Secteur de la sécurité
Related Tools

Investissement dans l’infrastructure et les équipements essentiels

Dernière modification: December 29, 2011

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options
  • La fourniture de ressources et de matériels fondamentaux aux services de police et aux forces armées est essentielle pour accroître leur capacité à répondre rapidement et efficacement aux incidents de violence. Dans de nombreux pays, la police ne dispose pas des moyens de transport et des équipements de base pour répondre de manière satisfaisante, tels que des véhicules pour atteindre les personnes concernées, des appareils photographiques et du matériel de médecine légale pour recueillir les éléments de preuve, des téléphones pour communiquer ou des ordinateurs pour enregistrer les données. La mise à disposition d’équipement est un moyen important de renforcer la capacité de réponse institutionnelle et peut également faire fonction de mécanisme d’encouragement à progresser.

    • En Haïti, par exemple, UNIFEM a fourni des motocyclettes à la Police nationale pour lui permettre d’intervenir en cas d’incidents en milieu rural et, du fait du partenariat établi, le Commandant de la Police a conclu un accord avec ONU-Femmes comportant des cibles pour l’amélioration de la réponse aux incidents de violence sexiste.

    • Au Libéria, le Conseil norvégien pour les réfugiés fournit des motocyclettes à des groupes communautaires de manière à ce que les femmes aient plus facilement accès à la police.

  • Il est important que les ressources et les équipements soient fournis à la police en tenant compte du contexte. Dans certains cas, cela exigera une intégration par une approche globale, de manìère à ce que toutes les unités de la police en bénéficient, et pas seulement l’unité dont relèvent les personnes vulnérables ou un commissariat de police pour femmes. On évitera ainsi les déséquilibres et les jalousies entre les personnels et les unités, mais on s’assurera aussi que les unités spécialisées disposent d’une infrastructure appropriée pour fonctionner. Il y a également certains cas où il est difficile de recruter et de retenir le personnel pour le travail spécialisé concernant la violence domestique ou les personnes vulnérables, ou pour les commissariats de police pour femmes, et des ressources supplémentaires allouées à ces unités peuvent constituer un incitatif important et conférer du prestige aux personnels.

  • Tous les locaux, postes ou unités de police recevant les survivantes doivent être dotés de l’équipement nécessaire pour répondre à leurs besoins immédiats. L’infrastructure et les équipements minimum sont les suivants :

    • Une salle distincte où les survivantes peuvent faire leur déclaration, où elles peuvent être interrogées et où les éléments de preuve peuvent être recueillis en privé.

    • Des moyens de transport pour se rendre sur les lieux des incidents de violence signalés, ainsi que pour emmener l’auteur des faits du domicile (s’il y lieu), pour escorter la survivante jusqu’aux prestataires de services, centre médical ou foyer d’hébergement, et pour revenir sur les lieux pour y recueillir d’autres éléments de preuve.

    • Une ligne téléphonique gratuite pour permettre aux survivantes et autres personnes de signaler les incidents de violence et de s’informer sur le traitement des dossiers.

    • Une permanence 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, de préférence avec du personnel de service ou à défaut disponible sur appel.

    • Un appareil photo et du matériel médico-légal de base pour recueillir les éléments de preuve nécessaires pour engager les poursuites.

    • Un espace où les dossiers et les éléments de preuve peuvent être conservés en toute sécurité.

(Philippine National Police, National Commission on the Role of Filipino Women and United Nations Population Fund- UNFPA, 2008).

  • Parmi les autres points à considérer figurent également :

    • La présence de personnel de police en tenue civile pour que les survivantes se sentent plus à l’aise dans leurs interactions avec les autorités.

    • Le maintien de fournitures d’urgence pour les survivantes de viol, telles que les trousses de dépistage rapide du VIH, les traitements prophylactiques post-exposition et la contraception d’urgence (lorsqu’il y a lieu et que du personnel formé est disponible).

Performance Standards and Assessment Tools for Police Services Addressing Cases of Violence against Women [Normes de performance et outils d’évaluation pour les services de police traitant des cas de violence à l’égard des femmes] (Philippine National Police, National Commission on the Role of Filipino Women and United Nations Population Fund- UNFPA, 2008). Cette ressource destinée aux personnels de la police et d’autres forces d’application de la loi fait partie d’un dossier de cinq modules sur les normes de performance pour les prestataires de services. Elle contient une check-liste détaillée sur l’infrastructure pour évaluer et mesurer la conformité aux normes des locaux de police, assurer le suivi et l’évaluation de l’application des normes et établir une situation de référence par rapport aux normes dans le contexte philippin. Disponible en anglais; 88 pages.