QUITTER LE SITE

Insuffisance des données factuelles pour les réformes

  • Les mécanismes de suivi sont souvent inexistants, mal financés et manquent d’autonomie.
  • La faible concertation entre les représentants de l’État comme les juges et les procureurs et les associations du barreau sur les objectifs juridiques à atteindre en matière de droits fondamentaux réduit l’éventualité d’une participation des associations du barreau au processus de suivi.

  • Les crimes de violence à l’égard des femmes ne sont pas tous déclarés et les statistiques n’en reflètent pas la réalité. De nombreuses statistiques ne sont pas ventilées par sexe. Les systèmes de collecte des données de la justice pénale n’ont pas les moyens dans bien des cas de fournir des précisions sur les dossiers personnels et les dispositions les concernant.

 Sujet précédent Pouvoir limité de changement