Conflit/Post-conflit
Vue d'ensemble
Recueil des données
PrésentationPrincipes généraux de programmation et réflexions
Notre partenaires
Related Tools

Enfants nés d’un viol

Dernière modification: July 03, 2013

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options
  • Lorsque les femmes et les filles ont des enfants du fait d’un viol, le traumatisme, la stigmatisation et la discrimination liés au viol lui-même peuvent être aggravés par le fait d’avoir un enfant (Liebling et. al., 2012,). Par exemple:

    • Les femmes et les filles ont des enfants du fait d’un viol peuvent se faire envoyer loin de leur famille et de leur communauté, sans l’appui desquelles elles peuvent souffrir de pauvreté, de malnutrition et de problèmes de santé reproductive.

    • La crainte de la stigmatisation peut empêcher les filles et les femmes enceintes de demander des soins médicaux appropriés, ce qui accroît pour elles les risques de complications à l’accouchement.

    • Les carences du système judiciaire empêchent les survivantes de viol de se pourvoir en justice après avoir été violées.

    • Les filles qui conçoivent un enfant à la suite d’un viol sont exposées à des risques supplémentaires, car elles se trouvent projetées de manière précoce dans la vie adulte, peuvent devoir interrompre leurs études, et ne sont plus perçues par leur communauté et leur famille comme des enfants dont il faut s’occuper (Liebling et. al., 2012).

  • On dispose d’informations très limitées sur les enfants nés de viol en temps de guerre, leurs vulnérabilités particulières ou leurs expériences. Les recherches indiquent que les mères qui élèvent les enfants conçus lors d’un viol vivent souvent dans une pauvreté extrême et sont ostracisées par leur famille. La stigmatisation frappe également les enfants, qui subissent des conséquences sociales, psychologiques et socioéconomiques découlant des conditions de leur naissance.

  • Par ailleurs, on note un manque de responsabilisation qui se traduit par le fait que les sanctions imposées à l’auteur du viol comprennent rarement des réparations pour la femme violée ou pour les enfants nés du viol. Les filles et les femmes n’ont qu’un accès limité aux services qui leur permettraient d’interrompre leur grossesse dans de bonnes conditions de sécurité et se trouvent contraintes de porter l’enfant à terme ou de subir un avortement dangereux.