QUITTER LE SITE

Entreprendre une évaluation des besoins de l’établissement

L’amélioration des interventions du secteur de la santé contre la violence sexiste a des incidences sur de nombreux aspects du fonctionnement d’un centre de soins. À titre d’exemple, la prestation de services de qualité aux patientes victimes d’actes violents  sera subordonnée à l’existence de salles de consultation privées, de règlements et de protocoles écrits sur les soins à fournir en cas de violence, le volume de patientes à soigner compatible avec la fourniture de services de qualité, l’accès à la contraception d’urgence, et d’un répertoire de services d’orientation dans la collectivité. Un moyen d’évaluer les ressources d’une clinique est d’y envoyer un observateur indépendant pour vérifier la situation sur place. Un autre moyen est d’inviter une équipe du personnel à remplir une liste de vérification ou un questionnaire autogéré où figurent  les ressources indispensables à la prestation de soins de qualité aux victimes de la violence.

Les méthodologies conseillées incluent:

  • Les observations cliniques
  • Les entretiens confidentiels avec le personnel médical représentent une excellente source d’informations sur l’infrastructure, les protocoles et les capacités de soins des centres de santé. Cette méthodologie demande toutefois du temps et des garanties de confidentialité; par ailleurs, le personnel risque de ne pas vouloir se montrer critique vis-à-vis de l’établissement qui l’emploie.
  • Examen des protocoles et des programmes.

Liste récapitulative d’évaluation et de contrôle des éléments indispensables à la prestation de soins de qualité aux femmes victimes de la violence sexiste

Les établissements de santé ont le devoir éthique d’analyser la qualité des soins qu’ils fournissent aux femmes par des évaluations exhaustives et/ou des contrôles continus et réguliers. L’évaluation devrait également passer en revue un certain nombre d’éléments  énumérés ci-dessous qui sont indispensables à la protection de la sécurité des femmes et à la prestation de soins de qualité au vu de l’omniprésence de la violence sexiste:

  1. Valeurs et engagement institutionnels: Est-ce l’établissement s’est engagé à combattre la violence à l’égard des femmes en adoptant une approche systémique au phénomène? Est-ce que les cadres de direction considèrent la violence à l’égard des femmes comme un problème de santé publique et une violation des droits de la personne, et expriment-ils leur soutien aux initiatives d’amélioration des interventions des services de santé dans ce domaine?
  2. Ententes et réseaux d’orientation: Est-ce que l’établissement a développé un réseau de services d’orientation des victimes dans la collectivité, en particulier ceux s’adressant aux groupes féminins, et autres services d’appui? Est-ce que l’information sur ces questions est accessible à tous les prestataires de soins de santé?
  3. Intimité et confidentialité: Est-ce que l’établissement prévoit des espaces séparés, privés et protégés pour les entretiens des femmes avec les prestataires de services de santé? Y a-t-il des protocoles qui garantissent l’intimité, la confidentialité et la protection des femmes, notamment la confidentialité des dossiers? Est-ce que les prestataires de services et ceux qui sont en rapport avec les femmes en question ou ont accès aux dossiers comprennent les protocoles?
  4. Compréhension et respect des législations locales et nationales: Est-ce que les prestataires de services connaissent bien le droit local et national relatif à la violence à l’égard  des femmes, notamment comment définir un crime, comment garder les preuves scientifiques, quels sont les droits des femmes d’entamer une procédure judiciaire contre les auteurs de violences et de se protéger contre d’éventuelles violences, et quelles sont les mesures à prendre pour se séparer d’un conjoint violent? Est-ce que les prestataires de services comprennent leurs obligations vis-à-vis de la loi, notamment le devoir légal de rapporter les cas de violence (ex. en cas de violence sexuelle), et les dispositions désignant les personnes qui ont accès aux dossiers médicaux (ex., les parents ont-ils le droit de consulter les  dossiers médicaux des adolescents)? Est-ce que l’établissement encourage et respecte toutes ses obligations?
  5. Sensibilisation et formation permanente des prestataires: Est-ce que l’établissement fournit ou contribue avec d’autres organisations à fournir une formation permanente du personnel sur la violence liée au sexe, les normes et pratiques nuisibles, les obligations légales et le traitement médical approprié des cas de violence?
  6. Protocoles relatifs aux soins dispensés aux victimes de la violence sexiste: Est-ce que l’établissement suit des protocoles précis et faciles à consulter relatifs au dépistage, aux soins et à l’orientation des victimes de violence sexiste? Est-ce que ces protocoles ont été développés de manière participative, ayant pris en compte les réactions du personnel à tous les niveaux, ainsi que ceux des patients? Est-ce que le personnel connaît les dispositions des protocoles et est capable de les mettre en pratique?
  7. Prophylaxie post-exposition, contraception d’urgence et autre matériel médical: Est-ce que l’établissement dispose de matériel médical en quantité suffisante et est-ce que le personnel a reçu la formation nécessaire pour sa distribution et mode d’emploi?
  8. Matériel d’information et pédagogique: Est-ce que l’information relative à la violence à l’égard des femmes est visible et disponible, notamment sur les droits des femmes et les services locaux auxquels les femmes peuvent s’adresser? 
  9.  Dossiers médicaux et systèmes d’information: Est-ce qu’il existe des mécanisme permettant de documenter les informations sur la violence à l’égard des femmes et de réunir des données et statistiques de service normalisées sur le nombre de victimes de la violence?  Est-ce que les dossiers sont gardés en lieu sûr et en toute sécurité? 
  10.  Contrôle et évaluation: Est-ce que l’établissement prévoit des mécanismes de contrôle et d’évaluation continus de ses activités, en particulier pour ce qui concerne les réactions de l’ensemble du personnel et des femmes qui sollicitent des services? Est-ce que les prestataires de services et la direction ont l’occasion d’échanger régulièrement des idées? Y a-t-il un mécanisme permettant aux patients d’offrir leurs réactions aux soins qui leur sont dispensés?

 

Source: Adapté à partir de S. Bott, A. Guedes, A. Guezmes et C. Claramunt., 2004. Improving the Health Sector Response to Gender-Based Violence: A Resource Manual for Health Care Professionals (Améliorer l’intervention du secteur de la santé contre la violence sexiste: Un guide pratique destiné aux professionnels des soins de santé). NY, NY : International Planned Parenhood Federation/Western Hemisphere Region (Fédération internationale pour la planification familiale/Hémisphère occidental). Disponible en anglais et espagnol.

 

Étude de cas: Agency for Healthcare Research and Quality (AHRQ, USA) (Agence pour la recherche et la qualité des soins de santé)

L’Agence américaine pour la recherche et la qualité des soins de santé participe, dans le cadre de partenariats, à des travaux de recherche approfondie sur les moyens d’améliorer l’intervention des autorités médicales contre la violence familiale aux États-Unis. Cette recherche a permis:

D’identifier les lacunes de la recherche et de souligner le besoin de renforcer la base de preuves dans les domaines du dépistage, de la détection et de la prestation de services aux victimes de la violence.

 

D’aider les agents sanitaires à dépister et identifier les femmes ayant subi des violences en famille.

 

D’établir des instruments susceptibles d’aider les agents sanitaires à conseiller et soigner les victimes de la violence.

 

De développer des instruments d’analyse et d’évaluation des programmes sur la violence familiale.

Les instruments d’évaluation (DELPHI) ont été développés par AHRQ sur la base d’un consensus et sont utilisés dans le cadre hospitalier. Ils comprennent:

 

  1.  Règles et pratiques hospitalières
  2.  Environnement physique hospitalier
  3. Environnement culturel hospitalier
  4. Formation des prestataires de services
  5. Évaluation du dépistage et de la sécurité
  6. Documentation
  7. Services d’intervention
  8. Activités d’évaluation
  9. Collaboration

Pour apprendre plus sur le AHRQ, voir le site web.

 

 

Instruments de référence:

How to Conduct a Situation Analysis of Health Services for Survivors of Sexual Assault (Guide d’analyse situationnelle des services de santé pour les victimes d’agression sexuelle) (South African Gender-based Violence and Health Initiative and Medical Research Council of South Africa). Ce guide fournit des instruments et recommande les mesures à prendre pour la réalisation d’une analyse situationnelle de la qualité des services de santé pour les victimes d’agressions sexuelles. Il comprend une liste de vérification pour l’établissement pour la collecte d’informations sur l’infrastructure des installations où sont soignés les victimes de la violence et sont menés les examens médico-légaux, notamment le traitement, le matériel médical et les examens médicaux proposés par l’établissement. Y est également inclus un questionnaire normalisé pour les prestataires de soins de santé à utiliser lors des entretiens avec les prestataires qui soignent les victimes de la violence. Il est à souligner que cet instrument n’aborde pas des questions comme le déshonneur et la discrimination, le temps d’attente des patientes pour voir le personnel soignant ou ce qui se passe à la fin de l’examen médical. Disponible en anglais.

Clinic Interview and Observation Guide (Entretien clinique et guide d’observation) (Fédération internationale pour la planification familiale/Hémisphère occidental). Cet instrument d’évaluation recueille des informations sur les ressources humaines, physiques et d’information dont dispose une clinique. La première partie du guide est consacrée à une interview avec un petit groupe de membres du personnel (directeur de l’établissement, un médecin et un conseiller). Cette section comporte surtout des questions fermées sur les services, plus précisément les ressources humaines, les protocoles écrits relatifs au dépistage de la violence sexiste, la nature des soins et les mécanismes d’orientation des victimes, et autres services, comme la contraception d’urgence. La deuxième partie examine l’infrastructure physique et opérationnelle de la clinique, comme le caractère privé des salles d’examen et la présence de matériel d’information sur la violence sexuelle. Disponible en anglais et espagnol.

STI/HIV Self-Assessment Module (Module d’auto-évaluation sur le MST/VIH) (Fédération internationale pour la planification familiale/Hémisphère occidental). Ce module d’auto-évaluation comporte un questionnaire d’évaluation des moyens d’un établissement, y compris ses moyens de gestion, d’offrir des services de qualité en matière de santé sexuelle et reproductive. Le questionnaire offre au personnel médical de différents niveaux l’occasion de juger du degré de participation de son établissement à l’examen des nombreux aspects liés à la violence sexiste, notamment la violence sexuelle. Disponible en anglais et espagnol.

Management of Rape Victims Questionnaire (Gestion du questionnaire sur les victimes de viol) (Azikiwe, Wright, Cheng & D’Angelo, États-Unis). Ce questionnaire autogéré destiné aux responsables de programmes des services d’urgence des hôpitaux pédiatriques et pour adultes vise à leur permettre d’évaluer les soins offerts par leurs services aux victimes de viol. Les 22 questions qui y figurent permettent de recueillir des informations sur le nombre de cas de viol traités par un département, les pratiques de dépistage pour maladies sexuellement transmises (MST), les pratiques de contraception d’urgence, les traitements administrés ou prescrits pour la contraception d’urgence, la prophylaxie post-exposition du VIH transmis en pratique non-professionnelle, les traitements administrés ou prescrits pour la prophylaxie post-exposition du VIH, et le suivi du patient. Disponible à l’achat en anglais auprès de Elsevier. 

Using Mystery Clients: A Guide for Using Mystery Clients for Evaluation Input (Clients mystères: Un guide d’utilisation des clients mystères à des fins d’évaluation) (Pathfinder International, 2006). Le guide fournit des éléments de base sur le concept des clients mystères et donne des indications détaillées sur la réalisation et la présentation d’interviews avec des clients mystères dans les centres de soins. Disponible en anglais.

Standardized Interview Questionnaires and Facilities Checklists (Questionnaires normalisés pour les entretiens et listes de vérification pour les établissements de santé) (Christofides, Jewkes, Webster, Penn-Kekana, Abrahams & Martin, Afrique du Sud). Ce questionnaire pour les entretiens face-à-face vise à réunir des informations fournies par le personnel soignant les victimes de viol. Le questionnaire comprend cinq sections où sont collectées des informations ayant trait aux particularités démographiques des prestataires, au genre de services disponibles pour les victimes de viol, à l’existence de protocoles relatifs aux soins prévus pour les victimes de viol dans ledit établissement, à la formation reçue par le prestataire sur le traitement des victimes de viol, et à l’attitude du médecin par rapport à l’acte de viol et aux femmes qui en sont les victimes. Les réponses aux différentes questions servent à établir une échelle de mesure de la qualité des soins cliniques. L’instrument d’évaluation inclut également une liste de vérification remplie par les agents sur le terrain dans chaque centre de soins, où ils consignent la présence ou l’absence de matériel et de médicaments et la qualité structurelle de l’établissement. Les questionnaires pour les entretiens et les listes de vérification pour les établissements de santé sont disponibles en anglais.

Quality of Care Composite Score (Niveau de prestation composite des soins) (Christofides, Jewkes, Webster, Penn-Kekana, Abrahams & Martin, Afrique du Sud). La Quality of Care Composite Score est une évaluation individuelle par les praticiens de santé de la qualité des soins cliniques dispensés par les médecins et les infirmiers qui traitent les victimes de viol au regard des indicateurs de stratégies préventives contre les infections sexuellement transmissibles et de prévention des grossesses, d’orientation des victimes et de qualité des analyses médico-légales. Le guide aborde 11 sujets comme le traitement des infections sexuellement transmissibles et tous les types de vêtements et sous-vêtements à soumettre aux analyses médico-légales. Disponible en anglais.

 

Ver y Attender! Guía Practica para Conocer cómo Funcionan los Servicios de Salud para Mujeres Victimas y Sobrevivientes de Violencia Sexual (E. Troncoso, D. Billings, O. Ortiz et C. Suarez/FNUAP et Ipas, 2006, Amérique latine). Ce guide propose un instrument efficace d’évaluation sur place des services de soins ou d’orientation qu’un établissement est censé devoir ou pouvoir offrir aux victimes de viol, des protocoles et des pratiques, des moyens de garde et de collecte des données, et des diagnostics sur le VIH et de la prophylaxie post-exposition par tranches d’âge. Disponible en espagnol.

Comment aborder en pratique la violence liée aux femmes: Guide programmatique à l’intention des praticiens et gestionnaires de santé (Billings/FNUAP, 2001). Ce guide fournit des indications sur la réalisation d’une analyse situationnelle en p. 44. Disponible en anglais, français et espagnol.

Evaluating Domestic Violence Programs (Comment évaluer les programmes sur la violence familiale) (United States Agency for Healthcare Research and Quality). Cet instrument contribue à la réalisation d’une évaluation formelle de la performance d’un programme hospitalier sur la violence familiale. Il a été développé par une équipe d’experts qui se sont intéressés en particulier à l’examen des mesures structurelles et opérationnelles. L’instrument d’évaluation mesure neuf catégories qui sont précisées en ligne: programmes et pratiques hospitaliers, cadre de vie hospitalier, cadre culturel hospitalier, formation des prestataires de services, dépistage et évaluation des dangers, documentation, services d’intervention, activités d’évaluation et collaboration avec autres prestataires de services. La documentation, notamment l’instrument d’évaluation des établissements de santé, est disponible en anglais.

Programme Twubakane d’évaluation des capacités des formations sanitaires à prendre en charge les violences basées sur le genre (VBG) (IntraHealth, 2008). Disponible en anglais et français.