QUITTER LE SITE

Pensez à la viabilité dès le départ

Il importe d’intégrer dès le départ les stratégies visant à assurer la durabilité du programme énumérées ci-après à tous les niveaux de la conception et de l’application. Les partenaires des programmes de villes sûres pour les femmes devraient toujours s’efforcer d’élaborer des programmes, des actions, des initiatives et/ou des projets à long terme, qui soient fiables pour les femmes et les autres et solidement ancrés dans la communauté.

Prévoyez des ressources humaines, techniques et financières à long et court termes

Les programmes de villes sûres pour les femmes épuisent parfois leurs ressources -financières et autres - avant d’avoir atteint leurs objectifs. Une telle situation risque d’induire des frustrations chez les partenaires et de décevoir les membres de la communauté. Les partenaires des programmes devraient se souvenir que de nombreuses entités gouvernementales sont disposées à financer des projets pilotes à court terme, mais pas en assurer le financement durable ou « de base » à plus long terme, surtout si les directives administratives ou les priorités financières changent entretemps. Il est en effet plus facile pour les autorités d’annoncer la mise en place fréquente  de nouveaux projets pilotes, ce qui permet de projeter une bonne image, plutôt que de consentir des efforts soutenus et de grande envergure, qui exigent des investissements plus importants. Les partenaires des programmes dont le projet pilote est financé par des fonds publics devront tenir compte de cette réalité et prévoir une stratégie de financement de leurs activités à plus long terme. Une possibilité est de solliciter l’aide d’autres sources de financement. Une autre est de se mobiliser pour la réorientation des politiques et des législations, de manière à donner un caractère officiel aux activités et à inscrire le programme de villes sûres pour les femmes au budget annuel de la municipalité et/ou d’autres organismes ou secteurs d’activité.

  • Sériez vos priorités. Les partenaires des programmes devront étudier attentivement les objectifs qu’ils souhaitent atteindre et le montant des ressources nécessaires à leur réalisation. Des activités modestes et relativement économiques s’avèrent parfois plus efficace pour la réalisation des buts et objectifs du programme que des actions ambitieuses et plus coûteuses et il conviendra alors de privilégier celles-là. À l’inverse, il se peut que les partenaires souhaitent entreprendre plusieurs activités de grande envergure et plus onéreuses, qu’il n’est pas toujours possible de financer simultanément. Dans ce cas, ils devront consulter leur cadre de résultats et décider de l’activité la plus adaptée à la réalisation de leurs buts et objectifs.
  • Soyez réalistes au sujet des ressources. Les partenaires des programmes doivent se montrer réalistes quant à ce qu’ils peuvent réellement accomplir avec les ressources dont ils disposent. Ils doivent éviter de lancer des programmes, des actions, des initiatives ou des projets qu’ils ne peuvent pas mener à terme, ce qui serait une source de déception pour eux-mêmes comme pour l’ensemble de la communauté. Par ailleurs, la suppression d’un programme en raison d’un manque de ressources risque de discréditer le concept des villes sûres pour les femmes aux yeux du public.
  • Établissez des mécanismes de vérification des ressources. L’allocation des ressources doit inciter les partenaires des programmes à revoir et à réorienter souvent leurs activités et leurs approches de manière à maximiser l’efficacité des programmes, activités, initiatives et projets. Cette démarche ne doit pas s’effectuer qu’une seule fois. Le ou les partenaires chargés de la gestion des ressources devront revoir constamment les ressources allouées à chaque activité pour s’assurer que les prévisions financières et les budgets sont exacts et que les contributions annoncées sont bien effectuées comme prévu.
  • Identifiez des possibilités de mobilisation de ressources et soyez créatifs. Outre les ressources déjà engagées par les partenaires, y compris les ressources allouées par les pouvoirs publics au niveau national, régional et local, il y a peut-être d’autres sources de financement possibles, comme les associations commerciales locales ou les grandes entreprises et les donateurs qui s’intéressent à la situation de la femme, à la violence, à la gouvernance et à l’urbanisme. Les possibilités de financement  sont fonction de l’endroit prévu pour la mise en place du programme de villes sûres pour les femmes et des objectifs qu’il vise à atteindre.

Les ressources humaines et techniques ou l’expertise peuvent provenir de nombreuses sources, de même que les contributions en nature (non-financières). Une source de ressources humaines est représentée par les bénévoles, notamment les personnes âgées et les jeunes, qui ont peut-être du temps libre à consacrer à ces activités. Par ailleurs, le partage de locaux de bureaux et de fournitures avec un programme ou une organisation qui a des activités similaires est également un bon moyen de réduire les dépenses. Il se peut aussi que les autorités soient disposées à fournir gratuitement des locaux publics et des salles de conférence, que les organisations médiatiques ou les stations de radio locales favorables à la cause de l’égalité des sexes proposent leur aide pour organiser des conférences de presse, que les universités offrent des stages aux étudiants en échange d’une expérience de travail utile ou de recherche consacrée à la réalisation d’un projet de villes sûres pour les femmes, que les entreprises locales proposent leurs services, que ce soit pour photocopier des documents ou pour aider au développement de campagnes de prévention de la violence, et ainsi de suite. Voir la section Bâtir des partenariats  pour plus de détails.

Ressource :

Budget de projet dans Bâtir des partenariats communautaires d’action locale en matière de sécurité des femmes (Femmes et Villes international, 2007). Femmes et Villes international/Women in Cities International, Canada : page 30. Ce modèle de budget de projet  peut être utilisé pour suivre les engagements financiers de chaque partenaire dans les programmes, les activités, les initiatives ou les projets  de villes sûres pour les femmes. Disponible en français et en anglais.

 

MONTANTS

ITEM BUDGÉTAIRE

BUDGET TOTAL ($)

PARTENAIRE 1

PARTENAIRE 2

Personnel

 

 

 

Gestionnaires

 

 

 

Superviseur(e)s

 

 

 

Employé(e)s : salaires et avantages

 

 

 

Dépenses associées aux bénévoles

 

 

 

Total Personnel

 

 

 

Dépenses

 

 

 

Employé(e)s/bénéfoles : formation et développement

 

 

 

Voyages

 

 

 

Réunions du comité de gestion

 

 

 

Location de locaux

 

 

 

Ameublement, équipement

 

 

 

Fournitures

 

 

 

Maintenance et entretien

 

 

 

Frais d’administration

 

 

 

Autre

 

 

 

Total Dépenses

 

 

 

TOTAL PROJET

 

 

 

Women Thrive Worldwide Fundraising Guide for Women's Community-Based Organizations (2010). Ce guide, produit par l’association Women Thrive, contient des conseils sur la mobilisation de fonds à l’intention des acteurs intervenant dans des organisations féminines à base communautaire, en particulier dans les pays en développement. Les informations fournies dans cet ouvrage peuvent être mises à profit par les groupes de femmes cherchant à lancer leur propre initiative de villes sûres pour les femmes.  Les conseils portent sur les multiples aspects de la mobilisation de fonds, notamment sur l’établissement de relations avec des donateurs potentiels, la recherche de plusieurs sources de financement et les demandes de subventions. Disponible en anglais.

Sujet suivant   Visez un programme équilibré

 Sujet précédent Généralités