QUITTER LE SITE

Élaborez des politiques sécuritaires sensibles aux sexospécificités

Soulignez le fait que la violence à l’égard des femmes est un problème socioculturel. Les politiques de prévention de la criminalité sensibles aux sexospécificités doivent étudier tous les facteurs qui provoquent des sentiments d’insécurité chez les femmes et les filles dans leur collectivité. Cette insécurité ne provient pas uniquement de la criminalité et de la violence, mais est liée à une combinaison de facteurs, notamment sociaux, économiques, culturels et familiaux. La pauvreté, le chômage, la violence urbaine, la délinquance, les disparités entre les hommes et les femmes, le racisme, la xénophobie et les obstacles connexes qui limitent l’accès des femmes à la justice sont quelques-uns des facteurs qui encouragent la violence sexiste et accentuent les sentiments d’insécurité des femmes. Les  responsables des politiques publiques doivent se rappeler que la violence sexiste n’est pas causée par un seul élément nécessitant une seule intervention, mais par des facteurs multiples qui exigent l’application de politiques publiques globales capables d’agir sur les nombreux facteurs qui contribuent à perpétuer la violence sexiste.

Les administrations locales doivent reconnaître officiellement les droits des femmes et intégrer une perspective sexospécifique dans toutes leurs structures. Les autorités peuvent reconnaître officiellement le droit des femmes de vivre en milieu urbain à l’abri de la violence dans les espaces publics et privés par l’adoption d’une législation dans ce sens. L’incorporation d’une approche sexospécifique dans les normes, les pratiques et les démarches institutionnelles, et les structures des  administrations locales manifeste la volonté des responsables politiques de combattre la violence sexiste et d’œuvrer pour l’égalité des sexes.

Étude de cas : Constitución de la Ciudad Autónoma de Buenos Aires [Constitution de la Ville autonome de Buenos Aires] (Argentine).

Les articles 36, 37 et 38 de la Constitution exigent l’intégration d’une perspective sensible aux sexospécificités dans l’élaboration et l’application des politiques publiques ainsi que l’adoption de mesures garantissant le traitement identique des femmes et des hommes dans les secteurs public et privé, et l’octroi des mêmes possibilités d’accéder à tous les droits et de les exercer pleinement. Disponible en espagnol.

Exemples de politiques :

Building Inclusive Cities and Communities: Delhi Declaration on Women’s Safety and Delhi Call to Action on Women’s Safety [Bâtir des villes et des communautés inclusives : Déclaration de Delhi sur la sécurité des femmes et Appel à l’action de Delhi sur la sécurité des femmes] (2010). Delhi (Inde). Cette déclaration et cet appel à l’action sont issus de la Troisième conférence internationale sur la sécurité des femmes, organisée conjointement par Femmes et villes International et par Jagori. Ce document expose le contexte et les défis actuels, les pratiques optimales et les perspectives d’avenir pour la création de villes qui soient sûres et inclusives des femmes. Il émet également des recommandations concernant les différents acteurs qui devraient intervenir dans la création de telles villes, notamment : les administrations nationales, sous-régionales et locales, les organismes des Nations Unies et autres organisations internationales, les ONG, les entreprises et le secteur privé, les bailleurs de fonds, les médias, les universités et les institutions de recherche et de formation. Disponible en anglais.

Plan de Igualdad de Oportunidades y Trato para Varones y Mujeres. 2006-2008 [Plan pour l’égalité des chances et de traitement des hommes et des femmes, 2006-2008] Morón (Argentine). Ce plan a été lancé au départ comme une action sexospécifique avant d’être adopté officiellement par les autorités locales. Il a été élaboré en vue de favoriser et de suivre les actions visant à accélérer la prise en compte des opportunités et des droits des femmes dans les structures municipales, y compris les actions liées à la violence à l’égard des femmes et la sécurité en milieu urbain. La première étape a été la réalisation d’une enquête sur les rôles dévolus aux deux sexes et l’identification des problèmes qui préoccupaient les habitantes et les habitants de Morón.
A partir des résultats de l’enquête, les responsables du projet ont organisé une série d’ateliers, de réunions et de débats d’évaluation pour dégager les stratégies, les objectifs et les actions nécessaires pour régler ces problèmes. Ces activités ont abouti en 2008 à l’articulation des buts et des actions, qui ont été ensuite regroupés en sept catégories thématiques : travail et employabilité, santé, communication et langage non-sexiste, violence et droits de la personne, participation citoyenne, aménagement du temps et gestion urbaine. Le suivi du plan est assuré par le Conseil municipal des femmes, organisme consultatif et participatif fondé sur le principe de la participation pluraliste, horizontale et démocratique. Disponible en espagnol.

La Charte européenne des femmes dans la cité (1995). La Charte européenne des femmes dans la cité rassemble une série de propositions concrètes présentées dans une déclaration en 12 points. Elle peut être utilisée pour tenir compte de la participation citoyenne croissante des femmes au processus d’aménagement régional et urbain dans son intégralité et pour encourager une telle participation. Elle met l’accent sur cinq thèmes prioritaires : aménagement urbain et environnement, mobilité, sécurité collective, logement et stratégies (Heiler et al., sans date). Disponible en anglais, danois, espagnol, finlandais, français, italien, néerlandais et portugais.

Déclaration de Montréal sur la sécurité des femmes (2002). Le premier séminaire international sur la sécurité des femmes, qui s’est tenu en mai 2002 à Montréal, a abouti le 25 juin 2002 à la proclamation de la « Déclaration de Montréal sur la sécurité des femmes ». La Déclaration est un appel à l’action à toutes les parties intéressées : femmes, hommes, organisations locales, ONG, villes et communes, gouvernements et organisations internationales, etc. La Déclaration de Montréal a également pour but de servir comme point de repère pour apprécier les progrès accomplis au fil des ans, à l’échelon local et international. (Femmes et Villes international, 2003). Disponible en anglais, en français et en espagnol.

Protocolo de Actuación Policial ante casos de mujeres victimas de malos tratos de la Policía Local de Fuenlabrada [Protocole relatif au traitement policier des cas de maltraitance de victimes féminines par la police locale de Fuenlabrada] (Espagne). Dans le cadre du Programme de Fuenlabrada d’assistance intégrale aux victimes féminines de maltraitance, le département de la police locale a élaboré un protocole destiné à officialiser et à uniformiser les formes d’action et d’assistance accordée aux femmes victimes de la violence. Le protocole devrait aider la police locale à fournir des services publics de qualité et à rendre des comptes aux citoyens. Il appelle à la coordination entre les services municipaux et avec d’autres organismes publics. La personne chargée de la section des rapports et des plaintes aura pour tâche d’étudier la situation personnelle de chaque victime et les dangers que celle-ci risque d’encourir. À partir de cette évaluation, le responsable de la section et la victime décideront des mesures de protection les plus appropriées à adopter par la police. Ces décisions et mesures seront ensuite communiquées aux services judiciaires et aux services sociaux. Ce document constitue un excellent exemple d’un protocole appliqué de longue date avec des résultats confirmés. L’instrument a placé la coordination des services au cœur de son action, définissant clairement les responsabilités respectives des organismes gouvernementaux. Cette répartition des tâches traduit la volonté des pouvoirs publics de garantir que les victimes de la violence bénéficient d’une assistance appropriée. Le concours des forces de police est essentiel au succès des programmes de villes sûres pour les femmes. Il est tout aussi important de s’assurer que les agents de police sont conscients des différents aspects de la violence sexiste car ce sont eux qui fournissent souvent une aide et un soutien aux femmes victimes de la violence, comme le montre cet exemple. Disponible en espagnol.

Protocolo de Actuación de la Guardia Urbana Municipal (GUM) para prevenir y atender situaciones de violencia y maltrato hacia las mujeres en la ciudad, Rosario (Argentina) [Protocole d’action de la Garde urbaine municipale pour la prévention et l’intervention en cas de violence et de maltraitance à l’égard des femmes en milieu urbain, Rosario (Argentine)], (2008). La Garde urbaine municipale a pour mission d’encourager le renforcement des mesures sécuritaires en milieu urbain par la prévention, l’éducation, la participation citoyenne et la stricte application des règlements municipaux. A ce titre, elle applique une approche stratégique de la mise en place d’outils de prévention de la violence envers les femmes en milieu urbain et des soins et de services d’urgence pour les victimes de la violence. La Garde urbaine municipale a un rôle institutionnel privilégié en matière de sensibilisation à la violence, d’apaisement et de règlement des conflits violents, ainsi que d’infractions aux règlements en vigueur.  Au regard de cet objectif, et compte tenu du fait que les expériences urbaines des femmes constituent un problème particulier, les responsables de la Ville de Rosario se sont engagés à prévenir les situations de violence et à fournir une aide et des services aux femmes victimes de la violence.

Extrait directement du Protocole d’action de la Garde urbaine municipale pour la prévention et l’intervention en cas de violence et de maltraitance des femmes en milieu urbain. Disponible en espagnol.

Examinez la responsabilité des différents acteurs dans la conception et l’application de politiques de sécurité.

La politique est l’interaction des acteurs sociétaux et publics, chacun avec ses propres intérêts et possédant des ressources de base qui peuvent être utilisées pour régler des problèmes concrets (Repetto, 1999). Ces acteurs participent aux nombreuses étapes du développement et de la mise en œuvre d’actions politiques. Dans la phase de mise en œuvre, les acteurs ne sont ni neutres ni passifs, mais jouent des rôles d’intervention active (Burijovich; 2005). Un programme de sécurité urbaine devra examiner les fonctions de ces acteurs dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques. Ces acteurs devront comprendre les autorités locales et leurs différents services (chargés notamment des questions féminines ou sexospécifiques), les organisations de la société civile et les associations de femmes. Les autorités locales devront intégrer une dimension sexospécifique à tous les niveaux du processus d’élaboration de politiques : évaluation des données de base, collecte de données ventilées par sexe, définition des objectifs et mise en œuvre des programmes et des projets.

Par exemple, la Garde urbaine municipale (GUM) de Rosario (Argentine) est un groupe d’intervenants qui ont reçu une formation en matière de droits de l’homme et de médiation des conflits (link to example above). Les agents de la GUM ne formulent pas de politiques sur la sécurité des femmes ou la violence à leur égard, mais ils aident à appliquer ces politiques. Par exemple, si un membre de la GUM, homme ou femme, est informé d’un incident de violence à l’égard des femmes, il est capable d’intervenir conformément à la formation qu’il a reçue. Si les actes de violence ont lieu au domicile de quelqu’un les membres de la GUM sont autorisés à frapper à la porte.  Si la situation de violence s’aggrave, ils contactent la police (Panzerini, 2010).

Étude de cas : Capítulo 3 : « Uso de la Ciudad desde la Perspectiva de Género »: Segundo Plan de Igualdad de Oportunidades y Trato para varones y mujeres. 2005-2009. Rosario, Argentine. [Chapitre 3 : « Utilisation de la ville d’un point de vue sexospécifique » : Deuxième Plan pour l’égalité des chances et de traitement des hommes et des femmes. 2005-2009, Rosario (Argentine)].

Le Deuxième Plan pour l’égalité des chances et de traitement des hommes et des femmes est un ensemble d’actions visant à prévenir et à faire cesser la discrimination à l’égard des femmes dans la Ville de Rosario. Plus généralement, le Plan contribue à l’édification d’une société plus démocratique devenant progressivement plus accessible à tous les citoyens, plus juste et plus équitable. Le Plan stipule que la mise en pratique de ces actions relève de la responsabilité et de la participation des acteurs suivants : le Conseil municipal, les organismes et services municipaux, les organisations de la société civile, les partis politiques, les groupes de femmes et autres. Le chapitre 3 intitulé « Utilisation de la ville d’un point de vue sexospécifique » confie nommément aux différents organismes municipaux le suivi de certains dossiers comme, par exemple, « Femmes en ville et accès au logement » (Services des logements publics); « Démocratisation de l’espace public (Ministère des travaux publics), « Amélioration de l’environnement » (Ministère des services publics), « Préservation de l’environnement urbain » (Ministère des services publics, Bureau des politiques environnementales). Disponible en espagnol.

Étude de cas : Prevención Maipú : Una comuna segura para todas y todos – Ilustre Municipalidad de Maipú [Prévention à Maipú : Une communauté sécuritaire pour toutes et pour tous »], Santiago (Chili). 2005.

Le Programme « Famille en sécurité » de Maipú fournit une aide aux victimes réelles et éventuelles de la violence familiale par la prestation de services de soutien aux jeunes femmes et aux femmes adultes exposées à la violence dans les espaces publics ou privés. La participation de différents services municipaux, comme la Section de la sécurité des citoyens et la Section de liaison avec la communauté, a contribué à informer et à encourager la communauté, notamment les femmes, à s’impliquer dans la réalisation du programme. La participation de la communauté a été indispensable à la réussite du programme. L’une de ses conséquences positives a été la formation d’alliances stratégiques entre différents partenaires, notamment les réseaux de femmes, les organisations locales et les organismes gouvernementaux locaux, contribuant à assurer une approche intégrée et plurisectorielle. Le programme applique une approche axée sur le respect des droits et encourage les citoyens à connaître et à exercer pleinement leurs droits à vivre dans la ville en toute sécurité. La mise en place de comités de prévention a permis de sensibiliser la communauté aux problèmes sécuritaires touchant les femmes. Le programme a permis aux femmes de Maipú de surmonter certaines des difficultés qu’elles connaissent dans un espace essentiellement dominé par les hommes et de contribuer effectivement au renforcement de leur sécurité urbaine. Les femmes sont maintenant en mesure d’influencer l’élaboration de politiques au niveau municipal. Un domaine dans lequel elles sont particulièrement efficaces est celui de la gestion urbaine des quartiers et de la mise en place d’une infrastructure sécuritaire appropriée. Ce programme est l’un des trois lauréats du 4e Concours 2008 sur les villes plus sûres pour les femmes organisé par UNIFEM.  Disponible en espagnol.

Ressource :

Gender in Local Government – A Sourcebook for Trainers [Le genre dans le gouvernement local – Cahier de resources pour les formateurs] (P. Khosla et B. Barth, 2008). Programme des Nations Unies pour les établissements humains, Nairobi (Kenya). Ce manuel est une ressource élaborée à l’intention de facilitateurs expérimentés qui mènent des actions de renforcement des capacités des administrations locales. Parmi les participants aux activités destinées à renforcer les capacités sur des questions comme les droits des femmes et l’égalité des sexes figurent généralement des élus locaux, des gestionnaires, des employés et des représentants d’organisations partenaires. Le manuel propose une présentation de son cadre conceptuel et de ses objectifs, un aperçu conceptuel de l’analyse de l’égalité et de l’égalité des sexes, et une analyse sexospécifique des questions relatives aux établissements humains, notamment les administrations locales et la violence envers les femmes. La Section 3, intitulée « Femmes, genre et gouvernance locale » présente plusieurs acteurs et organismes publics locaux, comme les urbanistes et les services publics, dont la contribution est essentielle à l’aménagement de villes sûres pour les femmes. Le manuel propose des études de cas et des exercices d’atelier en complément des programmes de formation. Disponible en anglais et en portugais.

Incorporar el Enfoque de Equidad de Género en las Politicas Publicas. Una propuesta metodologica (Placer la sexospécificité au coeur des politiques publiques:  Proposition méthodologique) (Secretaria de estado de la mujer, Republica Dominicana, 2006). Ce manuel, réalisé avec le concours du FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la population), est destiné à faciliter l'élaboration et la mise en oeuvre des politiques publiques avec une perspective sexospécifique. Le chapitre 3, intitulé "Placer la sexospécificité au coeur des politiques publiques", propose des méthodologies et des exemples variés de développement d'indicateurs de la condition féminine à utiliser au stade de l'évaluation pour mesurer la portée des interventions (p. 27-32). En page 54 figurent une annexe d'accords internationaux sur les indicateurs de la condition féminine, ainsi que les résultats d'un nombre de séminaires et conférences réunis sous les auspices de la CEPAL et de l'ONU.  Disponible en espagnol.

Autonomisez les femmes et établissez des espaces et des mécanismes participatifs leur permettant d’exprimer leurs points de vue et leurs exigences concernant l’élaboration de politiques visant à rendre les villes plus sécuritaires pour les femmes et les filles.

Le terme « public » dans la politique publique implique l’intégration de la participation citoyenne sur un pied d’égalité (Burijovich; 2005). Ces espaces et mécanismes favorisent la création d’un nouveau cadre de gouvernance dans lequel les citoyens participent aux affaires publiques et prennent des décisions sur ces questions. Ce cadre permet aux femmes de se faire entendre et de peser sur l’orientation des politiques publiques touchant à la réalisation de leurs droits, à la prévention de la violence sexiste et aux interventions pour la combattre, et à l’aménagement de villes sûres. Compte tenu du fait que les femmes savent ce qui les touche et ne les touche pas, ce sont elles qui sont les mieux placées pour indiquer ce qu’il faut faire et pour orienter les efforts d’aménagement de villes plus sûres. Les femmes des quartiers concernés devraient être invitées à participer au processus décisionnel pour faire connaître personnellement leurs préoccupations et leurs centres d’intérêt. Compte tenu du fait que certaines femmes sont mal à l’aise pour s’exprimer devant les autorités publiques, il faudra prévoir l’allocation de ressources au renforcement des capacités des groupes de femmes des quartiers concernés pour faciliter leur pleine participation au processus de prise de décisions. La participation des organisations des femmes permettra aussi d’identifier les outils d’information et la formation technique dont elles ont besoin pour apporter leurs contributions de manière efficace. La constitution de groupes consultatifs composés uniquement de femmes est un autre moyen possible pour permettre aux femmes de se sentir en sécurité et à l’aise pour exprimer leurs points de vue sur les questions sécuritaires, et pour que leurs points de vue soient intégrés dans les politiques municipales relatives à ces questions.

Étude de cas : Agenda de Incidencia. Grupo Focal de Mujeres de la Localidad de Suba. Colombia. (2008). [Programme de mobilisation développé par le Groupe de réflexion des femmes de Suba, Suba (Colombie)].

Ce manuel décrit les mécanismes participatifs qui ont abouti à l’élaboration du Programme de mobilisation par le Groupe de réflexion des femmes de Suba. Il indique les méthodes utilisées pour apprendre aux responsables des organisations locales de Suba à repérer les lieux peu sûrs et les causes et conséquences de ce manque de sécurité. Ces données ont ensuite été utilisées par les femmes pour élaborer des propositions d’activités de mobilisation politique pour remédier aux problèmes. Le Programme de mobilisation a débouché sur sept propositions d’action et de mobilisation pour la sécurité des femmes à Suba. Chaque proposition définit clairement les objectifs, les actions et les responsabilités, et vise à orienter les politiques publiques en matière de sécurité des femmes, en veillant notamment à l’intégration des sexospécificités. Les sept propositions sont les suivantes :

Au niveau local :

Garantir la sécurité des espaces publics pour les femmes (interdire l’accès aux espaces inoccupés et aux terrains vagues, assurer l’éclairage, l’entretien, la signalisation et la surveillance, entre autres).

Au niveau du département :

Garantir la sécurité des femmes dans les transports publics;

Encourager les autorités locales et nationales à conclure un accord qui confère aux agents de la police locale, civique et environnementale la mission de prévenir et de combattre la violence à l’égard des femmes dans les espaces publics;

Intégrer la question de la violence envers les femmes dans les espaces publics dans le champ d’activité des divers organismes et services publics chargés de fournir une aide aux femmes victimes de la violence;

Accroître l’autonomie des femmes et l’autonomisation des organisations locales de femmes;

Au niveau national :

Soutenir la Loi intégrale sur les actes de violence et en surveiller l’application;

Former des alliances et convenir d’initiatives pour l’élaboration et l’application d’une législation sur les médias et la publicité non-sexistes.

Le Programme de mobilisation a été élaboré dans le cadre du Programme régional d’UNIFEM « Villes sans violence à l’égard des femmes, villes sûres pour tous », exécuté par le Réseau Femmes et Habitat de l’Amérique latine et des Caraïbes. Disponible en espagnol.

Étude de cas : Conseil consultatif des femmes, Bogota (Colombie).

Le Conseil consultatif des femmes est un organisme technique et politique qui défend les besoins et les intérêts des femmes qui vivent dans la capitale colombienne. Il fait fonction d’organisme de coordination entre les organisations de femmes de Bogota et les services publics du district de la capitale. Le Conseil a été établi conformément à un cadre d’orientation politique axé sur les femmes et la sexospécificité. Il est composé de 25 représentantes des groupes de femmes des quartiers de la ville et de 11 membres des services politiques et administratifs de la municipalité. Le Conseil a pour objet d’offrir un espace d’analyse conceptuel des questions relatives aux politiques publiques axées sur les femmes et l’égalité des sexes qui visent à éliminer les disparités et la discrimination subies par les femmes en raison de leur sexe. Disponible en espagnol.

Étude de cas : Atlanta Women’s Agenda [Programme des femmes d’Atlanta], Géorgie, États-Unis d’Amérique.

Le Programme des femmes d’Atlanta est une initiative du maire de la ville, Shirley Franklin, qui a été mis en place pour attirer l’attention sur les problèmes qui préoccupent les femmes et pour mobiliser l’opinion en faveur du changement. Il offre aux femmes d’Atlanta une tribune publique en faisant ressortir les problèmes qu’elles affrontent et en proposant des solutions à ces problèmes. Le programme bénéficie du soutien de partenaires stratégiques, comme la League of Women Voters of Atlanta/Foulton, qui apportent leur contribution au développement et à la mise en application d’actions visant à régler ces problèmes. Le programme bénéficie aussi de l’appui du Conseil consultatif, qui représente un échantillon démographique de la ville. Le maire invite des particuliers à siéger au Conseil et à participer aux activités de planification urbaine, à proposer des idées, à produire des outils et à assurer le suivi et l’évaluation des initiatives. Le Conseiller au Maire d’Atlanta pour les questions relatives aux femmes est chargé de la coordination et du développement du programme. Disponible en anglais.

Étude de cas : Mapa de la ciudad prohibida para las mujeres. [Carte de la Ville interdite pour les femmes] Municipalité de Basauri (Espagne).

La carte de la Ville interdite pour les femmes a été tracée dans le cadre d’une campagne contre la violence envers les femmes, organisée par la Section pour l’égalité des chances de la municipalité de Basauri. L’autonomisation et la participation des jeunes femmes est l’un des principaux objectifs de cette campagne.  La carte de la Ville interdite est un outil innovant qui vise à encourager les femmes de Basauri à identifier les principaux problèmes et les difficultés qu’elles rencontrent dans leur ville. La carte a été tracée à partir des impressions de sécurité et d’insécurité que provoquent les espaces publics de la ville chez les femmes, s’efforçant notamment de localiser les lieux et parcours où les jeunes femmes ne se sentent pas en sécurité la nuit. Des réunions et des ateliers ont été organisés à cette fin, ce qui a permis d’avoir une représentation visuelle de ces endroits. Disponible en espagnol.

Ressources :

Le Lobbying au féminin : Trousse à l’intention des femmes de toutes les diversités qui Influencent la Ville d’Ottawa (Initiative Une ville pour toutes les femmes)(Canada), 2004. Ce guide a pour objectif d’aider les femmes à influencer le processus décisionnel municipal. Il explique l’organisation d’un conseil  municipal canadien et la manière dont fonctionne son budget. Il explique le processus du lobbying et propose aux femmes des moyens de faire pression auprès de leurs représentants. Le guide décrit aussi les étapes de l’implication des femmes dans le processus de prise décisionnel municipal et offre des conseils simples sur la question. Disponible en français et en anglais.

Guide for Municipalities to Increase Women’s Participation in Consultation Processes in Increasing Women’s Participation in Municipal Decision-making Processes: Strategies for More Inclusive Canadian Communities. A Resource Kit [Guide destiné aux municipalités pour accroître la participation des femmes aux processus consultatifs dans Accroître la participation des femmes aux processus de prise de décisions municipales : Stratégies pour des communautés canadiennes plus inclusives. Une trousse d’outils]. FCM (Canada). Ce guide offre une série de recommandations aux administrations locales sur la manière de renforcer les mécanismes de participation des femmes au processus de prise de décisions municipales. Il note que, pour être efficace et prise au sérieux, la participation des femmes doit être réelle, pertinente et inclusive, et s’appuyer sur des actions concrètes. Le guide énumère un certain nombre d’actions que les municipalités et les organisations de femmes devraient envisager d’entreprendre lors de l’intégration des femmes dans le processus politique. Disponible en anglais.

Notre point de vue compte ! Les femmes, dans leur diversité, peuvent influencer la Ville d’Ottawa (Initiative Une Ville pour toutes les femmes, 2007). Initiative Une Ville pour toutes les femmes et la Ville d’Ottawa (Canada). Ce dépliant propose aux femmes et aux organisations de femmes des conseils sur leur participation à la vie municipale. Les sujets abordés concernent l’organisation des services municipaux, les possibilités offertes aux femmes de contribuer au processus politique, les moyens d’exprimer leurs opinions, la manière de préparer un exposé devant un comité permanent ou une entrevue avec un conseiller municipal, et d’autres conseils sur la façon de communiquer avec les autorités et d’influencer leurs décisions. Le dépliant porte essentiellement sur la Ville d’Ottawa, mais les partenaires des programmes peuvent s’y référer pour influencer les décisions en matière de sécurité des autorités municipales d’autres villes. Disponible en anglais, en espagnol, en français, en kinya-rwanda, en somalien, en arabe et en chinois.

Encouragez la participation de groupes vulnérables et examinez les différentes formes de violence dans les espaces publics lors de l’élaboration de politiques publiques.

Les groupes vulnérables comprennent par exemple les jeunes filles, les travailleuses du sexe, les femmes handicapées, les membres des minorités ethniques et raciales et les immigrantes, les lesbiennes, les transsexuelles, etc. Les membres de ces divers groupes sont victimes de crimes et d’actes de violence différents de ceux dont sont victimes les autres femmes, et les intersections de ces facteurs peuvent accentuer leur vulnérabilité. L’aménagement de villes sûres et inclusives pour les femmes doit amener à réfléchir sur la manière de renforcer la sécurité urbaine pour toutes les catégories de femmes. C’est pourquoi il est important d’assurer la participation de tous les groupes de femmes à l’élaboration de politiques dans ce sens.

Ressource :

Unidad de Diversidad Sexual [Section de la diversité sexuelle]. Bogota, Colombie. Cette section appartient au sous-département chargé des questions féminines du département de la planification urbaine du district du gouvernement municipal de Bogota. En coopération avec d’autres agences locales, la section de la diversité sexuelle dirige et coordonne les actions publiques de suivi et d’évaluation en matière de diversité sexuelle dans la capitale du pays. La section est également chargée de la gestion et de la mise en place de plans, programmes, projets et mécanismes qui préconisent la reconnaissance des droits des groupes de gays, lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles et qui proposent des approches globales et ciblées pour assurer le respect de tous leurs droits. Disponible en espagnol.