Villes sûres
Considerations générales
Related Tools

Veillez à ce que le secteur public et/ou les organismes gouvernementaux accordent la priorité à l’intégration de l’égalité des sexes et de la violence à l’égard des femmes dans leurs politiques et programmes

Dernière modification: December 03, 2010

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

La disponibilité de programmes et de services qui accordant la priorité à l’égalité des sexes peut faire en sorte que les femmes ne soient pas exposées à la violence dans leur existence. Ces types de politiques sont conçues spécifiquement pour que les femmes et les hommes aient accès aux biens publics sur un pied d’égalité. Certains programmes et politiques visent tout particulièrement les sources de l’inégalité des sexes, telles que la violence à l’égard des femmes. Les planificateurs urbains, concepteurs, architectes et ingénieurs exercent souvent une influence considérable sur les politiques et les programmes touchant à la sécurité des femmes et des filles. C’est ainsi, par exemple, que les politiques concernant le logement peuvent avoir des répercussions sérieuses sur la sécurité ou l’insécurité des femmes et des filles dans leur communauté. Une étude récente menée en Argentine, au Brésil et en Colombie a montré que les politiques de logement peuvent avoir un impact sur la sécurité des femmes exposées à la violence conjugale; dans les villes où les logements d’un coût abordable sont rares ou inexistants, de nombreuses femmes économiquement dépendantes des hommes qui les maltraitent estiment qu’elles ne peuvent pas quitter ceux-ci, faute d’alternatives réalistes en matière de logement (COHRE, 2010, 5). La même étude a noté que les femmes peuvent ne pas se sentir en sécurité dans leur communauté en raison du simple fait qu’elles sont célibataires, ce qui souligne qu’aucune politique ou aucun programme ne peuvent être appliqués sans changement sociale de plus grande envergure,

« En Colombie, les femmes ont également signalé que l’insécurité de leur quartier faisait partie de l’équation lors de la décision de rester dans une relation de violence, étant donné que les femmes seules sont mal vues dans leur communauté et qu’elles sont également plus exposées à des agressions, en particulier sexuelles, commises par des étrangers. Cette réalité d’insécurité et de vulnérabilité à la violence au sein de la communauté oblige essentiellement les femmes à choisir entre le maintien de relations de violence ou l’exposition aux conséquences de la vie en tant que femme vivant seule. » (COHRE, 2010, 6).

Pour de plus amples information sur les poltiques et programmes concernant la création de villes sûres pour les femmes et les filles, voir les Politiques, lois et règlements nationaux et municipaux (LINK HERE).

Allouez des ressources à la sécurité dans les lieux publics et à la prévention du harcèlement sexuel et de l’agression à l’égard des femmes et des filles.

Il est important d’allouer des ressources suffisantes à la planification et à l’aménagement d’espaces publics sécuritaires pour les femmes. L’allocation des ressources nécessaires par les promoteurs et les responsables municipaux à l’aménagement d’espaces sécuritaires pour les femmes indique à l’opinion que le droit des femmes à vivre en milieu urbain et à l’abri de la violence sexiste constitue une préoccupation prioritaire. Les budgets alloués à cette fin peuvent prévoir le financement de la construction ou du réaménagement d’espaces publics existants, de la mise au point de politiques et de programmes contre la violence à l’égard des femmes dans les lieux publics, comme les campagnes de prévention du harcèlement sexuel dans les transports publics, ou l’institution de politiques et de programmes de tolérance zéro dans les écoles, les universités et leur proximité, et ainsi de suite. La budgétisation sexospécifique est une méthodologie particulièrement efficace d’incitation des gouvernements à allouer des fonds à l’aménagement d’espaces publics sécuritaires pour les femmes et les filles.

Exemple :

Los Presupuestos Sensibles al Género en el Municipio de Villa El Salvador, Peru [La budgétisation sexospécifique dans la municipalité de Villa El Salvador, (Pérou)] (UNIFEM, 2001).

Cette initiative, mise en œuvre depuis 2001 dans le cadre du projet d’UNIFEM « Renforcer la gouvernance démocratique au niveau local : Initiatives de budgétisation sexospécifique en Amérique latine » vise à intégrer la perspective sexospécifique dans les projets et budgets de Villa El Salvador. Les activités menées dans ce cadre ont pour objectif de sensibiliser l’opinion, de renforcer les capacités et d’encourager la coopération avec d’autres organisations de femmes, des ONG, des cantines populaires, des agents sanitaires locaux, entre autres, dans le cadre d’une démarche participative. (Presupuesto y Género en América Latina y el Caribe, sans date). De plus amples renseignements sont disponibles en espagnol.

Ressources :

Pratique de la budgétisation sensible au genre : un manuel de formation (Fonds de développement des Nations Unies pour la femme et Fonds des Nations Unies pour la population, 2006). La budgétisation sexospécifique est un outil employé pour examiner et comprendre les budgets publics, notamment du point de vue des besoins des femmes. Cet outil offre aux femmes la possibilité d’identifier les domaines où le financement public est le plus nécessaire pour soutenir les activités sexospécifiques, comme les programmes en matière de renforcement de la sécurité urbaine des femmes. Ce guide de 69 pages explique également comment apprendre aux femmes des collectivités locales la budgétisation sexospécifique. Le manuel est disponible en français, en anglais et en espagnol.  Consulter également le site Web de la budgétisation sexospécifique d’UNIFEM pour des outils et des matériels connexes.

¿Por que el presupuesto participativo es une herramienta para pensar une ciudad más segura? [Comment utiliser la budgétisation participative pour envisager un cadre urbain plus sécuritaire.] (2008). Cet opuscule a été produit pour attirer l’attention des conseillers qui travaillent sur le budget participatif de la ville de Rosario sur le problème de l’allocation de ressources aux projets sensibles aux sexospécificités. Cette initiative se situe dans le cadre du Programme régional d’UNIFEM « Villes sans violence à l’égard des femmes, villes plus sûres pour tous », exécuté par le Réseau Femmes et Habitat de l’Amérique latine et des Caraïbes. Disponible en espagnol.

Proposez l’adoption d’un plan de sécurité communautaire qui correspond aux besoins et aux droits des femmes.

En règle générale, les urbanistes et les concepteurs urbains sont employés par le département de la planification urbaine (ou le département de la planification régionale dans les zones rurales). Ces départements sont chargés d’établir des directives en matière de planification urbaine et d’aménagement des espaces publics. Le département de la planification urbaine est tenu par les actions et les engagements pris par la ville de favoriser l’égalité des sexes ou de renforcer la sécurité collective. Les partenaires des programmes peuvent faciliter l’aménagement d’espaces publics sécuritaires pour les femmes en réclamant au département de la planification urbaine de leur ville l’adoption d’un plan de sécurité local respectueux des besoins et des droits des femmes. L’adoption d’un tel plan oblige tous les urbanistes et les architectes à en respecter les dispositions tant qu’ils travaillent pour la ville.

En sus du plan de sécurité communautaire, tous les autres projets urbains devraient avoir comme objectif déclaré d’encourager la participation de la collectivité et/ou des usagers, y compris les femmes, en tant que citoyen(ne)s aux droits égaux à la ville et spécialistes en aménagement urbain.

Les plans et politiques communautaires peuvent traiter le problème de la sécurité communautaire par les actions suivantes :

  • Établir des critères et des directives pour garantir que la nature et l’emplacement des projets de développement renforcent la sécurité individuelle et collective et sont accessibles à toutes les catégories de la population.
  • Encourager la constitution de partenariats avec d’autres services et organismes gouvernementaux, des entreprises privées et des sociétés et des groupes communautaires pour l’apport d’installations susceptibles d’accélérer la construction de logements abordables, de parcs, d’installations récréatives, de services de garderie et autres services sociaux.
  • Veiller à ce que les espaces, les services et les installations publics en cours d’aménagement sont accessibles à toutes les catégories de la population. Par exemple, étant donné que les activités de loisirs sont essentielles aux jeunes et à leur santé et contribuent à faire baisser la criminalité, on pourra accorder une attention particulière à la mise en place d’installations et de programmes supplémentaires dans les quartiers où les familles ont des difficultés financières et d’autres difficultés d’accessibilité connexes.
  • Encourager les contributions de groupes de population et d’usagers spécifiques et variés en vue de garantir une représentation satisfaisante dans le processus décisionnel.
  • Interdire l’exclusion de certaines formes d’usage de terrains dans les arrêtés municipaux pour réduire les obstacles à la prestation de services essentiels et autres services sociaux comme les abris/refuges et les maisons de transition.

 Cowichan Women against Violence Society. (2002). Les femmes et la sécurité communautaire : guide de planification pour l’édification de collectivités sûres (extraits des pages 3-27 et 3-28). Duncan (Canada) : Cowichan Women against Violence Society. Disponible en français et en anglais.

Étude de cas : Audit sexospécifique de la planification locale
à Plymouth (Royaume-Uni)

L’audit sexospécifique mené lors de l’examen d’un projet de planification local à Plymouth a été le premier de cette nature réalisé au Royaume-Uni. Il a permis d’établir un profil ventilé par sexe de la ville de Plymouth, en se servant de statistiques facilement disponibles et des conclusions d’une série de consultations avec des individus menées dans le cadre de l’audit de 2000.  A partir de ces informations, l’audit a pu démontrer comment l’on pourrait procéder pour intégrer systématiquement la perspective sexospécifique dans l’élaboration de programmes locaux, en particulier dans la Stratégie de planification pour Plymouth. L’audit a été réalisé suivant les étapes suivantes :

  1. Établissement d’un profil ventilé par sexe de Plymouth reposant sur l’analyse des liens qu’entretiennent les hommes et les femmes avec la ville, à partir de statistiques facilement disponibles (coefficients hommes/femmes chez les usagers des transports publics et les piétons, taux de délinquance de rue ventilé par sexe, etc.) et des conclusions tirées d’une série d’entretiens et de consultations.
  2. Établissement d’une matrice de questions sexospécifiques reposant sur les conclusions, avec les incidences sur la planification (voir tableau).
  3. Intégration de la perspective sexospécifique dans la Stratégie de planification pour Plymouth, identification des aspects sexospécifiques des objectifs et de plusieurs données clés relatives à la sexospécificité identifiées lors de la collecte d’informations et de données.
  4. Sondage du personnel participant à l’évaluation de la capacité de la ville de Plymouth à intégrer la dimension sexospécifique dans le processus de planification, c’est-à-dire compétences et lacunes par rapport à l’application de la politique.
  5. Propositions pour l’élaboration d’une politique sensible aux sexospécificités.

Extrait du National Development Plan (NDP), page 14, Gender Equality Unit (2001). Gender Equality in Urban Development [Égalité des sexes et développement urbain]. Dublin, NDP. Disponible en anglais.

Matrice de questions liées au genre utilisée dans l’audit sexospécifique de Plymouth

Politique ou proposition de planification

Données sexospécifiques pertinentes

Réactions actuelles  de la communauté

Incidences sexospécifiques

Incidences de la planification

Recommandations  de politique

Relocaliser l’expansion des immeubles administratifs à proximité des autoroutes périphériques

60 % des employés de bureau sont des femmes

80 % des usagers des transports publics sont des femmes, et 30 % seulement des femmes disposent d’une voiture durant la journée

Récriminations concernant les temps de déplacements

Manque de services d’appui

Nombre accru d’enfants asthmatiques

Nouveau lieu inaccessible sans voiture

Réduction des possibilités d’emploi pour les femmes avec répercussions sur la viabilité économique de la ville

Nouveau projet pas rattaché aux écoles, commerces, transports publics

Réduit la possibilité d’enchaîner les voyages,  accroît les temps de déplacement

Agit comme pôle d’attraction pour une décentralisation ultérieure

De préférence ne pas donner suite à cette proposition

Si d’autres facteurs exigent la poursuite du programme, renforcer les liaisons de transports publics et chercher à coordonner les futurs politiques sur les sites adjacents et l’accès aux écoles, aux commerces, aux quartiers résidentiels

Mise en œuvre par le biais moyen d’un système tarifaire et d’un accord de planification

Réserver les principales artères du centre-ville aux piétons dans le cadre du programme d’aménagement urbain

Vérifier la répartition par sexe des piétons, les taux de délinquance dans la rue et les raisons d’emprunter ces itinéraires

Vérifier les réactions aux propositions des résidents et des consultants

Accessibilité et sécurité réduites; distances plus grandes entre les arrêts d’autobus

Vérifier que la proposition répond aux besoins des usagers

Éviter les obstacles à l’interaction sociale comme les pavés et les marches en pierre irrégulières

Préciser les exigences en détail, avec référence éventuelle au Guide d’aménagement révisé du centre-ville

Envisager la possibilité d’autoriser le retour des  voitures le soir pour renforcer la surveillance; prévoir un meilleur éclairage, des toilettes et des arrêts d’autobus

Extrait de Royal Town Planning Institute (RTPI). (2007) Gender and Spatial Planning RTPI Practice Note 7, page 19. Londres: RTPI. The Plymouth Gender Audit est disponible à l’achat en anglais. 

Étude de cas : Universal Design Guiding Principles [Principes directeurs universels d’aménagement], Ville de Winnipeg (Canada).

Il s’agit ici de principes d’aménagement d’installations sécuritaires visant à autoriser l’accès du milieu urbain à tous les groupes d’usagers. Chaque principe correspond aux besoins particuliers de chaque groupe, y compris les femmes. Ces principes constituent la clé de voûte du Plan Winnipeg 2020 et de la « City of Winnipeg’s Universal Design Policy » [Politique d’aménagement universel de la Ville de Winnipeg] adoptés en 2001. Les quatre principes directeurs de l’aménagement universel – aménagement inclusif, aménagement simple et clair, aménagement sécuritaire et aménagement agréable – visent à garantir que :

  • Tous les besoins de la collectivité sont pris en compte et compris dans la prestation de services publics intégrés. C’est la diversité et l’intégration qui rendent nos communautés stimulantes et dynamiques.
  • Les possibilités offertes aux citoyens d’utiliser leur environnement de manière pratique et respectueuse contribuent à l’intégration urbaine.
  • Un environnement facile à parcourir et clairement indiqué rend la ville accueillante.
  • La sécurité est un aspect de l’accessibilité urbaine.
  • Winnipeg est une ville agréable pour tous, pour y vivre, la visiter, y faire des affaires ou s’y divertir.

Extraits des Universal Design Guiding Principles, Ville de Winnipeg (janvier 2006). Planning, Property and Development Department, Planning and Land Use Division. Disponible en anglais.

Étude de cas : El Cabildo de la Red Comunal pour la No Violencia, San Pedro de la Paz, Concepción, Chili (Réunion communale à l’Hôtel de Ville avec le Réseau communautaire pour la non-violence).

En 2008, des représentants d’organisations féminines et de groupes de la société civile se sont réunis à San Pedro de la Paz pour y rencontrer les autorités locales et régionales. La réunion communale était organisée par  le Réseau communautaire pour la non-violence dans le but d’offrir aux citoyens le moyen d’influencer la formulation de politiques au niveau local. La réunion communale s’est efforcée d’associer les acteurs de la société civile et les acteurs de l’État à l’analyse et au débat sur l’efficacité des politiques publiques en matière de violence à l’égard des femmes. Elle a mis en évidence les carences des politiques publiques en matière de violence sexiste et le recul des pouvoirs publics sur cette question. Les participants ont par ailleurs déploré le peu de soutien accordé par l’État aux groupes de la société civile qui participent activement au combat contre la violence sexiste. La réunion a contribué à remédier à cette situation en offrant aux représentants des organisations de femmes et aux responsables locaux l’occasion de s’entretenir face-à-face.

D’après X. Valdez (2008) : « Haciendo frente a la violencia de género: intervenciones desde la sociedad civil » [Faire face à la violence sexiste : interventions de la société civile]. Dans Ediciones SUR, 65. Disponible en espagnol

Ressources :

Planning for Safer Communities : A Guide to Planning for Safety of Women and Children in Small and Rural Communities [Planifier la sécurité des communautés : Guide d’aménagement en faveur de la sécurité des femmes et des enfants dans les petites communautés et les communautés rurales]. (Cowichan Women Against Violence Society, 1999). Ce guide, qui s’adresse principalement aux communautés de petite taille et rurales, peut également être utilisé dans les zones urbaines. Il offre des instructions précises sur l’intégration des questions sécuritaires des femmes dans le processus de planification urbaine. Il identifie également les principaux domaines que l’on peut cibler dans les programmes en matière de sécurité des femmes (peur de la criminalité et de la violence, obstacles aux activités, facteurs qui affectent la sécurité et le sentiment de sécurité). En outre, le guide offre des conseils sur la manière d’intégrer des dispositions sécuritaires dans chaque domaine d’activité d’un programme local (quartiers résidentiels, zones industrielles, etc.) Les parties 1 et 2 sont disponibles en anglais.

Re-Moving the Goalposts [Redéplacer les buts] (Women’s Design Service, 2002). Ce guide a été conçu comme un outil de travail pratique à l’usage de toutes les personnes qui participent aux travaux des conseils de partenariat pour la rénovation et le renouveau urbain et aux autres organes délibérants actifs dans ce domaine. Il vise à encourager les pratiques de travail participatives, et l’élaboration et la mise en œuvre constante de processus qui font appel aux compétences et aux connaissances locales. Le guide s’appuie principalement sur les travaux de recherche et de développement communautaires menés par le Women and Regeneration Project, auxquels ont participé, de 1999 à 2001, des groupes de femmes de trois quartiers londoniens en rénovation. Le guide a pour objectif d’attirer l’attention sur les obstacles qu’affrontent les différents groupes de femmes qui vivent dans de tels quartiers et de proposer des solutions. Il contient aussi des listes de vérification de l’évaluation du degré d’intégration des travaux des organismes décisionnels. Ces outils d’intégration progressive visent à faciliter les activités des partenariats. Ce guide est disponible à l’achat en anglais.

 Guide de consultations participatives pour accroître la participation des femmes dans Accroître la participation des femmes aux prises de décision municipales : Stratégies pour les collectivités canadiennes plus inclusives (C. Purdon, 2004). Fédération canadienne des municipalités : pages 39 – 43. Ce guide explique comment les organismes publics et les organisations de femmes peuvent formuler des stratégies, lancer des actions et examiner les problèmes en collaboration avec des groupes de femmes selon des modalités qui encouragent à la participation. Disponible en français et en anglais.

Guide d’accès dans Accroître la participation des femmes à la prise de décisions municipales : Stratégies pour les collectivités canadiennes plus inclusives (C. Purdon, 2004). Fédération canadienne des municipalités : page 21. Au moyen de fiches techniques, de listes de vérification et d’exemples, cet outil examine comment les autorités municipales et les organisations de femmes peuvent contribuer à renforcer la participation des femmes aux processus de prises de décision et de formulation de politiques publiques. Il peut être utilisé dans la collaboration avec les instances gouvernementales sur l’aménagement urbain sécuritaire pour les femmes. Disponible en français et en anglais.

Assurez-vous que les urbanistes et les architectes sont conscients des besoins sécuritaires des femmes.

Il importe que tous les acteurs qui participent aux processus de planification et d’aménagement urbains reçoivent une formation sur la nature sexospécifique des services et des espaces publics et sur les expériences et les besoins différents des hommes et des femmes en milieu urbain. C’est là une condition préalable à l’aménagement de villes et de collectivités sécuritaires pour les femmes. Une telle formation permet d’écarter le risque de concevoir et d’aménager les espaces publics uniquement d’un point de vue masculin ou « neutre ». Pour de plus amples renseignements sur la formation d’urbanistes et d’architectes en matière de villes sûres pour les femmes, prière de consulter la section Renforcement des capacités.

La question de la planification des lieux d’aisance (privés et publics) illustre bien le fait que les femmes sont moins en sécurité que les hommes du fait de la médiocrité ou de l’absence de planification de l’infrastructure. Dans les établissements informels et les taudis de Nairobi (Kenya), le manque d’accès aux lieux d’aisance présente pour les femmes et les filles un problème qu’il s’agit de résoudre dans les meilleurs délais.

« Les femmes et les filles vivant dans ces établissements informels sont particulièrement affectées par le manque d’accès à des installations appropriées pour la satisfaction de leurs besoins naturels ou leur hygiène corporelle. Non seulement les femmes ont-elles des besoins physiques différents de ceux des hommes (en rapport, par exemple, avec la menstruation) mais elles ont également besoin d’un isolement plus grand dans les lieux d’aisance et lors de leur toilette/bain. Les carences des installations d’hygiène et leur inaccessibilité ainsi que le manque général de surveillance et l’insécurité accroissent la vulnérabilité des femmes au viol et aux autres formes de violence sexiste. » (Amnesty International, 2010, 5).

Le Kenya Television Network (KTN) a publié sur le sujet un reportage vidéo

Étude de cas : Aménagement de logements sexospécifiques. Frauen-Werk-Stadt, Vienne.

Ce projet pilote de logements à Vienne (Autriche) avait pour but à la fois d’accroître le nombre d’experts féminins aux projets de planification et de construction urbaine, et d’attirer l’attention sur les besoins de logement des femmes. Le Frauenbüro [Bureau des affaires féminines] de Vienne a lancé ce projet en 1993 avec un concours architectural, dans le cadre duquel les propositions ont été jugées en fonction de leur capacité à intégrer les besoins des femmes. Le jury était composé  en majorité d’architectes et de paysagistes femmes. Les logements créés sur ce site en 1997 se sont inspirés de la proposition gagnante et ont été construits suivant des critères sexospécifiques. La réalisation du projet a débouché sur la publication d’un guide qui énumère les critères de construction de logements adaptés aux besoins et à la vie quotidienne des femmes (Guidelines for a safer city [Directives pour une ville plus sécuritaire]). Les principes de planification qui y figurent sont adaptables, permettant l’intégration dans le processus de planification d’un nombre croissant de besoins exprimés par les femmes.

Extrait de la page 13 du National Development Plan (NDP), Gender Equality Unit (2001). Gender Equality in Urban Development. [Égalité des sexes et développement urbain]. Dublin : NDP. Disponible en ligne en anglais.  Pour plus de renseignements, consulter le site Web de l’UNESCO.

Parmi les principaux facteurs d’aménagement urbain figurent :

  • Des raccordements entre l’intérieur et l’extérieur de l’immeuble, entre les espaces plats, les cages d’escalier, les cours intérieures/jardins, les places publiques et les rues.
  • Des installations souvent ignorées comme les espaces réservés aux vélos et aux poussettes situées dans des endroits faciles d’accès au rez-de-chaussée, avec des buanderies sur les toits, utilisées en conjonction avec une terrasse commune.
  • Des espaces sociaux, avec une moyenne de quatre unités d’habitation seulement par étage pour éviter l’anonymat et encourager l’esprit collectif.
  • Cages d’escalier à bonne visibilité et bien éclairées pour renforcer la  sécurité. Elles sont aménagées en outre comme des endroits conviviaux où les locataires peuvent passer du temps et communiquer les uns avec les autres.
  • Aménagement particulièrement soigné des cuisines comme principal lieu de rencontre familiale. Elles sont spacieuses, éclairées naturellement et donnent sur les cours intérieures ou la rue.
  • Aménagement d’espaces extérieurs individuels pour la quasi-totalité des appartements.

Liste extraite de la page 22 de Design Consideration in Developing Alternative Housing: A City of Toronto User Guide [Considérations de conception pour les logements alternatifs : un guide de l’utilisateur de la Ville de Toronto]. Levitt Goodman Architects Ltd., Gloria Gallant, Joyce Brown et Sheila Miller. Disponible en anglais.

Ressources : 

Liste « Getting More Women into the Field Operations » in Politics of the Possible: Gender Mainstreaming and Organizational Change: Experiences from the Field [« Impliquer davantage de femmes dans les activités de terrain » dans Politique du possible : Intégration systématique des sexospécificités et changements organisationnels : Expériences du terrain]. (M. Mukhopadhyay, G. Steehouwer et F. Wong, 2006). Oxfam et KIT-Royal Tropical Institute : page 89. Cette liste offre de nombreux exemples de la manière dont les organisations prennent en considération les besoins des femmes dans le cadre de leurs activités. La liste peut être distribuée aux architectes urbains pour les aider à recruter du personnel féminin supplémentaire (et à bénéficier de plus d’avis féminins). Disponible en anglais.

The London Women and Planning Forum [Forum Femmes et planification urbaine de Londres]. Le Forum est un réseau d’information à l’usage des urbanistes, des architectes, des universitaires, des étudiants et des collectivités locales et des associations à but non lucratif qui s’intéressent aux questions d’environnement urbain et d’égalité des sexes. Il vise à modifier et à renforcer le rôle des femmes par rapport aux questions de planification urbaine, à leur offrir la possibilité de faire connaître les problèmes et les difficultés rencontrées sur le terrain, et à stimuler la réflexion féministe dans le cadre de la planification et des études urbaines. D’après le London Women and Planning Forum (LWPF) (sans date). LWPF Background in London Women and Planning Forum. Disponible en anglais.

Gendersite: Gender and the Built Environment Database [Site Genre : Base de données genre et cadre bâti] (Women’s Design Service; Queen Mary. University of London et Urban Buzz 2008). Cet outil en ligne a été développé pour aider les décideurs, les architectes, les universitaires et les urbanistes à approfondir leurs connaissances sur les questions relatives à l’égalité des sexes et du cadre bâti. Le site comprend des études de cas internationales et une base de données de ressources interrogeable (manuels, articles de journaux, thèses) sur le genre, l’égalité des sexes et le cadre bâti. Disponible en anglais.