’un programme de statistiques sexospécifiques, avec des informations connexes sur la legislation, la mobilization de fonds et autres sujets. L’ouvrage contient également des specimens de cursus de formation.  Disponible en anglais.

Improving Statistics on Gender Issues in the Asia-Pacific Region (UNIFEM, East and South East Asia Region, 2003). Cette page web donne un tableau général des projets menés dans la région Asie-Pacifique, visant à l’adoption et à l’amélioration de systèmes de statistiques sexospécifiques. Elle contient des informations sur les projets, les leçons à retenir de leur mise en œuvre, et les résultats de leur suivi-évaluation. Disponible en anglais.   

Hidden in Plain Sight: Sexual Harassment and Assault in the New York Subway System (Office of the Manhattan Borough President, City of New York, 2007). Ce rapport comble l’absence de statistiques disponibles sur les actes de harcèlement et d’agressions sexuels commis dans le métro new-yorkais. Il passe en revue les données statistiques sur les risques de harcèlement et d’agression sexuels, les moments de la journée où se produisent des incidents de ce type, les rapports soumis aux autorités à la suite de tels incidents et les témoignages dans ce domaine. L’évaluation de ces données a permis de présenter une série de recommandations à la municipalité de New York et à son département de police. Le rapport explique sa méthodologie de collecte des données (à partir d’une enquête en ligne), ainsi que les conclusions et les recommandations  des enquêtes. Le rapport pourra servir de point de référence à la collecte de données difficiles à trouver sur les transports publics et les statistiques désagrégées par sexe. Disponible en anglais.

 

Faites des recherches sur le contexte politique et les initiatives prises par les municipalités pour combattre la violence et la criminalité et améliorer la sécurité, et sur l’attention qu’elles prêtent aux préoccupations des femmes et  aux questions relatives à l’égalité des sexes.

Prenez contact avec les administrations locales et autres informateurs principaux pour vous enquérir des actions menées par les municipalités ou communautés en matière de sécurité des femmes et des filles. Cela vous permettra d’avoir une idée de l’importance accordée dans le passé par les autorités aux questions relatives à la sécurité des femmes, de la manière dont ces programmes ont fonctionné et des résultats qu’ils ont produits, de la nécessité de contacter d’autres informateurs et d’autres partenaires éventuels, et des lacunes ou carences qui caractérisent les politiques et les programmes en vigueur. Parfois les politiques et les programmes en place ne répondent pas aux besoins sécuritaires des femmes et des filles (Michaud, 2001, page 7) du fait que les responsables politiques et les décideurs en ignorent la nature particulière. (Par exemple, un décret municipal qui ne prévoit d’arrêts d’autobus que tous les kilomètres dans une zone à faible densité de population aura pour effet  d’obliger les femmes et des filles qui habitent ces quartiers à faire de longs trajets à pied dans des endroits déserts où elles ne se sentent pas en sécurité.) 

 

Example: Making Delhi safe for women: Towards a strategic framework (2010).

This PowerPoint presentation, developed by Jagori and UN-Habitat, provides information on the context within which programmes and actions on women’s safety take place in Delhi. It discusses issues identified as problematic for women’s safety in the city, and then sets out a series of strategic intervention areas. An outline, of short, medium and long-term interventions are also discussed. Available in English.

 

Ressources :

The Good Governance Report Card on Gender and Development, (The Urban Governance Initiative and the United Nations Development Programme, 2000) – Ce projet  en ligne, qui se présente sous la forme de bulletin scolaire, permet aux internautes de « noter » les autorités locales (maires, gouverneurs, responsables municipaux) sur leurs activités en matière d’égalité des sexes et de développement, comme la participation, l’état de droit, la transparence, la rapidité de réaction, la recherche du consensus, l’équité, l’efficacité et le rendement, la responsabilité et la perspicacité. Des indicateurs sont proposés pour chaque catégorie d’activité. Les programmes d’aménagement de villes sûres pour les femmes pourront consulter ces bulletins aux fins d’évaluation de l’importance accordée par les municipalités à la satisfaction des besoins des femmes. Cette information sera également utile pour identifier les services publics qui sont plus ou moins enclins à soutenir les actions de renforcement de la sécurité des femmes. Disponible en anglais.

Guidelines for a Gender Analysis: Human Rights with a Gender (San Francisco CEDAW Task Force/Commission on the Status of Women, 2000). Ce guide offre des indications aux responsables municipaux de San Francisco sur la manière de mettre en pratique la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, notamment la collecte de données ventilées par sexe, l’analyse d’activités pour déterminer si la municipalité satisfait aux principes du respect des droits fondamentaux des femmes, la formulation de recommandations destinées à assurer l’égalité des sexes et la sécurité des femmes entre différents services, la mise au point de projets susceptibles d’aider à l’application des  recommandations, et l’évaluation des actions pour la mise en application des dispositions de la Convention. Le guide fournit de nombreux exemples d’actions au niveau local. Disponible en anglais.

“Map of Gaps: The postcode lottery of Violence against Women support services in Britain” (Equality and Human Rights Commission, sans date).  Ce rapport et outil donnent des informations sur les adresses des services de protection sociale des femmes victimes de violences en Grande-Bretagne. Le degré d’utilisation de chaque service y est indiqué sur une carte de couleur, qui offre une représentation visuelle des régions activement mobilisées ou peu mobilisées dans la lutte contre la violence faite aux femmes. L’outil propose aussi un site interactif où les usagers peuvent inscrire leur code postal pour recevoir des informations sur les services proposés par leur région dans ce domaine. Les internautes peuvent également y trouver des informations concernant les responsables politiques locaux qui se sont engagés ou pas à fournir des services appropriés dans ce domaine. Disponible en anglais.

Une ville à la mesure des femmes : Le rôle des municipalités dans l’atteinte de l’égalité entre femmes et hommes (A. Michaud, 2004). Programme de Femmes et Ville international (Women in the City) de Montréal de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), 2004, page 50. Cet instrument de mesure a été mis au point à l’intention des municipalités et des simples citoyens, leur permettant d’utiliser une liste de contrôle pour dire si oui ou non les projets et les programmes locaux sont attentifs aux besoins des femmes. À partir de cette évaluation, les programmes d’aménagement sécuritaire urbain pour les femmes pourront identifier les différents aspects (politique, administratif, partenariats) des actions locales qui ne tiennent pas compte de la condition de la femme et combler cette lacune en y insérant une perspective sexospécifique. Disponible en français, en anglais et en espagnol.

An Introduction to Gender Audit Methodology : Its Design and Implementation in DFID Malawi (C. Moser, 2005). Overseas Development Institute, 2005. Ce guide s’adresse aux organisations et aux organismes gouvernementaux qui souhaitent se soumettre à un audit sexospécifique. Il énumère différentes méthodologies d’audit sur la question et donne comme exemple l’audit mené par DFID Malawi, offrant une synthèse détaillée des étapes d’évaluation (évaluation des données, accord sur le plan d’action). L‘audit sexospécifique peut aider les programmes de villes sûres pour les femmes à identifier les politiques, les pratiques et les programmes en matière de sécurité qui ne prennent pas en considération les questions  sexospécifiques. Disponible en anglais.

Une optique d’inclusion : Cahier d’exercices pour un regard sur l’exclusion et l’inclusion socio-économique. (M. Shookner, 2002). Santé Canada. Ce manuel de formation vise à aider les responsables et les décideurs politiques, et les organisations locales à comprendre comment les politiques, les programmes, les législations et les pratiques incluent ou excluent des groupes particuliers, notamment les femmes. Cet outil est particulièrement utile à l’analyse des stratégies et des programmes déjà existants en matière de sécurité. Le manuel et les fiches d’exercices fournissent des  informations de base pour aider à créer « une optique d’inclusion » pour l’évaluation des politiques, des programmes, des législations et des pratiques. Disponible en français et en anglais. 

Gender Self-Assessment Tool (Audit Commission, Royaume-Uni, sans date). Cet outil en ligne est une liste de contrôle destinée à aider les conseils municipaux à identifier leurs forces et faiblesses sur les questions sexospécifiques. Une fois le formulaire rempli, les responsables municipaux pourront comparer leurs progrès avec ceux d’autres municipalités et recevoir des informations sur la manière d’améliorer leur performance. Cet outil pourra également servir aux responsables des programmes de villes sûres pour les femmes pour évaluer les domaines dans lesquels les politiques locales satisfont ou pas aux besoins des femmes. Cette information permettra aussi de déterminer dans quels domaines  et avec quelle facilité il sera possible d’intégrer les préoccupations sécuritaires des femmes dans les programmes publics. Disponible en anglais.

The GLOVE Project: Australia (sans date). La municipalité de Melbourne, en Australie, s’est associée à l’université de Melbourne pour l’élaboration du GLOVE PROJECT - Gender, Local Government and Violence Prevention, Making Links Between Violence and Private and Public Space Project. Ce projet à base de recherche a pour but d’élaborer des stratégies publiques de lutte contre toutes les formes de violence faite aux femmes par le biais de partenariats communautés-universités et de l’intégration des femmes. Le projet s’inspire de programmes passés comme Growing Victoria Together de 2001 qui réaffirme l’importance de constituer des communautés sûres. De plus amples informations sur le projet GLOVE sont disponibles en anglais.

 

Utilisez les étudiants comme chercheurs.

La collecte d’informations sur les conditions sécuritaires des femmes en ville ou dans la communauté peut s’avérer une tâche difficile et de longue haleine. Cela est particulièrement vrai dans les régions où les municipalités ne traitent pas les questions sécuritaires d’un point de vue sexospécifique et ne disposent ni de programmes ni de réseaux de collecte d’informations. Dans ces cas, il serait utile de s’associer aux établissements d’enseignement locaux pour offrir à leurs étudiants des stages de recherche pratiques en échange d’une aide en matière de recherche (Dean, 2002). Il importe toutefois que tous les chercheurs participant aux programmes de villes sûres pour les femmes (étudiants ou pas) suivent au préalable une formation pour les initier à l’application des normes éthiques dans les recherches sur la violence faite aux femmes.

Priorité aux femmes : principes d’éthiques et de sécurité recommandés pour les recherches sur les actes de violence familiale à l’égard des femmes (Département Genre et santé de la femme, Organisation mondiale de la santé, 2002). Cet outil est un guide d’orientation des chercheurs sur la manière de mener des recherches sensibles et solides du point de vue ethnique sur les femmes qui ont été victimes de violence domestique. Le guide fournit des conseils sur la sécurité des personnes interrogées, les méthodologies pour éviter la sous-déclaration des faits, la protection de la confidentialité, la formation et le soutien au chercheur, les références des personnes interrogées, l’utilisation judicieuse des conclusions de recherche. Les chercheurs sur la question des villes sûres pour les femmes pourront utiliser ce guide dans leur travail, pour garantir la sécurité des femmes victimes de violences qu’ils interrogent. Disponible en français, en anglais. et en espagnol.