Conflit/Post-conflit
Vue d'ensemble
Recueil des données
PrésentationPrincipes généraux de programmation et réflexions
Notre partenaires
Related Tools

Le Groupe de travail du domaine de responsabilité de la violence basée sur le genre

Dernière modification: July 03, 2013

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options
  • Le Groupe de travail du domaine de responsabilité de la violence basée sur le genre (DR-VbG) est l’une des cinq « composantes fonctionnelles » du Groupe mondial de la protection. Établi en 2008, il représente le premier effort officiel de mise en place d’un mécanisme standardisé au niveau mondial pour faciliter une approche multisectorielle de la prévention de la violence sexiste et de la réponse à cette violence. Le Groupe de travail DR-VbG vise à faciliter l’apport d’une réponse plus prévisible, plus responsable et plus efficace à la violence sexiste dans les situations d’urgence complexes, les catastrophes naturelles et autres situations analogues. Les acteurs humanitaires intervenant dans le domaine de la violence à l’égard des femmes sur le terrain devraient connaître le rôle du Groupe de travail DR-VbG au niveau mondial et sur le terrain, rôle qui est résumé dans le tableau ci-dessous.

Le DR-VbG au niveau mondial  

Le DR-VbG au niveau du terrain 

Objectif : Élaborer des mécanismes de protection efficaces et inclusifs qui promeuvent une approche cohérente, globale et coordonnée de la VbG au niveau du terrain, comportant la prévention, les soins, l’appui, le relèvement et la responsabilisation des auteurs des faits.

Objectif : Faciliter une mise en œuvre rapide des programmes visant la VbG dans les situations d’urgence en phase aiguë, comprenant une liaison et une coordination avec les autres groupes sectoriels/organisations, une formation et une sensibilisation, une planification stratégique et un suivi et évaluation.

 

Le groupe du DR-VbG est dirigé conjointement par l’UNFPA et l’UNICEF. Au quotidien, le groupe est coprésidé par l’UNICEF ou l’UNFPA et une ONG internationale. Les deux organismes de l’ONU président en alternance annuelle.  Ce groupe rassemble des praticiens et des experts de 23 ONG, de 21 entités de l’ONU et de 3 organisations internationales.

Au niveau du terrain, le Groupe sectoriel du DR-VbG peut être dénommé « Sous-groupe sur le VbG » ou « Groupe de travail sur la VbG ».

 

La Note d’orientation sur la détermination du leadership sur le terrain d’un groupe de travail du domaine de responsabilité Violence basée sur le genre donne des informations générales sur la structure de direction appropriée sur le terrain. (Voir la Section V sur la coordination pour des informations supplémentaires sur le DR-VbG.) 

Toutes les actions entreprises dans le domaine de responsabilité  Violence basée sur le genre au niveau mondial et au niveau du terrain doivent être :

  • Conformes aux Directives du CPI en matière de VbG,
  • Entreprises conformément au droit humanitaire international et au droit des droits de l’homme (voir section ci-dessus),
  • Être éclairées par les cadres juridiques régionaux ou nationaux (voir section précédente ci-dessus) dans les actions d’appui spécifiques à un pays.   

Source : Adapté de GBV AoR. 2010 [NOT 2001]. Handbook for Coordinating Gender-based Violence Interventions in Humanitarian Settings/Guide de coordination des interventions en matière de violence basée sur le genre dans les situations de crise humanitaire, p. 71.

  • Le Groupe de travail du DR-VbG s’emploie à promouvoir une approche cohérente, globale et coordonnée de la lutte contre la violence sexiste au niveau du terrain, comportant la prévention, les soins, l’appui, le relèvement et la responsabilisation des auteurs des faits.  Devant cette réalité qu’aucun organisme ne peut, à lui seul, se charger efficacement de la multitude de composantes d’une stratégie de prévention de la violence sexiste et de réponse à cette violence, le groupe du DR-VbG repose sur le principe admis que tous les groupes de travail sectoriels peuvent et doivent agir pour faire face à la violence sexiste.  Les membres du DR-VbG  prennent part aux travaux et collaborent avec les organismes chefs de file des autres groupes sectoriels et les équipes de pays humanitaires /les coordonnateurs résidents pour faire en sorte que les dispositions relatives à la protection soient intégrées dans la réponse humanitaire et reliées aux autres questions transversales (tels que genre, santé mentale et appui psychosocial, diversité et handicap) pour promouvoir la mise en œuvre de programmes complets et stratégiques.
  • Exemples d’activités spécifiques du Groupe du DR-VbG :
    • Appui aux opérations sur le terrain
      • Appui technique et conseils stratégiques par téléassistance et/ou missions sur le terrain.
      • Aide à l’application d’outils existantes et renforcement des capacités en matière de prévention de la violence sexiste et de réponse à cette violence au niveau du terrain.
      • Forum de discussion des difficultés et des réussites en matière de lutte contre la violence sexiste dans les situations d’urgence.
    • Connaissances et renforcement des capacités
      • Accès aux bonnes pratiques et aux outils mondiaux partageables et utilisables pour promouvoir des actions de prévention de la violence sexiste et de réponse à cette violence.
      • Appui direct à la formation sur divers sujets (tels que le GBVIMS, les POP, les soins aux survivantes de violence sexuelle, etc.).
    • Définition de normes
      • Outils et conseils sur les questions émergentes.
      • Appui des efforts d’intégration des normes relatives à la violence sexiste dans les groupes humanitaires au niveau mondial et sur le terrain.
    • Plaidoyer
      • Aide pour faire en sorte que la violence sexiste se voit accorder une place prioritaire dans divers contextes de crise humanitaire, y inclus par la communication de messages clés à divers groupes, tels que le Groupe mondial de la protection, la Campagne des Nations Unies contre la violence sexuelle en temps de conflit (UN Action), le Département des opérations de maintien de la paix, entre autres groupes mondiaux, et aux bailleurs de fonds.
  • En 2011, the DR-VbG a établi une Équipe de réponse rapide (Rapid Response Team - RRT) composée de conseillères en matière de violence sexiste qui peuvent être déployées dès les premiers temps de la réponse humanitaire ou à un moment critique d’une crise chronique, pour appuyer les activités de prévention et de réponse par des activités telles que :
    • Établissement/renforcement de mécanismes de coordination des interventions en matière de violence sexiste (évaluations, cartographie des capacités, élaboration de stratégies, de plans de POP, etc.).
    • Intégration systématique de la prévention de la violence sexiste et de la réponse à cette violence dans la réponse humanitaire globale.
    • Mobilisation de ressources d’urgence.
    • Préparation, planification préalable et mesures stratégiques prévisionnelles pour s’assurer que la prévention de la violence sexiste et la réponse à cette violence fassent partie intégrante de la réponse humanitaire d’entrée de jeu.
  • Lorsqu’elles ne sont pas déployées, les conseillères de la RRT appuient l’élaboration d’outils, de ressources et de conseils pour la prévention de la violence sexiste et la réponse à cette violence dans les situations d’urgence sur la base de leur expérience du terrain et des bonnes pratiques pour renforcer les capacités de programmations dans ce domaine.

  • Le DR-VbG  publie son programme de travail annuel sur son site Web.  Il organise des téléconférences mensuelles auxquelles tout le monde peut participer. 
  • Bien que le DR-VbG  s’emploie à lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles dans les situations de crise humanitaire, la protection des femmes et des filles réfugiées, demandeuses d’asile et apatrides continue de relever du mandat du HCR.  Dans les contextes d’interventions en faveur des réfugiés, c’est le HCR qui dirige seul les efforts interorganisations visant la violence sexiste; dans les autres situations de crise humanitaire, les organismes chefs de file sont l’UNICEF et l’UNFPA, conformément à l’approche des groupes de travail sectoriels. 

 Ressources supplémentaires

Pour de plus amples informations sur le domaine de responsabilité de la violence basée sur le genre (DR-VbG  / GBV AoR), voir son site officiel.

Pour de plus amples informations sur le Système de gestion de l’information sur les violences basées sur le genre (GBVIMS), cliquer ici et ici pour accéder à deux pages du site Web du GBVIMS.