QUITTER LE SITE

Offrir des programmes d’éducation et de sensibilisation axés sur les droits

Beaucoup de femmes et de filles ignorent les lois sur la violence envers les femmes, leurs droits juridiques, ou ne savent pas comment exercer ces droits.  “Une sensibilisation juridique” des femmes du monde entier s’impose pour leur permettre de revendiquer leurs droits avec assurance. En proposant des programmes de sensibilisation juridique aux femmes et aux filles, les ONG ont toutes les chances de bénéficier:

  • de la confiance accrue de la communauté.       
  • de l’utilisation accrue des services qu’elles offrent.
  • des informations utiles provenant de leurs nouveaux clients (Bordat et Kouzzi, 2009).

Voici quelques mesures pour améliorer la sensibilisation juridique des femmes:

  • Établissez les besoins en connaissance juridique des femmes et des filles pour mieux cibler les actions et renforcer la participation. Les enquêtes, les ONG de femmes et les services d’aide juridique peuvent s’avérer d’excellentes sources d’information concernant ces besoins.

Colombie: un projet de sensibilisation juridique offre un service téléphonique permanent aux victimes potentielles de la traite

Une enquête a été menée en Colombie pour cerner les facteurs de la vulnérabilité humaine à la traite de personnes. Elle a trouvé que la victime de la traite correspondait au profil suivant: 

  • Elle acceptera un haut niveau de risque dans son travail ou relation conjugale.
  • Elle sera très impatiente de faire avancer sa carrière.
  • Elle subit des pressions de la part de sa famille et de ses amis pour améliorer sa situation financière.

En fonction de ces résultats, la Mission de l’Organisation internationale pour la migration (OIM) en Colombie a lancé une campaigne de sensibilisation et de prévention qui a fourni aux Colombiens un service téléphonique permanent pour les aider à prendre des décisions judicieuses en matière d’offres d’emploi. Cette initiative a été couronnée de succès, comme en témoigne l’augmentation de 400% du nombre d’appels reçus par ce service en à peine un an. Source: Mission de l’Organisation internationale pour la migration en Colombie (International Organization for Migration Mission in Colombia). 2006. Dimensiones de la trata de personas en Colombia.

  • Hiérarchisez la programmation des actions de sensibilisation juridique en fonction des véritables besoins des femmes. Créez des documents en collaboration avec des ONG et des groupes de femmes locales.

ÉTUDE DE CAS: élaboration d’un manuel de ressources sur la violence à l’égard des femmes handicapées

Un rapport réalisé par l’organisation Women With Disabilities Australia (WWDA) (Femmes handicapées - Australie) décrit les étapes de la  préparation et de l’élaboration d’un manuel de ressources sur la violence envers les femmes handicapées:

  • Établir un groupe d’étude de projets composé de femmes handicapées.
  • Élaborer un plan de projet.

1.Faire connaître le projet et produire des dépliants promotionnels. Ainsi, la WWDA a mis au point un plan systématique de distribution dans tous les États et territoires de l’Australie aux organisations de personnes handicapées, aux établissements d’enseignement et aux responsables politiques. La WWDA a aussi dressé une liste complète de distribution électronique.

2.Élaborer le cadre du manuel de ressources, en fonction des besoins des individus et des services nécessaires. Par exemple, les objectifs fixés du cadre ont prévu un produit fini simple d’utilisation qui peut être facilement envoyé par la poste et imprimé au moindre coût. Le manuel contient:

  • des informations permettant aux centres d’accueil pour les femmes et aux services d’urgence de créer des services et d’élaborer des programmes pour les femmes handicapées.
  • des informations sur les femmes handicapées adaptées aux prestataires de services et à la communauté en général. 
  • une bibliographie annotée de matériel éducatif.
  • des récits, poèmes et oeuvres d’art produits par des femmes handicapées victimes de la violence, y compris des moyens pour échapper à la violence. Le rapport fournit des modèles de dépliants sollicitant les réactions des femmes.
  • un guide des services offerts aux niveaux de l’État et/ou du territoire, de la région et du pays.

Quatre ouvrages ont été réalisés pour le manuel de ressources: More Than Just a Ramp; It’s Not OK It’s Violence; A Life Like Mine! narratives from women with disabilities who experience violence; et Forgotten sisters: a global review of violence against women with disabilities.  

Le groupe d’étude a également élaboré un formulaire de rétroaction et/ou d’évaluation, qui comportait des questions comme:

  • Est-ce que le langage utilisé dans le manuel est facile à comprendre?
  • Qu’est-ce que vous avez trouvé le plus utile?
  • Y a-t-il eu des domaines non abordés?

Le groupe a pris le plus grand soin de fournir l’information dans des formats accessibles, et a sollicité à cette fin le concours de Vision Australia, principal fournisseur de services pour aveugles et malvoyants. Le manuel de ressources est disponible dans les formats suivants:

•CD Master Audio

•Gros caractères (pdf).

•Braille

•Texte électronique

•Fichier audio (mp3)

•Format DAISY (Digital Accessible Information System)

 

Le projet a abouti à des résultats positifs, en particulier la tenue d’une conférence nationale sur les femmes et le handicap, et d’un sommet d’un jour sur la violence envers les femmes handicapées.

Pour commander un CD-ROM du manuel de ressources, veuillez vous adresser à wwda@wwda.org.au.

Source: Women with Disabilities Australia. 2007. `Development of a Resource Manual on Violence Against Women With Disabilities`.

  • Planifiez les interventions en fonction du contexte du pays. Par exemple, la production d’émissions radio et de pièces de théâtre de rue serait le plus adaptée aux pays à faible niveau d’alphabétisation des femmes. 
  • Procédez, dans la mesure du possible, à la planification stratégique de la mise en oeuvre d’une éducation fondée sur les droits, aux niveaux local, régional et national. À titre d’exemple, voir le document Combating Domestic Violence Against Women: National Action Plan 2007-2010 (Lutte contre la violence conjugale envers les femmes: Plan national d’action 2007-2010) de la République de Turquie. Le Plan vise à encourager la prise de conscience et la transformation mentale, avec des activités détaillées, des parties concernées et une phase de mise en oeuvre. Si les ressources manquent, concentrez vos efforts au niveau local et sur les catégories de femmes et de filles les plus défavorisées.
  • Les interventions doivent consister à fournir des informations sur la législation en matière de violence envers les femmes et la manière d’obtenir une aide pour les victimes de la violence. À titre d’exemple, le Women’s Rights Awareness Programme (WRAP) (Programme de sensibilisation aux droits des femmes) du Kenya, produit, entre autres documents, des publications sur Connaissez vos droits, un guide des meilleures pratiques en matière de violence sexiste, et un Répertoire des services qu’il distribue gratuitement.
  • Prévoyez la distribution anticipée d’informations aux femmes et aux  filles pour leur éviter de devenir des victimes de la violence.
Exemple: une campagne de sensibilisation multimédia aux droits des femmes a été menée à Kirkouk, en Iraq, dans les quartiers où vivent des femmes déplacées dans leur pays d’origine socioéconomique modeste. La campagne a abordé des questions comme le mariage forcé, le droit à l’éducation, et la participation politique. Des affiches et des brochures racontant des histoires simples, illustrées de caricatures humoristiques, ont été imprimées et distribuées dans les quartiers ciblés. Des émissions de radio ont également été consacrées à la campagne.  Source: UNIFEM, 2006. Promoting Women’s Rights in Kirkuk.  
  • Planifiez des campagnes d’information similaires pour les hommes et les garçons pour amorcer le changement des normes sociales et culturelles en matière d’égalité des sexes et de violence envers les femmes. Voir l’ensemble du module Hommes et garçons.         
  • Utilisez différents vecteurs de communication comme les auxiliaires juridiques, les kiosques d’information installés dans les marchés et les établissements de soins de santé, les brochures créatives, les tracts et les affiches, et les présentations dans les églises, les écoles et les garderies. 

Kenya: Formation des principaux acteurs à la nouvelle loi sur les délits sexuels

Le Kenya a adopté en 2006 une nouvelle loi sur les délits sexuels (Sexual Offence Act). À cette occasion, l’ancienne ministre de tutelle du Parlement, l’honorable Hjoki Ndungu, a lancé une série de campagnes de sensibilisation pour en assurer l’application à tous les niveaux de la société kényenne par l’entremise de la CLICK (Centre for Legal Information and Communication in Kenya), ONG de défense des droits de l’homme dont elle assure la présidence. CLICK a créé un programme qui vise à fournir des précisions sur la législation aux écolières du pays. CLICK passe par les clubs scolaires pour dispenser des formations d’un jour aux filles, qui visent à établir une corrélation entre l’éducation offerte sur les dispositions de la nouvelle loi (en particulier celles relatives au signalement de délits sexuels) et autres types d’éducation, notamment la formation en matière d’autodéfense et l’évolution de carrière. Le programme s’efforce aussi d’associer plus étroitement jeunes femmes et femmes adultes qui agissent comme mentors. Étant donné que les membres du conseil d’administration du CLICK ont été ou continuent d’être des parlementaires influents, l’ONG utilise leurs réseaux de contact à cette fin.

CLICK participe également à la formation des magistrats (en partenariat avec la Kenya Women Judges Association, CLICK a joué un rôle important dans l’élaboration d’un manuel de formation pour les officiers de police judiciaire à la loi sur les délits sexuels), des parlementaires, et des administrateurs provinciaux portant sur les provisions de la nouvelle loi. Les administrateurs provinciaux, en particulier les responsables de district et les chefs locaux, sont souvent les premiers à entendre parler des crimes de violence sexuelle commis dans les régions rurales. Bien qu’une évaluation complète du programme n’ait pas été menée à son terme, CLICK souligne que des expériences empiriques montrent que la formation et la sensibilisation ont fait évoluer les attitudes du public vis-à-vis de la violence sexuelle. Les filles semblent plus disposées à rapporter des actes de violence et le système judiciaire prend ces affaires plus au sérieux, imposant des peines plus sévères à l’encontre des auteurs de violence.

Source: Entretien avec Felix Makoyo, directeur exécutif. CLICK (mars 2011).

  • Utilisez les réseaux sociaux déjà en place, comme les organismes de petits crédits, les groupes de mères, autres groupes, et les groupes informels comme premières voies d’accès aux informations concernant l’éducation juridique.
Exemple: The Zimbabwe Women Lawyers Association (ZWLA) (Association des femmes juristes du Zimbabwe) offre une formation juridique aux groupes de femmes confrontées à des problèmes juridiques identiques, leur permettant de se représenter elles-mêmes devant un tribunal. Le projet Zimbabwe Widows and Orphans Trust Project facilite des débats hebdomadaires, appelés “Widows’ Days”, au cours desquels des veuves ont l’occasion de rencontrer des magistrats pour leur faire part des problèmes juridiques auxquels elles se heurtent (Commission de la condition de la femme des Nations Unies, 2005).
  • Préparez les jeunes à assumer le rôle d’animateurs élus par leurs pairs dans les écoles. À titre d’exemple, le Canada a lancé un projet pilote intitulé “Addressing Sexual Violence Prevention through Civic Engagement and Resource Development”. Le projet s’adresse aux lycéennes et sera exécuté par des chefs de groupes choisies par leurs camarades, qui fourniront les renseignements préliminaires et encourageront la participation aux forums communautaires confidentiels aux côtés de responsables de la société civile et de prestataires de services (E-mail avec Patricia MacIntosh, archives de l’organisation The Advocates for Human Rights, 2011).

Indonésie: des bénévoles fournissent une aide juridique

Les associations Justice pour les pauvres (Justice for the Poor) et Perempuan Kepala Keluarga ont lancé un programme d’autonomisation juridique des femmes dans certaines provinces de l’Indonésie. Des bénévoles communautaires formés fournissent des informations sur des questions comme le divorce, la succession et les droits à l’emploi, la violence conjugale et les droits des enfants, et aident les femmes chefs de famille à déposer des pétitions. Le programme réunit des représentants du secteur judiciaire et de l’administration locale pour des consultations de groupe

et des séances de questions-réponses. Les femmes ont affirmé que les réunions avec le personnel juridique, organisées dans le cadre du programme, contribuent à atténuer leur appréhension vis-à-vis de la justice.

Source: Banque mondiale. 2007. A Framework for Strengthening Access to Justice in Indonesia.

  • Présentez l’information dans les langues appropriées.

L’Inde élève le niveau de connaissance juridique

L’ONG Marg à la Nouvelle-Delhi (Inde), propose un programme d’initiation juridique pour lequel elle produit une série de documents de formation aux connaissances juridiques , notamment des livres, des manuels, des affiches, des dépliants, des feuilletons radio et des films. Marg a produit un certain nombre d’ouvrages juridiques en hindou (Hamare Kanoon) et en anglais (Our Laws), qui expliquent 25 lois dans un langage facile à comprendre. Marg a également réalisé 10 films, Bol Bosanto, qui utilisent la musique et l’action pour susciter l’intérêt. Marg a par ailleurs produit des cassettes audio tirées des films.

L’ONG indienne anime des ateliers de connaissance juridique pour les populations rurales, urbaines et les étudiants. Les ateliers sont prévues pour une trentaine de personnes et emploient des méthodes interactives comme les jeux, les chansons, les jeux de rôle et les films Bol Bosanto. Marg assure aussi des programmes de formation pour les formateurs, les étudiants et les bénévoles qui apporteront des connaissances juridiques aux régions les plus reculées.

Comme preuve du succès du programme, une ONG partenaire a révéle que deux des employées de Marg qui ont été violées peu après la fin d’un atelier sur l’initiation juridique qu’elle avait organisé ont utilisé leurs connaissances nouvellement acquises sur leurs droits pour déposer plainte. L’affaire a été portée devant les tribunaux.

Pour commander des exemplaires de la documentation de formation, veuillez contacter Marg à marg@ngo-marg.org.

Source: Rani: 2011. Legal Awareness: Why It Is a Necessity.

  • Assurez la diffusion de l’information parmi les populations minoritaires, notamment les femmes et les filles migrantes.   

Présentez l’information aux populations non alphabétisées et aux populations ayant des besoins spéciaux. À titre d’exemple, visionner le film Raising Women’s Legal Awareness Through Film-Tsunami (Organisation internationale de droit du développement, 2007).

 

  • Présentez l’information en fonction du contexte du pays. Par exemple, à partir d’enquêtes réalisées sur le terrain, un rapport consacré au viol en Namibie a publié deux recommandations qui invitent les associations de la société civile à produire et à diffuser des brochures consacrées au délit d’obstruction aux poursuites judiciaires dans une affaire de viol, et au concept stipulant que les mécanismes d’indemnisation des victimes et les poursuites pénales des actes de viol ne s’excluent pas mutuellement (Legal Assistance Centre, 2009). 
  • Présentez l’information de manière adaptée à l’utilisateur; par exemple, la couverture de la brochure doit être anodine et inoffensive pour qu’une femme puisse la consulter sans se sentir compromise. Les informations qui traitent précisément de la manière d’agir en cas de violence devraient se trouver dans les pages intérieures.    
  • Présentez l’information sur les modalités d’accès aux services juridiques de sorte que les femmes et les filles puissent:
  • savoir où s’adresser pour obtenir de l’aide selon le type de violence subi;
  • savoir où se trouvent les sièges des tribunaux;
  • connaître toutes les étapes du processus de dépôt d’une plainte;
  • comprendre le processus de traitement des affaires;
  • disposer de la liste d’ONG de femmes qui offrent des services juridiques; et
  • disposer des coordonnées des services de défense des victimes.
  • Fournissez des renseignements sur les moyens dont dispose une femme pour saisir la justice sans les services d’un avocat.
  • Offrez des ressources accessibles sur Internet en complément des sources plus traditionnelles comme la radio et la télévision. Ainsi, le Royaume-Uni a créé un site web de conseils  juridiques communautaires (Community Legal Advice).
  • Intégrez des représentations graphiques, des vidéos et des ressources audio au matériel affiché sur le site Web pour améliorer les connaissances des femmes non-alphabétisées. Par exemple, La Dynamique des femmes juristes, en République démocratique du Congo, consacre des émissions radio aux questions relatives à l’accès à la justice des femmes victimes de la violence (cliquez ici). Voir ici l’exposition internationale de 365 affiches sur la violence envers les femmes. 

Inde: sensibilisation juridique par les vidéos de l’organisation SEWA 

L’organisation SEWA (Self-Employed Women’s Association) (Association des travailleuses indépendantes), en Inde, a élaboré un programme à l’intention des communautés qui permet à leurs membres de tourner des vidéos illustrant les problèmes juridiques, économiques, ou sociaux qui les touchent personnellement. Certains membres de ces communautés sont analphabètes ou peu alphabétisés. La formulation des problèmes, le filmage des participants et la présentation du film au public constituent des éléments  de formation utiles qui contribuent à promouvoir la réforme juridique. Les programmes de la SEWA utilisent aussi des vidéos pour sensibiliser les femmes aux procédures judiciaires. À titre d’exemple, un groupe de femmes qui fabriquent des cigarettes devait témoigner devant le tribunal. Afin de les préparer au questionnement hostile des avocats de la partie adverse, la SEWA a tourné une vidéo de procédures judiciaires factices qu’elle a utilisée comme outil d’enseignement, contribuant à renforcer considérablement la confiance en soi des femmes.

Normes établis par la SEWA en matière d’utilisation de la vidéo:

1. Établissez des objectifs d’utilisation de vidéos comme outil dans votre organisation.

2.Évaluez ces objectifs. Décidez de façon critique et honnête si l’utilisation de la vidéo est le meilleur moyen d’atteindre ces objectifs. Il est très facile de se laisser séduire par la technologie et d’en ignorer les inconvénients.

3.Votre organisation a-t-elle besoin de filmer en vidéo ou d’un service vidéo pour réaliser ces objectifs?

4.Votre organisation a-t-elle les ressources humaines et financières nécessaires pour recourir à la vidéo?   Pour créer un service vidéo prévoyez ce qui suit:

  • les besoins de financement du matériel, de la formation, et des activités de suivi et opérationnelles
  • les besoins d’équipement
  • les besoins de formation
  • le temps nécessaire au renforcement des compétences
  • le besoin de modérer les attentes

5.Pour préparer la mise en place d’un service vidéo, réfléchissez soigneusement aux questions suivantes:

  • Qui a besoin de ces outils et pourquoi?
  • Qui utilisera les vidéos et à quelle fin?
  • Comment les vidéos répondront-elles aux besoins de l’organisation?
  • Qui apprendra les techniques vidéo? (Ce point est très important pour la viabilité à long terme)
  • Qui fournira la formation?
  • Qui peuvent être les ressources et/ou solutionneurs de problèmes?
    • Quel est le matériel indispensable?
    • Comment l’entretien et les réparations seront-ils assurés et/ou financés? 

6.       L’organisation peut-elle assurer l’utilisation de la vidéo à long terme?

7.       L’organisation a-t-elle les moyens nécessaires pour satisfaire les besoins suscités par l’utilisation de la vidéo?  

8.       Comment les vidéos seront-elle évaluées? Quand? Par qui?

Pour les descriptions des projets vidéo réalisés par la SEWA sur les questions de la violence envers les femmes, veuillez voir Sharing Her Story et Taking a Stand. Through Our Eyes est un projet d’atelier vidéo qui utilise des acteurs locaux et des langues locales pour aborder des questions relatives à l’intervention et à la prévention en matière de violence sexiste, notamment l’aide juridique, les consultations, et les services médicaux aux victimes dans les pays en conflit. L’initiative est financée par American Refugee Committee et Communication 4 Change. Pour voir la vidéo du premier atelier, cliquez ici.

  • Fournissez des connaissances en temps opportun aux victimes potentielles de la violence. Ainsi, l’information concernant le trafic sexuel doit être diffusée sur les sites de recherche d’emploi, dans les hôtels, les aéroports et autres lieux de passage, et dans les petites annonces, les agences d’emploi et les agences de voyage.
  • Utilisez les suggestions des experts non-juristes de la communication, en particulier celles des ONG de femmes, pour présenter les informations juridiques. Ainsi, les graphistes du site Web paraguayen Juan Cobarde ont écrit et illustré sept articles ayant pour thème la violence envers les femmes et les filles, en particulier le harcèlement sexuel, la violence conjugale, l’inceste, l’exploitation sexuelle des enfants, et la mutilation génitale féminine. Ces récits sombres, réalistes et explicites présentent de nombreux aspects du dilemme de la victime et sont suivis de propositions concrètes pour quitter une situation violente, de coordonnées pour obtenir de l’aide, et de conseils pour renforcer la sécurité de celles des victimes qui restent avec l’agresseur ou pour leur assurer une voie de sortie sûre, et pour améliorer la sécurité des enfants. En espagnol.
  • S’associer aux autorités gouvernementales pour diffuser les informations juridiques. Bien que de nombreux gouvernements reconnaissent leur obligation de sensibiliser les femmes à leurs droits, ils peuvent se montrer pourtant peu disposés ou incapables de mettre en oeuvre les stratégies nécessaires à cette fin. Collaborer avec les gouvernements dans ce domaine peut assurer la durabilité des efforts et encourager une implantation plus large des programmes.
  • Étendez la sensibilisation aux besoins juridiques des femmes aux besoins juridiques de la communauté. Les femmes qui ont reçu une formation juridique seront mieux armées et plus motivées pour réclamer des services pour les victimes de la violence dans leurs communautés respectives (PNUD, 2005).
  • Donnez l’occasion aux médias locaux de faire connaître les programmes de sensibilisation juridique par des lettres à l’éditeur et des communiqués de presse. 

Arménie: un programme télévisé contribue à l’alphabétisation juridique

Des enquêtes réalisées en Arménie ont indiqué qu’en plus de se méfier du système judiciaire, la population connaissait très peu ses droits juridiques. En 2003, la Banque mondiale et le ministère de la Justice du pays ont produit une émission télévisée intitulée “My Right” (Mon droit) pour améliorer les connaissances dans ce domaine. L’émission était animée par le ministre adjoint de la Justice, qui présentait un procès factice s’inspirant d’affaires réelles. Magistrats, juristes, étudiants en droit et autres experts y débattent des aspects juridiques de toute une série de questions comme la loi sur les successions, le droit familial et autres domaines. En 2005, deux juristes du Centre pour les droits des femmes d’Arménie ont rejoint  l’émission. “My Right” a rencontré un grand succès dans le pays et des preuves empiriques indiquent un intérêt accru des citoyens pour les questions juridiques, une demande croissante pour les services juridiques et l’utilisation des connaissances acquises grâce a l’émission pour défendre leurs droits. Par ailleurs, il semble de plus en plus évident que l’émission a contribué à renforcer la confiance du public dans l’appareil judiciaire. Source: Banque mondiale. 2005. Court TV for Armenia.

Situation particulière des filles victimes de la violence 

Les programmateurs doivent tenir compte des circonstances spéciales et des obstacles plus grands auxquels se heurtent les mineures pour accéder à la justice, et incorporer cette réalité dans les programmes de sensibilisation juridique. Parmi les défis auxquels sont confrontées les filles victimes de la violence figurent:

  • l’absence de statut juridique.
  • le manque de soutien des adultes en tant que détentrice de droits
  • la dépendance économique et physique vis-à-vis des adultes.
  • la difficulté pour comprendre le processus juridique.
  • le manque d’éducation formelle ou informelle.
  • l’agresseur peut être un membre de la proche famille, ce qui peut rendre une fille peu disposée à divulguer le crime et les autres personnes peu disposées à la croire par crainte de     représailles ou de stigmatisation sociale.

Les stratégies pour répondre aux besoins en matière d’éducation juridique des filles victimes de la violence consistent à:

  • inclure des informations relatives aux droits juridiques dans les programme scolaires.
  • offrir des sources alternatives d’information aux filles non-scolarisées, comme les clubs de couture ou autres clubs pour jeunes et les centres de santé.
  • utiliser les programmes de défense par les pairs aux à fins de diffusion de l’information. Les filles seront probablement plus susceptibles de demander des informations et de l’aide aux sources des programmes administrés sur place qu’elles connaissent bien.      
  • compléter toutes les sources d’information par des moyens concrets pour faire respecter leurs droits, comme les coordonnées des cliniques juridiques et des centres pour les droits de l’enfant, et des auxiliaires judiciaires formés aux droits des filles. 
  • fournir des informations dans les régions reculées et pauvres.
  • fournir une large gamme de services d’appui aux filles victimes de la violence (Grandjean, 2010).

 

Outils de sensibilisation juridique:  

Practical Guide and Methods to Advance Women’s Legal Rights  (The Women’s Legal Rights Initiative, 2007). En anglais.  

Addressing Gender-Based Violence Through Community Empowerment (Legal Assistance Centre, Namibie, 2008). Fournit des informations sur la violence sexiste, des thèmes de discussion pour les réunions communautaires, des propositions d’actions de groupe, et une synthèse des principaux points et des lois importantes pour usage communautaire, dans un manuel convivial comportant des exemples concrets tirés du contexte namibien mais qui sont adaptables aux situations de nombreux pays. En anglais.  

Legal Awareness Programme (The National Commission on Women, Inde). Fournit des objectifs, des thèmes de discussion et un budget pour un programme de deux jours.  En anglais.

Pocket Guide: The Combating of Domestic Violence Act (Legal Assistance Centre, Namibie, 2008). En anglais

Pocket Guide: The Combating of Rape Act (Legal Assistance Centre, Namibie, 2008). En anglais.

Handbook for Civil Society Partners: Community Education and Awareness Program on the Rule of Law (Ministère de la Justice, Liberia,  et The Carter Center, 2008). En anglais.

A Guide on Domestic Violence (The Cradle-The Children’s Foundation, Kenya, 2004). Informations relatives aux mythes et réalités de la violence conjugale et information juridique de base pour les victimes. En anglais.

A Guide on Female Genital Mutilation (The Cradle- The Children’s Foundation, Kenya, 2004). Informations relatives aux mythes et réalités de la mutilation génitale féminine et information juridique de base pour les victimes. En anglais.

 Child Sex Abuse (The Cradle- The Children’s Foundation, Kenya, 2004). Informations relatives aux les mythes et à la prévalence des agressions sexuelles contre les enfants et mesures à prendre en cas d’agression sexuelle présumée contre les enfants. En anglais.  

A Standard Survey Instrument on Legal Awareness, Appendix IV, p. 95, Legal Empowerment for Women and Disadvantaged  Groups (The Asia Group, 2009). L’enquête porte sur des questions relatives au logement à l’eau et à la santé, mais s’adapte facilement au problème de la violence envers les femmes et les filles. En anglais

 

Outils de formation médiatique: 

Training Manual for Gender Sensitization of Media on Violence against Women (Participatory Development Initiatives, Pakistan). Outil détaillé pour les animateurs d’ateliers qui comprend des objectifs, des travaux préparatoires, des activités interactives de groupe, de la documentation, des points de discussion, etc. En anglais 

How to Report Culture, Religion and Gender, a Training Manual for the Media (Inter Press Service, Afrique du Sud, 2002). En anglais.

Gender, HIV and Rights: A Training Manual for the Media(Inter Press Service International Association, Italie, 2003). En anglais.

 

Outils de collaboration avec les femmes handicapées:  

Women, Disability and Violence: Strategies to Increase Physical and Programmatic Access to Victims’ Services for Women with Disabilities (McCain, 2011). Disponible en anglais.

SafePlace, Responding to Violent Crimes Against Persons with Disabilities: A Manual for Law Enforcement, Prosecutors, Judges and Court Personnel fournit une série d’outils permettant aux professionnels du système de justice pénale, aux juristes, aux magistrats, et aux représentants de l’application de la loi de mieux réagir, enquêter et poursuivre les crimes contre les personnes handicapées. Le manuel fournit des renseignements sur les handicaps et le code de conduite en matière de handicap, les dynamiques de la violence conjugale, l’agression sexuelle, les actes de violence commis contre les handicapés par les personnes qui en ont la charge, les programmes d’aménagement sécuritaire pour les handicapés victimes de crime, et les stratégies d’une approche dynamique pour offrir des services accessibles aux personnes handicapées victimes de crime. Disponible en anglais et en espagnol.  

Braille Brochure on Family Protection Law in Jordan, for Women with Visual Impairments. La brochure résume en braille les dispositions de la loi relative à la protection de la famille. Elle a été rédigée par plusieurs experts juridiques et présentée dans le cadre d’un atelier pour personnes malvoyantes. Plus plus de renseignements, veuillez vous adresser à Karama 

Violence against Women and Girls: Your Questions, Our Answers (Gender & Development Network, 2010). Un bref aperçu utile sur la question de la violence et ses incidences sur les victimes. En anglais.