Conflit/Post-conflit
Vue d'ensemble
Recueil des données
PrésentationPrincipes généraux de programmation et réflexions
Notre partenaires
Related Tools

Soins psychosociaux

Dernière modification: August 14, 2013

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options
  • Avant toute intervention de santé mentale ou psychosociale auprès d’enfants survivants, il est important de procéder à une évaluation détaillée des besoins de l’enfant et de sa famille, pour permettre aux prestataires de services de déterminer les besoins de soins spécialisés auxquels ils devront répondre dans leur intervention. 
  • L’outil ci-dessous est destiné à être utilisé à cette fin par l’IRC et l’UNICEF. Pour de plus amples informations, voir IRC & UNICEF, 2012, Caring for Child Survivors of Sexual Abuse [Soins pour les enfants survivants d’abus sexuels], chapitre 6.

[Form pp. 77 & ff.]

Code du survivant/de la survivante: Référence de l’incident:

Évaluation psychosociale de l’enfant et de la famille

Code de l’agent chargé du cas Date Heure

PARTIE II: Principaux problèmes/préoccupations

Pour cette section, les agents devraient poser des questions et/ou faire dessiner les enfants pour déterminer quels sont leurs principaux problèmes et préoccupations à la suite des actes de maltraitance. Les agents décriront ci-dessous le statut de l’enfant en relatant les termes mêmes employés par celui-ci,

PARTIE III: Contexte familial, social et spirituel

Situation de famille et arrangements : Indiquer aux fins de l’évaluation: où l’enfant vit, dort, mange, passe son temps; qui vit dans la maison et y vient fréquemment en visite, combien de frères et sœurs il a; s’il semble heureux à la maison; si l’enfant peut jouer librement et où; s’il semble avoir peur et/ou ne pas être proche de ses parents ou tuteurs ou de ses frères et sœurs; si l’enfant est traité différemment des autres enfants de la famille.

Soutien social (amis, école, participation à la vie sociale et communautaire)

 

 

Vie spirituelle/religieuse:

Autres notes : (ex. : risques pour la sécurité, etc.)

 

 

 

 

Code du survivant/de la survivante: Référence de l’incident:

PARTIE IV : Évaluation du statut fonctionnel de l’enfant

INSTRUCTIONS: L’agent chargé du cas pose les questions ci-dessous à l’enfant, en privé, dans une pièce où la confidentialité est assurée, en disant: je vais te lire une série de déclarations. Dis-moi si elles sont vraies ou non pour toi, si ces choses sont vraies depuis ______ (maltraitance subie par l’enfant, par exemple, depuis que tu t’es fait violer).

Ne cocher qu’une seule colonne

OUI

NON

REMARQUES

1. Je ne vois plus mes ami(e)s autant qu’avant.

 

 

 

 

2. J’ai cessé mes activités quotidiennes (ex. aller à l’école)

 

 

 

 

3. Je me bats plus souvent qu’avant.

 

 

 

 

4. J’ai du mal à m’endormir ou à continuer de dormir.

 

 

 

 

5. J’ai des maux d’estomac, de tête ou mal ailleurs.

 

 

 

 

6. J’ai toujours peur qu’il arrive quelque chose.

 

 

 

 

7. Je suis triste et découragé(e).

 

 

 

 

 

PARTIE V : Évaluation du dispensateur de soins (si possible)

À ce que vous comprenez, qu’est-ce qui est arrivé exactement ?

 

 

Quels sont vos sentiments sur ce qui est arrivé?

 

Quels changements avez-vous remarqués chez votre enfant depuis l’incident ?

 

 

À votre avis, qu’est-ce qui pourrait aider votre enfant maintenant ?

 

Quelles sont vos préoccupations à présent et de quoi avez-vous besoin ?

 

 

 

PARTIE VI : Forces de l’enfant et de la famille

Code du survivant/de la survivante: Référence de l’incident:

Forces de l’enfant/Facteurs de protection

(choses que l’enfant aime faire, relations positives avec les dispensateurs de soins, gens en qui l’enfant a confiance et qui le soutiennent, capacité à résoudre les problèmes, optimisme, rire, etc.)

 

 

 

 

 

 

Forces du dispensateur de soins et de la famille/Facteurs de protection

(relation solide et positive avec l’enfant, autres membres de la famille, capacité de résistance au stress, soutien social et communautaire, emploi/revenus)

 

 

 

 

 

PARTIE VII: Évaluation psychosociale et plan d’action

(réservé à l’agent chargé du cas)

Questions d’évaluation

Oui

Non

S.O.

Plan d’action pour l’intervention

(indiquer quelle est l’action, qui en est chargé et quel est le cadre temporel prévu)

1. L’enfant a-t-il/elle déclaré avoir des difficultés à fonctionner (voir les points de fonctionnement 1 à 3)? Si oui, interventions requises:

1. Résolution des problèmes

2. Programme éducatif de guérison

3. Apprentissage de la relaxation

 

2. L’enfant a-t-il/elle déclaré être anxieux/se ou préoccupé(e) (voir les points de fonctionnement 4 à 6)? Si oui, interventions requises:

1. Apprentissage de la relaxation

2. Programme éducatif de guérison

Résolution des problèmes (si nécessaire)

 

3. L’enfant a-t-il/elle signalé avoir des sentiments négatifs (voir les points de fonctionnement 71 et 8)? Si oui, interventions requises:

1. Adaptation en trois étapes

2. Programme éducatif de guérison

3. Apprentissage de la relaxation

 

 

 

 

 

 

Code du survivant/de la survivante : Référence de l’incident:

Dressez la liste des forces (de l’enfant et de la famille) qui peuvent favoriser la guérison de l’enfant.

(école, activités, sens de l’humour, etc.)

 

Autres domaines où l’on a identifié au cours de l’évaluation des besoins qui exigent une intervention (directe ou par référence à un autre service).

(s’ils n’ont pas été mentionnés précédemment)

Besoin identifié:

Plan d’action: (indiquer l’action, qui en est chargé et quels sont les délais)

 

 

Prochaine visite de suivi prévue pour le (date et heure) ____________________________

 

 

 

 

Source: IRC & UNICEF. 2012. Caring for Child Survivors of Sexual Abuse [Soins pour les enfants survivants d’abus sexuels], pp. 110-111. http://www.unicef.org/protection/files/IRC_CCSGuide_FullGuide_lowres.pdf

  • Une fois réalisée l’évaluation détaillée de la situation de l’enfant et de la famille, la mise en œuvre de l’intervention de santé mentale et de soins psychosociaux peut commencer. Les interventions devraient viser à aider les enfants:
    • À comprendre leurs réactions à la violence qu’ils ont subie et à les gérer;
    • À acquérir des connaissances pour gérer l’anxiété et le stress;
    • À acquérir de nouvelles aptitudes pour faire face aux réactions négatives;
    • À acquérir de nouvelles aptitudes à la résolution des problèmes (extrait de IRC & UNICEF, 2012 p. 188).
  • L’outil suivant est un guide applicable aux interventions psychosociales fondamentales pour faire face aux conséquences des abus sexuels chez les enfants. Pour de plus amples informations sur ces interventions et pour des outils complémentaires, voir IRC & UNICEF, 2012, Caring for Child Survivors of Sexual Abuse [Soins pour les enfants survivants d’abus sexuels], chapitre 6.

 

INTERVENTIONS PSYCHOSOCIALES FONDAMENTALES EN CAS D’ABUS SEXUELS

Les interventions psychosociales suivantes peuvent être menées dans les cas d’abus sexuels envers les enfants. Par ailleurs, la guérison par l’éducation et la formation à la relaxation peuvent être utiles pour les enfants, même s’ils ne manifestent pas de difficultés psychosociales après des abus sexuels. 

INTERVENTION 1: GUÉRISON PAR L’ÉDUCATION 

 La communication aux enfants et aux familles d’informations exactes sur l’abus sexuel les aide à en comprendre et à en gérer l’impact.  Cette intervention vise:

a. À bien faire comprendre aux enfants et aux dispensateurs de soins ce que sont les abus sexuels et quels sont les impacts qui y sont associés;

b. À faire en sorte que les enfants et les dispensateurs de soins reconnaissent les signes et les symptômes des traumatismes.

INTERVENTION 2: FORMATION À LA RELAXATION 

 Les enfants éprouvent souvent de l’anxiété ou des troubles psychosomatiques (accélération du rythme cardiaque, sueurs, tremblements) dus à l’anxiété et au stress. On peut enseigner aux enfants des techniques de gestion de l’anxiété qui leur permettent de mieux contrôler leurs réactions physiques et de se calmer.  Cette intervention vise:

a. À faire en sorte que les enfants et les dispensateurs de soins dorment bien et mangent régulièrement;

b. À faire en sorte que les enfants et les dispensateurs de soins gèrent eux-mêmes les symptômes liés au stress.

INTERVENTION 3: APPRENTISSAGE DE TECHNIQUES D’ADAPTATION 

 Les enfants peuvent éprouver des sentiments négatifs après des abus sexuels. Les techniques d’adaptation les aident à y faire face eux-mêmes.  Cette intervention vise:

a. À aider les enfants à reconnaître leurs sentiments tant positifs que négatifs;

b. À accroître la capacité des enfants à faire face aux difficultés affectives.

INTERVENTION 4: RÉSOLUTION DES PROBLÈMES

 Les enfants ont des idées et des connaissances sur la façon de résoudre leurs problèmes. Les agents chargés du cas peuvent les aider à établir des «  plans de gestion des problèmes  » spécifiquement adaptés à leur situation. Cette intervention vise:

a. À apprendre aux enfants et aux dispensateurs de soins à cerner les problèmes quotidiens;

b. À doter les enfants et les dispensateurs de soins des capacités requises pour formuler des solutions à ces problèmes.

Source : IRC & UNICEF. 2012. Caring for Child Survivors of Sexual Abuse [Soins pour les enfants survivants d’abus sexuels], p. 200. 

 

Outils complémentaires 

ARC Resource Pack [Dossier de ressources de l’ARC] (Action for the Rights of the Child (ARC). s.d). Ce dossier est un outil de renforcement des capacités pour la protection des enfants dans les situations d’urgence et de post-urgence.

Gender-Based Violence: Care and Protection of Children in Emergencies: A Field Guide [Violence sexiste: soins et protection des enfants dans les situations d’urgence – Guide de terrain] (Benjamin, J.A. and Murchison, L./ Save the Children Federation, 2004). Ce guide pratique des programmes de lutte contre la violence sexiste dans les situations d’urgence contient des stratégies utiles pour renforcer les capacités des personnels de Save the Children dans le domaine difficile de la réponse aux situations d’urgence, soit en tant que composante intégrée de travaux sectoriels soit en tant qu’intervention autonome. Il apporte donc un complément aux autres guides de terrain de cette série.

Pour des informations sur le Groupe de travail sur la protection de l’enfance et ses ressources, voir le site Web du groupe.