QUITTER LE SITE

Organiser des activités de formation et de sensibilisation du personnel

  • Le renforcement des compétences professionnelles du personnel est indispensable à de la capacité d’un établissement de santé de répondre à la violence à l’égard des femmes de façon éthique et efficace. Trop souvent, en particulier dans des conditions où les moyens sont limités, le personnel ne reçoit pas la formation et le soutien nécessaires: même s’il en reçoit, il s’agit le plus souvent d’une seule séance avec un suivi limité ou sans suite.
  • En règle générale, les responsables des établissements de santé devront envisager les principales activités suivantes pour renforcer les capacités de leur personnel :
  • Tout l’effectif  de l’établissement de santé, depuis les cadres jusqu’aux services généraux en passant par les prestataires de services, devrait recevoir une formation sur les questions liées à la violence à l’égard des femmes et à la discrimination à leur endroit. Il est prouvé que le personnel médical peut, tout autant que les autres membres de la société, éprouver des préjugés vis-à-vis des victimes de la violence, leur reprochant les faits. Le personnel doit être également rendu conscient de la nature et portée de la violence à l’égard des femmes, de la dynamique de la violence, des facteurs de risque et des conséquences du fléau.
  • Le personnel qualifié, notamment le personnel médical qui fournit des soins aux victimes, devra recevoir une formation supplémentaire et continue sur des éléments clés comme les procédures d’admission, les examens médicaux, la garde des dossiers, etc.

 

  • Le personnel qualifié devra également recevoir un soutien continu, lui permettant de gérer les problèmes posés par le traitement des victimes, sous la forme de supervision, de formation en cours d’emploi, d’examens de cas, etc.

 

Exemple : La Woman Friendly Hospital Initiative au Bangladesh. À compter de 2002, la Bangladesh Woman Friendly Hospital Initiative a été lancée dans 30 établissements hospitaliers du Bangladesh. La gestion de la violence à l’égard des femmes, un des volets d’un projet plus vaste visant à réduire la mortalité infantile, a été désignée comme un objectif prioritaire. Fait important, le projet met l’accent sur la nécessité de renforcer les compétences techniques et d’améliorer les mentalités et comportements du personnel hospitalier lui permettant d’offrir des services respectueux, équitables, rapides, de bonne qualité et adaptés aux patients. On estimait généralement que si les femmes pouvaient recevoir ce type de services, elles seraient plus disposées à se faire soigner et à faire constater leurs blessures. Il a également été établi qu’une attention particulière devait être accordée aux aspects médico-légaux de la violence sexuelle et que le personnel médical chargé d’examiner les patients devait recevoir une formation spécialisée dans ce domaine. À cette fin, un atelier de formation spécialisée de six jours a été mis sur pied, dont une journée consacrée à l’examen des attitudes, des valeurs et des préjugés qui entourent la violence à l’égard des femmes…[et une autre] à l’agression sexuelle et à la gestion clinique et scientifique des femmes qui en sont les victimes.

 

Source: extrait de J. Du Mont et D. White, 2007. The Uses and Impact of Medico-legal Evidence in Sexual Assault Cases: A Global Review. Genève, Suisse: OMS, p.44,  d’après Afsana, 2006; Y.A. Haque, 2001; Y.A. Haque et M. Clarke, 2002.

  • Des enquêtes sur les connaissances, les attitudes et les pratiques (CAP) du personnel visant à établir le niveau, l’ampleur et le type de sensibilisation et de formation à offrir aux différentes catégories de personnel (d’accueil, infirmiers, médecins, spécialistes) devraient précéder les activités de sensibilisation et de formation. En outre, l’information recueillie à cette occasion pourrait alimenter une ligne de base permettant aux programmes de santé de mesurer les changements intervenus au fil du temps au niveau des connaissances, des attitudes et des pratiques des prestataires. Les enquêtes sur les CAP devraient porter sur:
    • Les perceptions, attitudes et convictions personnelles sur la violence à l’égard des femmes;
    • Les connaissances de la problématique hommes-femmes et des droits de la personne;
    • Les compétences techniques (médicales et non-médicales) liées au traitement des victimes de la violence à l’égard des femmes.
  • Les méthodologies de collecte d’informations sur les connaissances, les attitudes et les pratiques des prestataires sont décrites ci-dessous, et incluent  des enquêtes et la collecte de données qualitatives par le biais de débats de groupes et d’autres moyens engageant la participation des prestataires de services. Les données qualitatives contribuent à une meilleure compréhension des points de vue des prestataires. Les données quantitatives rendent plus facile l’évaluation des changements dans le temps.

Méthodologie d’évaluation des CAP du personne

AVANTAGES COMPARATIFS

INSTRUMENTS D’ÉCHANTILLONNAGE

Enquêtes

Les informations recueillies à l’occasion de ces enquêtes permettent d’apprendre:

  • si les prestataires de services ont abordé la question de la violence avec leurs patients, avec quelle fréquence et à quelle occasion;
  • ce que les prestataires de services considèrent comme des obstacles au dépistage;
  • comment les prestataires réagissent aux révélations de violences subies par leurs patients;
  • quelles sont les attitudes discriminatoires ou réprobatrices des prestataires de services;
  • quelles sont leurs attitudes à l’égard des femmes qui ont subi des violences;
  • ce qu’ils connaissent sur les conséquences de la violence sexiste, et
  • quel  est le genre de formation qu’ils ont reçue.

À l’occasion de la réalisation d’enquêtes, il est préférable d’utiliser ou d’adapter des instruments et des sujets déjà désignés ou validés, en particulier ceux extraits de: 

Gender-Equitable Men (GEM) Scale (Horizons and Promundo). Cette échelle évalue les attitudes générales envers les critères de parité des sexes pour fournir des indications sur les normes prédominantes dans une société et l’efficacité des programmes qui cherchent à les infléchir. L’instrument peut être adapté à l’utilisation par les prestataires de soins. Disponible en anglais, espagnol et portugais.

 

Personal Assessment for Advocates Working with Victims of Sexual Violence (The National Resource Sharing Project and the National Sexual Violence Resource Center, 2010) (Évaluation personnelle pour les défenseurs des victimes de la violence sexuelle). Cet instrument a été développé pour aider les défenseurs des droits des victimes de la violence sexuelle à désigner les points forts de leur action et les moyens nécessaires pour en améliorer l’efficacité. L’évaluation est disponible en anglais.

 

The Attitudes Towards Rape Victims Scale (Échelle d’attitudes envers les victimes de viol) (The Arizona Rape Prevention and Education Project). Ces échelles sont des instruments autogérés permettant d’analyser les attitudes individuelles envers les victimes de viol plutôt qu’envers le viol en général. Disponible en anglais.

 

The Sexual Violence Research Initiative (L’Initiative de recherche sur la violence sexuelle) a compilé un ensemble exhaustif d’instruments d’évaluation de programmes et de méthodologies d’analyse de la prestation de soins, des connaissances, des attitudes, des pratiques et des comportements dans les projets et services en matière de violence sexuelle. En les portant à la connaissance des prestataires de services, des cadres de direction, des chercheurs, des décideurs et des militants, entre autres, les responsables de l’Initiative ont cherché à faciliter l’intégration du processus d’évaluation dans les projets et plans programmatiques. Les instruments d’évaluation proviennent des articles parus dans des revues examinées par des confrères qui publient les conclusions tirées des évaluations des services de santé et des interventions en faveur des victimes de la violence sexuelle, rédigées en anglais et en espagnol et rendues publiques entre janvier 1990 et juin 2005. Les instruments se trouvent dans la section Évaluation du site web de l’Initiative de recherche sur la violence sexuelle.

Entretiens semi-structurés

Les entretiens semi-structurés donnent un aperçu des connaissances, des attitudes et des pratiques du personnel médical et permettent d’explorer les difficultés, les obstacles et les préoccupations susceptibles de compromettre la prestation de soins.

International Planned Parenhood Federation/Western Hemisphere Region’s (IPPF/WHR) Survey of Provider Knowledge, Attitudes and Practices (KAP) (Enquête de la Fédération internationale pour la planification familiale/Hémisphère occidental (FIPF/HO) sur les connaissances, les attitudes et les pratiques des prestataires de services) (CAP). Ce face-à-face s’adresse aux prestataires de services de santé aux femmes. Il porte sur les connaissances, les attitudes et les pratiques des prestataires de services pour ce qui concerne la violence dans la vie de leurs patientes. Y figurent environ 80 questions (la plupart fermées) qui abordent toute une série de sujets, dont: le fait de savoir si les prestataires de services ont évoqué la question de la violence avec leurs patients, avec quelle fréquence et à quelle occasion, ce que les prestataires considèrent comme des obstacles au dépistage, les réactions des prestataires à l’identification de patients qui ont subi des violences, leurs attitudes envers les femmes qui ont subi des violences, leurs connaissances sur les conséquences de la violence sexiste, et le genre de formation qu’ils ont reçue dans le passé. Disponible en anglais et espagnol.

 

Forensic and Medical Care Following Sexual Assault Service Education Programme Evaluation Questionnaire (Questionnaire d’évaluation des programmes d’éducation sur les services de soins légistes et médicaux consécutifs à l’agression sexuelle): Ce questionnaire vise à mesurer le niveau des connaissances et le taux de satisfaction du personnel médical avec sa capacité de soigner les patientes victimes d’agressions sexuelles. Il comprend des questions telles que, comment évalueriez-vous votre capacité à collecter des preuves scientifiques? Ce questionnaire peut s’autogérer ou servir comme guide pour des entretiens.

Méthodologies qualitatives, participatives

Les méthodologies qualitatives donnent un aperçu des connaissances, des attitudes et des pratiques des prestataires de services, ainsi que des pratiques et normes institutionnelles, de la dynamique de groupe et du flux de travail.

Il y a d’innombrables méthodologies qualitatives qui peuvent inclure des débats de groupes de réflexion, des récits évolutifs, la cartographie, des jeux de rôle, des diagrammes de Venn, etc.

Trousse à outils d’évaluation Twubakane des capacités à prendre en charge la VBS/TMF : Guides pour les groupes de réflexion. Les Guides pour patients, prestataires de services et collectivités sont disponibles en anglais et français.

Voir la section sur les méthodologies qualitatives du module Suivi et évaluation pour des idées et exemples d’utilisation.

 

3b. Deuxième étape: Assurer la sensibilisation et la formation du personnel.

  • Après avoir procédé à l’examen des conclusions des évaluations des CAP du personnel médical, les centres de soins seront en mesure de décider des meilleures méthodes de sensibilisation et de formation, dont:
    • Organisation d’ateliers de formation intensive à l’attention du personnel avec le concours d’experts et d’organisations extérieurs;
    • Envoi de groupes restreint de personnel aux programmes ou ateliers d’autres organisations ou établissements universitaires;
    • Embauche de nouveau personnel spécialisé dans certains aspects de la violence à l’égard des femmes;
    • Prise de dispositions pour assurer une formation et un soutien continu par des experts ou organismes spécialisés dans certains aspects comme la psychologie ou le droit;
    • Diffusion régulière de publications éducatives aux prestataires de services;
    •  Intégration de la question de la violence à l’égard des femmes dans les programmes d’autres ateliers de formation pour le personnel sanitaire.

Extrait  de S. Bott, A. Guedes, A. Guezmes et C. Claramunt, 2004. Improving the Health Sector Response to Gender-Based Violence: A Resource Manual for Health Care Professionnals (Améliorer l’intervention du secteur de la santé contre la violence liée au sexe: Manuel pratique pour les professionnels de la santé). NY, NY : International Planned Parenhood Federation/Western Hemisphere Region (Fédération internationale pour la planification familial/Hémisphère occidental) p.79. Disponible en anglais et espagnol

  • Il est impératif de se souvenir lors du développement de programmes de sensibilisation et de formation destinés au personnel que certains participants ont certainement été eux-mêmes victimes ou auteurs d’actes de violence. Il appartiendra par conséquent aux facilitateurs de prévoir ou aborder les problèmes personnels qui risquent de se poser pendant la formation. À tout le moins, il faudra assurer des services de soutien psychologique aux participants qui en font la demande pendant ou après les séances de formation.
  • Les tableaux suivants présentent certains sujets et objectifs clés en matière de sensibilisation et de formation, ainsi que des instruments de formation adaptés et autres ressources.
  •  

SENSIBILISATION DE L’ENSEMBLE  DU PERSONNEL 

Sujet

Objectifs éducatifs clés

 

Instruments potentiels

Droits de la personne et législations internationale et nationale

  • Comprendre les droits élémentaires de la personne liés à la santé et à la violence à l’égard des femmes, et apprendre à fournir des services de santé axés sur le respect de ces droits.
  • Se familiariser avec les législations nationales relatives à la violence à l’égard des femmes pour comprendre leurs obligations et pouvoir informer les femmes de leurs droits légaux.

A Human Rights-Based Approach to Programming: Practical Information and Training Materials (2010) (Approche de la programmation axée sur les droits de l’homme: Informations pratiques et matériel de formation). Ce manuel, résultat d’une collaboration du FNUAP et de la Harvard School of Public Health, fournit des indications progressives sur l’intégration d’une approche respectueuse des cultures, sexospécifique et axée sur les droits de la personne dans la programmation de chacune des trois principales activités du FNUAP : population et développement, santé reproductive et égalité des sexes. Ce manuel examine  aussi la question de l’application de cette approche aux situations d’urgence d’ordre humanitaire. Le matériel de formation annexé est également téléchargeable. Disponible en anglais.

 

Women’s Human Rights: A Manual for Education & Action on Domestic Violence and Sexual Assault (2003) (Droits de la personne des femmes: Un manuel d’éducation et d’action sur la violence familiale et l’agression sexuelle). Ce matériel de formation, réuni par le Women’s Rights Network, forme un guide pratique destiné aux défenseurs des droits de la personne. Il entend attirer l’attention au fait que la violence familiale et l’agression sexuelle constituent des violations des droits de la personne, renforcer les capacités de leadership des militants contre la violence et les mobiliser pour l’application de stratégies axées sur les droits de la personne dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes aux États-Unis. Le matériel de formation est un panachage de conférences, de vidéos et d’exercices de groupes interactifs, et examine la préparation réflective et opérationnelle autour de l’application de stratégies axées sur les droits de la personne dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes dans le cadre communautaire. Disponible en anglais.

 

Voir également l’ensemble du module sur la législation en anglais, français et espagnol.

Condition de la femme & Cadre social et culturel

  • Comprendre les problèmes liés à la problématique hommes-femmes, notamment comment l’inégalité des pouvoirs dans les relations intimes et dans les communautés expose les femmes à la violence.

 

  • Comprendre les facteurs culturels de vulnérabilité à la violence dans le cadre professionnel des prestataires de services. Alcoolisme, rapports sexuels intergénérationnels et toxicomanie sont des exemples de facteurs individuels;  extrême pauvreté, régime patriarcal et autres sont des facteurs collectifs (Hainsworth &  Zilhão, 2009).

 

Note: Les programmes de formation devraient s’appuyer sur les recherches existantes sur les attitudes envers la violence à l’égard des femmes ou, s’il y a lieu, les groupes de réflexion avec les membres de la communauté pour comprendre les normes communautaires dans ce domaine.

Oxfam Gender Training Manual (1994) (Manuel Oxfam de formation relative à l’égalité des sexes) est un instrument de formation exhaustive qui guide le lecteur tout le long d’un processus de formation par le biais de matériel  portant, en particulier, sur les présentations, les attentes, le partage d’expériences, la recherche de consensus, la prise de conscience de la problématique hommes-femmes et la conscience de soi (pour hommes et femmes), les rôles dévolus aux deux sexes, les femmes dans le monde, la participation des deux sexes au développement, l’évaluation et la planification sexospécifiques, la participation  des deux sexes aux débats sur les grands problèmes internationaux, la collaboration avec les hommes et les femmes, la communication avec les deux sexes et les stratégies de changement et d’évaluation. Le manuel peut être consulté en ligne sur Google Books ou est disponible à l’achat sur Oxfam site (site Oxfam).

 

Gender, HIV and Human Rights: A Training Manual (2000) (Condition de la femme, VIH et droits de la personne: Un manuel de formation). Ce manuel de formation réalisé par l’UNIFEM est un instrument utile pour les animateurs communautaires qui participent à la lutte contre le sida. Le manuel se compose d’une Présentation, de la Section I  consacrée aux problèmes que pose l’épidémie de VIH/sida du point de vue de la sexospécificité et des droits de la personne, de la Section II , qui examine les préoccupations sexospécifiques en matière de VIH et de développement, de la Section III , qui présente une approche axée sur les droits de la personne du problème du VIH et du sida, de la Section IV , qui rapporte les leçons tirées des ateliers de formation et de la Section V, qui est une annexe de questionnaires et de sites utiles.

 

Gender or Sex: Who Cares? (2001). Cet ensemble d’instruments publié par Ipas et Health and Development Networks se compose d’un manuel, de fiches de programmes, de diapositives et/ou de feuillets d’information. Le manuel présente la question de l’identité sexuelle et la santé sexuelle et reproductive. Bien que s’adressant tout particulièrement aux jeunes, les instruments participatifs de ce manuel peuvent s’adapter à de nombreux publics. Disponible en anglais et espagnol.

 

Inner Spaces Outer Faces Initiative Toolkit: Tools for Learning and Action on Gender and Sexuality (2007) (Instruments d’apprentissage et d’action sur l’identité sexuelle et la sexualité). Cette ressource, réalisée par Cooperative for Assistance and Relief Everywhere, Inc. (CARE) et le Centre international de recherche sur les femmes (CIRF), s’adresse aux responsables des programmes de développement et de santé. Cette trousse d’information est une compilation d’activités de formation, de réflexion et de suivi qui permet aux responsables de programmes d’identifier, d’explorer et de contester les structures sociales en matière d’identité sexuelle et de sexualité dans leurs vies ou celles de leurs partenaires, dans le cadre des interventions programmatiques et à l’intérieur de leurs organisations. Disponible en anglais.

Techniques  d’engagement de base

  • Savoir comment fournir une assistance et éviter d’accuser la victime. Le personnel sanitaire devrait apprendre à détecter et à dénoncer les attitudes réprobatrices à l’égard des femmes qui ont connu la violence et à contester l’état d’esprit qui admet la violence comme méritée ou même souhaitée, comme par exemple « les femmes aiment bien se faire châtier ». (Kim et Motsei, 2002).

 

  • Apprendre les messages clés axés sur le respect des droits de la personne qu’ils font passer aux patients, comme le droit de vivre à l’abri de la violence, de sorte que la violence n’est jamais justifiée ou « la faute des autres », le droit de refuser des rapports sexuels, etc.

 

  • Acquérir les compétences nécessaires pour traiter les problèmes éminemment psychologiques avec compassion et compréhension. Apprendre à accepter les réactions psychologiques des femmes à la violence et à rassurer les victimes que ces réactions sont normales et justifiées.

Communication Skills in Working with Survivors of Gender-Based Violence (2004) (Techniques de communication avec les victimes de la violence liée au sexe). Ce manuel de formation, réalisé par Family Health International (FHI), le Consortium sur la santé reproductive des réfugiés en situation de conflit et le Comité international de secours, est destiné aux prestataires de services qui soignent les victimes de la violence sexiste. Le manuel inclut un programme de formation de cinq jours sur les techniques de communication pour les formateurs, assorti d’une documentation, de programmes et de feuillets d’information qui pourront être utilisés par les formateurs à l’occasion de formations à venir. Le manuel examine les éléments de la violence sexiste, les stratégies de participation aux activités avec les victimes de la violence sexiste, les responsabilités des prestataires de services, les services d’orientation communautaires, les mécanismes de soutien aux prestataires de services et le processus d’évaluation. Disponible en anglais.

 

Caring for Survivors Training Manual (2010) (Manuel de formation sur les soins aux victimes). Ce manuel produit par l’UNICEF comporte deux parties. La première partie de cette série de modules de formation examine comment les acteurs multisectoriels peuvent établir des rapports de confiance et éthiques  avec les victimes de la violence. Le manuel s’inspire des directives de l’Organisation mondiale de la santé. Disponible en anglais.

 

Responsabilités de base du personnel sanitaire

  • Reconnaître l’importance du secteur de la santé dans la prestation de soins aux victimes.

 

  • Comprendre l’impact sur l’état de santé des victimes des différentes formes de violence à l’égard des femmes.

 

  • Comprendre les tâches respectives du personnel sanitaire dans la prestation de soins.

 

  • Comprendre les modèles de base utilisés contre la violence à l’égard des femmes dans le secteur de la santé.

Integrating Poverty and Gender into Health Programmes: A Sourcebook for Health Professionals: Module on Gender-Based Violence (2005) (Intégration de la pauvreté et du genre dans les programmes de santé: Recueil d’informations pour les professionnels de la santé: Module sur la violence sexiste). Ce recueil de matériel de formation, conçu par l’Organisation mondiale de la santé, vise à attirer l’attention des professionnels de la santé et à améliorer leurs connaissances et compétences sur la violence basée sur le sexe (VBS). Le module fournit des indications générales sur la VBS et le rôle des professionnels de la santé et des systèmes de santé dans la prévention et l’intervention en matière de VBS. Le module fournit également des exemples de bonnes pratiques dans les centres de santé, les programmes communautaires et les politiques de santé, des notes de facilitation et des instruments, outils et références divers. Disponible en anglais.

 

Ensuring Privacy and Confidentiality in Reproductive Health Services: A Training Module and Guide for Service Providers (2003), PATH et Global Health Council (Assurer le caractère privé et confidentiel des services de santé reproductives: Un Module de formation et Guide pour les prestataires de services). Le manuel propose des instruments, des ressources et des recommandations sur la responsabilité des agents sanitaires dans la lutte contre la violence, donne des instructions aux agents et responsables sanitaires pour l’élaboration de programmes et fournit des instruments d’analyse, de suivi, d’évaluation et de dépistage. Disponible en anglais.

 

 

 

FORMATION SPÉCIALISÉE POUR UN GROUPE RESTREINT DE PERSONNEL

Sujet

 

Principaux objectifs éducatifs

Instruments de référence

Gestion médicale de l’agression sexuelle

 

Les prestataires de soins devraient apprendre comment:

  • Fournir des soins et un soutien qui soient confidentiels, privés, dépourvus de jugement et stimulants;
  • Traiter un cas et le documenter proprement;
  • Rechercher les blessures les plus graves et fournir les soins adaptés
  • Évaluer le risque de grossesse et fournir une contraception post-coïtale ou participer à la prise de décision concernant la poursuite ou l’interruption de la grossesse si c’est indiqué ou légal;
  • Fournir une prophylaxie de prévention et de traitement des maladies sexuellement transmissibles;
  • Orienter le patient avant et après le test de VIH et administrer le test de VIH, si une prophylaxie post-exposition pour le VIH est prévue;
  • Offrir des précisions sur la législation sur le viol, sur les suites données à une déclaration d’agression à la police et les rôles réservés à la police, au parquet, à la défense et au juge, et les démarches judiciaires à accomplir par la victime;
  • Effectuer un test et vacciner contre l’hépatite B, si ces services sont prévus;
  • Fournir des indications aux victimes sur tous les examens, modes d’emploi et effets secondaires
  •  Évaluer les besoins psychologiques immédiats des victimes et fournir un traitement adapté, notamment des informations sur le syndrome traumatique post-viol;
  •  Diriger les victimes vers une source De soutien continu.

 

Le personnel qualifié devra également recevoir une formation spécialisée supplémentaire en médecine médico-légale afin de pouvoir:

  • Faire passer un examen pour agression sexuelle;
  • Collecter des preuves, à l’aide de trousses d’identification de crime chaque fois que possible ou improviser avec compétence le cas échéant, et vérifier qu’elles parviennent  aux services compétents en maintenant intacte la chaîne de preuves;
  • S’assurer que les conclusions reposent sur des preuves solides, avec notamment la constitution d’un dossier ou rapport médical exhaustif;
  • Faire preuve de compétence dans ses rapports avec la victime si bien que toutes les procédures médicales lui sont expliquées à l’avance et approuvées;
  • Comprendre les procédures judiciaires et présenter un témoignage compétent.

 

Caring for Survivors Training Manual (2010) (Manuel de formation sur les soins aux victimes). Ce manuel produit par l’UNICEF comporte deux parties. La deuxième partie examine les interventions médicales pour les victimes de l’agression sexuelle, suivant les directives de l’Organisation mondiale de la santé. Disponible en anglais.

 

Guidelines for Medico-legal Care for Victims of Sexual Violence (2003) (Guide de soins medico-légaux pour les victimes de la violence sexuelle). Ces directives, réalisées par l’Organisation mondiale de la santé, s’adressent aux professionnels de la santé et aux responsables de politiques sanitaires. Le guide fournit aux praticiens des connaissances et des techniques sur le traitement des victimes de la violence sexuelle, des instructions pour la mise en place de services et de normes de soins de santé et inclut un modèle de formulaire de consultation. Le manuel peut être utilisé à des fins d’orientation, de planification de services ou de politiques de santé ou comme matériel de formation, et adapté selon les besoins. Disponible en anglais.

 

Clinical Management of Rape Survivors: Developing Protocols for Use with Refugees and Internally Displaced Persons (2004) (Gestion clinique des victimes de viol: Développement de protocoles à adopter avec les réfugiés et les personnes déplacées dans leur propre pays). Ce matériel de formation développé par l’Organisation mondiale de la santé et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, est destiné aux prestataires de services de santé et leurs formateurs. Le manuel examine les meilleures pratiques de gestion clinique des victimes de viol (femmes, hommes et enfants) dans les situations d’urgence pour orienter le développement de protocoles et de services de planification des soins et ou de programmes de formation. Le guide explique comment procéder à un examen physique exhaustif, comment en consigner les conclusions et fournir des soins médicaux à une victime de la violence sexuelle.  Disponible en anglais, français et arabe.

 

Clinical Care for Sexual Assault Survivors (2009) (Soins cliniques pour les victimes d’agression sexuelle). Cet instrument de formation développé par le Comité international de secours s’appuie sur les normes internationales dans ce domaine et vise à améliorer les soins cliniques pour les victimes d’agression sexuelle avec des ressources limitées. Disponible en anglais.

 

Woman-Centered Abortion Care: Reference Manual (2007) (Traitement de l’avortement axé sur la femme: Guide de référence). Ce manuel publié par Ipas s’adresse au personnel sanitaire, notamment les spécialistes cliniques de la santé sexuelle et reproductive, les formateurs, les responsables de programmes, les éducateurs, les assistants sociaux et les agents chargés de la sensibilisation sur le terrain, et devrait être utilisé par des cliniciens qualifiés en conjonction avec le Woman-Centered Abortion Care: Trainer’s Manual. Le manuel se compose de deux sections qui offrent des conseils sur la qualité des soins à pourvoir aux femmes qui s’adressent aux services d’avortement et des renseignements techniques pour les prestataires de soins cliniques ou les services d’avortement. Disponible en anglais

 

Pour des outils supplémentaires, prière de consulter la base de données.

Dépistage et gestion des cas de violence familiale

 

  • Exercer avec un instrument de dépistage respectueux des cultures, de préférence  des jeux de rôles et autres méthodes participatives;
  • Traiter les blessures ou les problèmes de santé reproductive;
  • Savoir comment mener des évaluations  de sécurité;
  • Fournir un soutien d’urgence en cas de besoin et diriger les victimes vers les abris ou autres services de soins.

Family Violence Nursing Curriculum (2004) (Matériel éducatif pour des soins infirmiers de la violence familiale). Ce matériel éducatif développé par le Minnesota Center Against Violence and Abuse, USA  fournit aux établissements d’enseignement infirmier un matériel éducatif indispensable pour renforcer les compétences en matière de prévention, d’analyse et d’intervention en cas de violence pendant toute une existence. Les sections examinent l’ampleur du problème, les définitions, les dynamiques, les incidences des soins de santé, l’intégration dans l’analyse périodique, les interventions, les problèmes d’ordre juridique et éthique et la prévention. Disponible en anglais.

 

Responding to Domestic Abuse: A Handbook for Health Professionals (2005) (Interventions en cas de violence familiale: Un guide pour le personnel médical). Ce guide, développé par le Department of Health, United Kingdom (Ministère de la Santé du Royaume-Uni), offre des conseils pratiques au personnel sanitaire sur le traitement des patients qui ont été ou sont victimes de la violence familiale. Le guide aborde la question du soutien à accorder aux femmes victimes de violences et offre des instructions indispensables aux interventions médicales visant les enfants qui ont été ou sont victimes de la violence familiale. Disponible en anglais.

 

Family Violence Prevention Fund Technical Tools and Materials (Instruments et matériel technique pour un fonds de prévention de la violence familiale). Le matériel inclut des recommandations de pratiques cliniques pour adultes et enfants, un instrument d’analyse de rentabilisation pour les organismes de santé qui cherchent à développer des programmes exhaustifs contre la violence familiale, des communications sur les principes du respect du caractère confidentiel de la condition médicale des victimes, des pratiques de codification et de documentation et autres; des vidéos de formation sur le dépistage et l’intervention, des guides exhaustives de ressources et de formation; des instruments cliniques d’orientation; et du matériel éducatif pour les patients et le grand public. Le matériel est intégralement disponible en anglais.

Orientation/Soutien psychosocial aux victimes

 

 

  • Analyse par sexe de la violence à l’égard des femmes

 

  • Pratiques d’interventions d’urgence

 

  • Méthodologies de groupes d’appui

 

  • Traumatisme, capacité d’adaptation, survie

 

  • Interprétation commune du bien-être et de l’intégration sociale

 

  • Confidentialité

 

  • Techniques de communication et pratiques d’intervention

 

  • Accès aux ressources publiques et communautaires

 

  • Non-discrimination et diversité

 

  • Autonomisation

 

Counselling Guidelines on Domestic Violence (2001) (Guide d’orientation sur la violence familiale). Ce guide, développé par l’ACDI et le Southern Africa AIDS Training Programme, s’adresse aux conseillers professionnels et bénévoles et autres prestataires de services avec une expérience d’orientation limitée en matière de VIH. Partie d’une collection de guides d’orientation, ce manuel contient des directives s’appuyant sur les expériences des conseillers sur la violence familiale en Afrique du Sud. Le guide fournit des éléments d’information sur la violence familiale, ses liens avec les maladies sexuellement transmissibles et le VIH, la nature d’une orientation efficace en général, l’orientation des victimes de la violence familiale et des victimes vivant avec le sida, ainsi qu’une synthèse des opportunités et des conséquences d’actions entreprises contre la violence familiale. Disponible en anglais.

Les violences basées sur le genre: Manuel de formation à l’attention des écoutantes du réseau Anaruz (2006). Ce guide, développé par le Réseau Anaruz au Maroc, s’adresse aux assistants sociaux et au personnel des centres d’orientation. Disponible en français.

Trainer’s Manual for Rape Trauma Counselors in Kenya, Liverpool VCT (2006) (Manuel du formateur des conseillers sur les traumatismes post-viol au Kenya, Liverpool VCT). Ce guide, réalisé par le Ministère kenyan de la Santé, le Fonds des Nations Unies pour la population et Liverpool VCT, s’adresse aux formateurs des conseillers et autres prestataires de services de santé qui fournissent des soins contre le VIH. Le manuel donne des indications pour l’élaboration d’un programme d’orientation comportant trois modules, notamment des exercices avec des techniques et des simulations d’orientation. Le manuel inclut un échantillon de programme de formation, explique l’utilité et les objectifs du programme et passe en revue différents thèmes, méthodologies et instruments d’analyse. Disponible en anglais.

 

Asian Women, Domestic Violence and Mental Health: A Toolkit for Health Professionnals (2009) (Femmes d’Asie, violence familiale et état psychologique: Une trousse d’information à l’attention de la profession médicale). Cette trousse a été mise au point par le Department of Health (Ministère de la Santé) du Royaume-Uni pour permettre aux agents sanitaires de fournir des services d’orientation adaptés aux circonstances aux populations de l’Asie du Sud. Disponible en anglais.

 

The Power to Change: How to set up and run support groups for victims of survivors of domestic violence (2008) (La capacité de changer: Constitution et gestion de groupes d’appui pour les victimes de la violence familiale). Ce manuel a été produit par NANE, l’AMCV, l’Associatione Artemisia, l’organisation non gouvernementale Women’s Shelter, et la Women’s Aid Federation d’Angleterre, en tant qu’organisations participantes au Projet Daphne. Le manuel présente les principaux éléments indispensables à la constitution et gestion de groupes d’appui pour les victimes de la violence familiale, notamment trois modèles qui peuvent servir comme base de gestion de tels groupes. Disponible en anglais, estonien, hongrois, italien, portugais et serbe.

 

Pour des manuels, guides et formations supplémentaires dans différentes langues, veuillez consulter la base de données sur les outils.

 

3c. Troisième étape :  Assurer une supervision du personnel spécialisé et lui fournir des appuis en continu.

  • Le travail avec les survivantes de la violence peut présenter diverses difficultés pour les prestataires de soins de santé; ceux-ci doivent faire appel à une large gamme de connaissances cliniques, sans avoir nécessairement reçu une formation médicale approfondie en la matière.   En outre, écouter et soutenir les survivantes avec compassion exige souvent des prestataires de soins qu’ils aillent au-delà des limites de leur « zone de confort » par rapport aux patientes.  Cela peut être particulièrement difficile pour les prestataires qui ont eux/elles-mêmes été exposé(e)s à la violence.  Par ailleurs, l’exposition constante des prestataires aux histoires de violence peut induire chez eux/elles un stress croissant et mener à des traumatismes indirects et/ou à un épuisement émotionnel.
  • On parle de traumatisme indirect pour décrire le phénomène par lequel les prestataires de soins, à force d’entendre les victimes parler de leurs violences et de leurs traumatismes manifestent des symptômes de traumatisme analogues.  Les professionnels de la santé peuvent présenter des signes de réflexes de sursaut exagérée, d’hypervigilance, faire des cauchemars et souffrir de pensées intrusives, sans avoir subi de traumatismes personnellement. 
  • Peu à peu, le traumatisme indirect peut mener à un épuisement émotionnel résultant du travail avec les survivantes de violences. Parmi les symptômes physiques avertisseurs d’épuisement émotionnel figurent les maux de tête, la fatigue, une réduction de la fonction immunitaire et de l’irritabilité.  Un clinicien souffrant d’épuisement émotionnel peut commencer à se désintéresser du bien-être de ses clientes, à ne plus ressentir de compassion ou de sympathie à leur égard, voire à les détester.
  • En raison de ces difficultés, les prestataires de soins de santé qui travaillent avec des femmes et des filles victimes d’abus devraient avoir accès à diverses stratégies de réduction du stress, comprenant notamment le travail en équipe, des conditions et des structures de travail satisfaisantes, une formation continue, des soins psychologiques et des congés préventifs.
  • Les prestataires de soins de santé devraient également bénéficier d’une supervision personnelle permanente. Une telle supervision est d’une importance clé pour s’assurer que les prestataires de soins travaillent de manière optimale et qu’ils aient recours à l’auto-réflexion et à la communication pour gérer les difficultés personnelles et professionnelles de leurs activités.  La supervision professionnelle vise les objectifs suivants :
    • Offrir aux prestataires de services la possibilité de parler de leur interaction avec les survivantes pour assurer la qualité de of service to clients;
    • Offrir aux prestataires de services la possibilité de partager leurs expériences, de réfléchir à leur travail et de demander de l’aide;
    • Veiller à ce que les prestataires de services maintiennent leur distance professionnelle et ne se laissent pas submerger par leurs émotions. 
  • Parmi les méthodes de supervision professionnelle figurent :
    • La supervision individuelle :  Par ce processus, le superviseur examine les cas avec le prestataire de services et en discute avec celui-ci en se servant des notes d’entrevue.  Le superviseur est chargé d’aider le prestataire de services à appliquer des méthodes qui répondent aux besoins des survivantes tout en maintenant vis-à-vis d’elles une distance professionnelle souhaitable.  La supervision individuelle a aussi son utilité en ce qu’elle aide le superviseur à repérer les problèmes personnels du prestataire qui risquent de réduire la capacité de celui-ci à travailler avec les patientes (exposition personnelle à la violence, par exemple) et à veiller à ce que des soins appropriés lui soient dispensés.
    • Les études de cas en groupe :  Cette forme d’étude de cas permet aux prestataires de services de présenter à leurs collègues, dans un contexte structuré, les problèmes spécifiques auxquels ils/elles se heurtent dans leur travail avec une survivante donnée.  Le but des études de cas en groupe est d’offrir aux prestataires de services la possibilité de recueillir les opinions et les vues professionnelles de leurs collègues et notamment de bénéficier de l’expérience et de connaissances spécialisées de certains d’entre eux.
    • La supervision par les pairs :  Cette forme de supervision est plus détaillée que l’étude de cas en groupe. Elle permet aux prestataires de services de se parler de leur travail, de partager leurs expériences et leurs difficultés et d’échanger des idées sur les stratégies utiles. Elle a également l’avantage de promouvoir la cohésion au sein du personnel. 
    • Les groupes d’entraide entre pairs :  Il s’agit ici de la forme de supervision la plus informelle de toutes.  Ces groupes permettent aux prestataires de service de se parler, entre eux, sans la présence de superviseurs (qui peuvent avoir leur propre groupe d’entraide) de leurs sentiments sur leur travail et de s’apporter un soutien mutuel.  Ces groupes sont axés davantage sur les besoins émotionnels des prestataires de services que sur la gestion des cas.  Il est important que les superviseurs encouragent cette pratique en prévoyant dans l’horaire de travail des périodes où les prestataires de services peuvent se réunion de façon informelle. (Adapté de IRC and FHI, 2000. Communication Skills in Working with Survivors of Gender-based Violence:  A Five-day Training Manual, Day 4 [Aptitudes en matière de communication dans le travail avec les survivantes de violence sexiste : manuel de formation sur cinq jours, Jour 4].)

 

Leçon à retenir :  Lorsque la PLAFAM, l’association vénézuélienne de planification familiale, a commencé à dépister systématiquement la violence sexiste parmi ses clientes, elle a dû faire face à un problème auquel elle ne s’attendait pas : le coût émotionnel résultant chez ses prestataires de services de l’exposition quotidienne à des cas de violence sexiste.  Après une sensibilisation et une formation intensives, les prestataires savaient écouter leurs clientes avec compassion, leur donner des conseils et les orienter éventuellement vers d’autres services, mais n’étaient pas préparées aux effets secondaires qu’auraient sur eux-mêmes les récits sur la violence.  La PLAFAM a vite reconnu que les prestataires de services avaient besoin, elles et eux aussi, d’un exutoire pour parler des situations auxquelles elles/ils font face pour réduire le stress et le risque d’épuisement émotionnel.  L’établissement de groupes de soutien se réunissant mensuellement leur a offert cet exutoire mais leur a aussi donné la possibilité de parler des problématiques professionnelles survenant dans leur travail avec les victimes de violences sexistes. 

Extrait de : Bott, S., Guedes, A., Guezmes, A. and Claramunt, C., 2004. Improving the Health Sector Response to Gender-Based Violence: A Resource Manual for Health Care Professionals in Developing Countries [Amélioration de la réponse du secteur de la santé à la violence sexiste : manuel de ressources pour les professionnels de la santé dans les pays en développement]. New York, NY: International Planned Parenthood Federation: Western Hemisphere Region, p. 135. Disponible en anglais et en espagnol.

 

Exemples d’outils : 

Caring for Survivors Training Manual [Manuel de formation aux soins pour les survivants], Module 8 (Fonds des Nations Unies pour l’enfance). 2010.  Disponible en anglais.

Communication Skills in Working with Survivors of Gender-based Violence:  A Five-day Training Manual, Day 4 [Aptitudes en matière de communication dans le travail avec les survivantes de violence sexiste : manuel de formation sur cinq jours, Jour 4] (International Rescue Committee and Family Health International, 2000).  Disponible en anglais.

Helping Ourselves to Help Others:  Self-care Guide for Those Who Work in the Field of Family Violence [Nous aider nous-mêmes à aider les autres : Guide de l’auto-traitement des travailleurs dans le domaine de la violence familiale] (Claramunt/PAHO/WHO,1999). Disponible en anglais.

Insights into the Concept of Stress [Analyse du concept de stress] (Bryce, P./PAHO, 2001). Cette ressource, élaborée par le Programme de préparation d’urgence et de secours en cas de catastrophe de l’Organisation panaméricaine de la santé, fournit au personnel intervenant des connaissances théoriques et pratiques de base sur le stress et sur les principes essentiels de gestion du stress lors des incidents. Par comparaison à l’ouvrage intitulé Stress Management in Disasters [Gestion du stress lors des catastrophes], cette ressource aide le personnel intervenant à reconnaître le stress et à gérer les réactions émotionnelles aux situations traumatiques telles que les catastrophes. Bien que cet ouvrage ait été conçu pour le personnel d’intervention pour les situations d’urgence et les catastrophes, les principes peuvent être modifiés pour les appliquer à la prévention et à la gestion du stress pour l’ensemble de la communauté, notamment chez les enfants et les adolescents. Disponible en anglais.

 

Ressources supplémentaires : 

Improving the Health Sector Response to Gender-Based Violence: A Resource Manual for Health Care Professionals [Amélioration de la réponse du secteur de la santé à la violence sexiste : manuel de ressources pour les professionnels de la santé] (Bott, S., Guedes, A., Guezmes, A. and Claramunt/International Planned Parenthood Federation: Western Hemisphere Region, 2004). Disponible en anglais and espagnol.

Le National Online Resource Center on Violence Against Women [Centre national de ressources en ligne sur la violence à l’égard des femmes] contient plusieurs ressources ayant trait au soutien du personnel qui travaille avec les survivantes, notamment : 

  • Guidebook on Vicarious Trauma: Recommended Solutions for Anti-violence Workers [Guide du traumatisme indirect : solutions recommandées pour les travailleurs de la lutte contre la violence], Jan I. Richardson, Centre for Research on Violence Against Women and Children, National Clearinghouse on Family Violence (2001).  Ce guide vise à reconnaître la spécificité des expériences des travailleurs de la lutte contre la violence au Canada, et promeut l’apport d’appuis individuels et organisationnels équitables. Il examine les ripostes au traumatisme indirect dans certaines communautés et certains groupes culturels.
  • Organizational Prevention of Vicarious Trauma [Prévention organisationnelle du traumatisme indirect], Holly Bell, Shanti Kulkarni, and Lisa Dalton, Families and Society: The Journal of Contemporary Human Services (October-December 2003). Cet article discute de l’importance de l’environnement de travail dans la survenue de problèmes de traumatisme indirect chez les travailleurs s’occupant de victimes de violence domestique et sexiste.
  • Trauma, Post-Traumatic Stress Disorder and Secondary Trauma [Traumatisme, trouble de stress post-traumatique et traumatisme secondaire], Barbara Whitmer, Education Wife Assault (2001). Cet article définit clairement le traumatisme, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) et le traumatisme secondaire et explique comment ce dernier affecte les personnes qui travaillent avec des clients traumatisés.
  • Vicarious Trauma: Bearing Witness to Another's Trauma [Le traumatisme indirect : les témoins des traumatismes d’autrui], par Terri S. Nelson, indique brièvement ce qu’est le traumatisme indirect et la nécessité que les militant(e)s, conseillers et conseillères sachent ce qu’il est, en reconnaissent les signes avertisseurs et s’en protègent.