Conflit/Post-conflit
Vue d'ensemble
Recueil des données
PrésentationPrincipes généraux de programmation et réflexions
Notre partenaires
Related Tools

Orientation et identité sexuelles

Dernière modification: July 03, 2013

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options
  • Une somme considérable de recherches supplémentaire est nécessaire pour comprendre comment l’on peut répondre aux besoins des LBTI dans les situations de conflit et atténuer les difficultés auxquelles elles font face. On peut toutefois émettre d’ores et déjà certaines recommandations fondamentales pour accroître la sécurité et le bien-être de ces personnes: 
  • Évaluer les besoins particuliers des lesbiennes, bisexuelles, transgenres et intersexuées avant d’entreprendre des programmes visant les VFFF. Savoir que toutes les minorités sexuelles ne s’identifient pas au moyen de l’acronyme LBTI et qu’il convient de comprendre la terminologie spécifique des différentes cultures et de s’y conformer (Human Rights Watch, 2009).
  • Sensibiliser les organisations d’aide, les travailleurs de l’aide et les organisations de la société civile et renforcer leurs capacités en leur dispensant une éducation et une formation sur les problèmes et difficultés auxquels se heurtent les personnes en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité de genre. 

 

 Exemple de cas: Au Népal, un séminaire a été conçu par la Blue Diamond Society (BDS), ONG cadre locale LBTI, le Bureau de la réduction des risques de catastrophe (RRC) de l’USAID et l’ambassade des États-Unis. Les responsables du RRC ont vu en ce séminaire, non seulement l’occasion de fournir des informations utiles, mais aussi une façon d’intégrer les suggestions et les vues de la communauté.  Le directeur du Bureau du RRC de l’USAID au Népal a noté : « Les constats posés aujourd’hui font d’une part que la communauté LBTI de Katmandou sera mieux préparée en cas de séisme de grande ampleur, mais ils éclaireront aussi les activités futures dans tout le Népal ».  Le programme d’une demi-journée s’est déroulé dans les locaux de la BDS, offrant ainsi un environnement sans danger et une atmosphère accueillante aux membres de la communauté LBTI. Avant le séminaire, des responsables de la RRC avaient consulté l’organisation pour déterminer les sujets pertinents pour la communauté et pour établir la terminologie appropriée pour se référer aux membres de la communauté participants. Au cours du séminaire, des personnes transgenres ont exprimé des préoccupations quant aux abris d’urgence, aux installations sanitaires et aux services de santé séparés pour les hommes et les femmes, et elles ont demandé comment elles devraient choisir l’installation qui garantirait leur sécurité et leur dignité. Il a été pris note de ces préoccupations et le représentant de la Croix-Rouge, qui faisait un exposé sur les services de secours au lendemain des catastrophes, a émis une invitation à assister à des séances de formation aux premiers soins; il a également proposé d’organiser de telles séances dans les locaux de la BDS où les LBTI se sentent en sécurité et n’hésitent pas à poser des questions. Un participant, responsable des droits de la personne à la BDS a déclaré: « Je n’ignorais pas la menace que présentent les séismes, mais je n’aurais jamais pensé à l’impact que cela pouvait avoir sur moi en tant qu’homme transgenre. Je sais à présent comment poser les bonnes questions et comment accéder aux services comme tout le monde. »

(Extrait de Knight, K. and Sollom, R. 2012.Making Disaster Risk Reduction and Relief Programs LGBTI-Inclusive: Examples from Nepal.” Humanitarian Exchange Magazine, Issue 55, September.)

 

  • Protéger les réfugiées LBTI des violences inspirées par les préjugés et veiller à ce que les auteurs des violences soient poursuivis en justice, quelles que soient l’orientation sexuelle ou l’identité sexuelle de la victime. Mettre en place des systèmes d’orientation efficaces pour aider les survivantes à accéder aux services, notamment des lignes téléphoniques d’urgence et des services juridiques (Breen, 2012).
  • Plaider en faveur de l’abrogation des lois et des pratiques discriminatoires qui marginalisent et oppriment les LBTI (OHCHR, 2012).
  • Reconnaître les lesbiennes, les bisexuelles et les femmes transgenres comme appartenant à l’ensemble du mouvement des femmes dans toute sa diversité; prévoir des espaces où toutes peuvent s’exprimer et favoriser la collaboration entre les organisations travaillant en faveur des droits des LBTI et les organisations œuvrant à la défense des droits des femmes (Brown, 2011).
  • Assurer aux LBTI un accès égal et sans danger aux services nécessaires tels que logement, soins de santé, moyens d’existence et conseils psychosociaux.  Veiller à ce que les survivantes de violence et d’agression sexuelle aient accès sans danger à des services non discriminatoires et sensibles à leurs besoins. (Pour de plus amples informations sur le travail avec les LGBTI dans les situations de déplacement forcé, voir UNHCR, 2011.
  • Encourager les organismes d’aide à élargir leur définition de « l’unité familiale » pour y inclure les groupes non traditionnel et non hétérosexuels de personnes vivant ensemble (Knight & Sollom, 2012).
  • Reconnaître les catégories du troisième genre ou de rôles de genre différents peut constituer une étape du plaidoyer en faveur de la sécurité et de l’inclusion des personnes transgenres, mais il reste une somme considérable de recherches à effectuer dans ce domaine.

Exemple de cas: Au Népal, le troisième genre est une catégorie identitaire pour les personnes qui ne s’identifient ni comme de sexe masculin ni comme de sexe féminin. Peuvent y appartenir les personnes qui souhaitent se comporter ou être présentées comme appartenant à un genre autre que celui qui leur a été attribué à la naissance, sur la base de leurs organes sexuels ou d’autres critères. Cette catégorie peut également comprendre les personnes qui considèrent que les rôles masculins ou féminins que leur impose leur culture ne correspondent pas à leurs véritables préférences quant à leur rôle social, sexuel ou de genre (extrait de Knight, 2012a). Pour de plus amples informations sur la politique du Népal relative au troisième genre, voir:

 

Outils supplémentaires

Le programme It’s All One Curriculum: Guidelines and Activities for a Unified Approach to Sexuality, Gender, HIV, and Human Rights Education [C’est un seul et même cursus: directives et activités pour une approche unifiée de l’éducation sur la sexualité, le genre, le VIH et les droits de la personne] été élaboré par l’International Sexuality and HIV Curriculum Working Group.  Les activités 20-21 portent spécifiquement sur les comportements sexuels entre personnes du même sexe.  Il convient d’accorder une attention particulière aux considérations culturelles et politiques traitées aux pages 10 et 11.  Haberland, N. & Rogow, D. (Eds). 2009.It’s All One Curriculum: Guidelines and Activities for a Unified Approach to Sexuality, Gender, HIV, and Human Rights Education.” New York: The Population Council, Inc.

Pour un exemple d’application du droit des droits de la personne pour les LGBTI au Kenya, voir G-Kenya Trust. My Way, Your Way, or the Right Way? Human Rights Law and the LGBTI Community in Kenya.” [Ma façon à moi, votre façon ou la bonne façon? Le droit des droits de la personne et la communauté LGBTI au Kenya] American Jewish World Service (AJWS).

MBBC (Movement Building Bootcamp for Queer African Activists) est une plateforme en ligne et un espace d’e-apprentissage pour les activistes africains effectuant des travaux progressistes dans les domaines de la sexualité, du genre, de la justice et des droits.  Le site contient des guides de formation et des ressources organisées selon divers concepts théoriques, les outils et pratiques, et la sécurité individuelle et collective. 

 

Ressources supplémentaires

Pour un article sur la nécessité de faire preuve de sensibilité dans le travail avec les réfugiés LGBTI, voir Grungas, N. 2012. Support, Not Stereotypes, When Interviewing LGBTI Refugees.” [Un soutien, pas des stéréotypes, pour les interviews des réfugiés LGBTI] Huffington Post.

Pour un guide des pratiques optimales sur la défense des droits de la personne des LGBTI, voir The Danish Institute for Human Rights and World Outgames. 2009. Copenhagen Catalogue of Good Practices.”[Catalogue des bonnes pratiques de Copenhague]

Pour des résultats de recherche et des recommandations issus de travaux avec des réfugiés LGBTI au Kenya et en Ouganda, voir Breen, D. 2012. The Road to Safety: Strengthening Protection for LBTI Refugees in Uganda and Kenya.” [La route de la sécurité: Renforcement de la protection pour les réfugiées LBTI en Ouganda et au Kenya] Human Rights First.

Pour un projet ciblant la violence envers les lesbiennes et les femmes bisexuelles en milieu rural à Sri Lanka, voir Brown, K. 2011. Struggling Against Homophobic Violence and Hate Crimes.” [Lutter contre la violence homophobe et les crimes de haine] Colombo, Sri Lanka: Equal Ground.

Pour des résultats de recherches et des recommandations préliminaires sur la réduction de la violence envers les lesbiennes au Bangladesh, en Inde et au Népal, voir CREA. 2012. Count Me In! Research Report on Violence against Disabled, Lesbian, and Sex-Working Women in Bangladesh, India, and Nepal.” [J’en suis ! Rapport de recherches sur la violence envers les femmes handicapées, les lesbiennes et les travailleuses du sexe au Bangladesh, en Inde et au Népal] New Delhi: CREA.

Pour des études de cas supplémentaires, voir ARC International.  2011. Rising Through the Challenge: Documenting and Analysing Best Practices for Advancing Human Rights based on Sexual Orientation and Gender Identity/Expression: Narratives of Best Practice Case Studies.” [Relever le défi: documentation et analyse des pratiques optimales pour favoriser le respect des droits de la personne sur la base de l’orientation et de l’identité/l’expression sexuelles: rapports narratifs sur les études des pratiques optimales].

 

Organisations internationales de LGBTI

 

ARC International

 

ARC International œuvre en faveur des droits des lesbiennes, gays, personnes bisexuelles et personnes transgenres (LGBT) au niveau international, renforce les réseaux mondiaux, améliore l’accès aux mécanismes des Nations Unies et promeut le progrès dans les domaines intéressant les LGBT au sein du système des droits de la personne des Nations Unies.

COC Netherlands

 

COC Netherlands plaide en faveur des droits des lesbiennes, gays, personnes bisexuelles et transgenres depuis 1946; elle s’emploie à obtenir l’égalité des droits, l’émancipation et l’acceptation sociale des LGBT aux Pays-Bas et de par le monde.

International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC)

 

Fondée en 1990, l’IGLHRC est l’une des grandes organisations internationales de défense des droits de la personne ayant son siège à New York; elle se consacre à l’amélioration des conditions de vie des personnes qui sont exposées à la discrimination ou aux abus en raison de leur orientation sexuelle, de leur identité sexuelle ou de leur expression sexuelle.

International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association

 

Voir, pour un site Web utile qui exerce un suivi des questions intéressant les LGBTI et des mouvements de LGBTI de par le monde. 

 

Columbia Diversa

 

Columbia Diversa est un groupe de défense des droits des LGBT fondé en 2004 à Bogotá (Colombie).  Son site Web contient des documents sur la situation des droits de la personne en Colombie, ainsi que des ressources et des matériels pédagogiques (disponible en espagnol).

Global Action for Trans* Equality (GATE)

 

 

GATE est un organisme coordinateur de réseau, facilitateur et avocat des personnes trans* auprès du « monde extérieur ». Il s’emploie à unir les mouvements trans* en vue de la réalisation d’objectifs communs, tout en élaborant des ordres du jour trans* au niveau de la conception des politiques.