Conflit/Post-conflit
Vue d'ensemble
Recueil des données
PrésentationPrincipes généraux de programmation et réflexions
Notre partenaires
Related Tools

Femmes et filles handicapées

Dernière modification: July 03, 2013

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options

La Convention relative aux droits des personnes handicapées exige que les protections des droits de la personne assurées par les lois, les politiques et les services soient accordées à toutes les personnes handicapées (Barriga, 2011; voir aussi International Disability Alliance. 2008).  Il est fréquent toutefois que ces protections ne leur soient pas accordées ou que les lois ne soient pas appliquées, et les femmes et les filles handicapées continuent de souffrir de discrimination et de risques accrus de violence. Il est impératif d’accorder une attention spéciale aux femmes et aux filles handicapées dans toutes les activités des programmes pour contribuer à prévenir et à combattre la violence à leur égard.  On trouvera ci-dessous des recommandations pour assurer la sécurité et le bien-être des personnes handicapées dans les situations de conflit (adapté de Human Rights Watch, 2010; et UNHCR, 2011.

  • Réaliser des évaluations complètes des besoins des personnes handicapées. Veiller à ce que ces personnes, en particulier les enfants, soient repérées et enregistrées et qu’il leur soit délivré des documents appropriés durant le déplacement et lors de la réinstallation.
  • Diffuser des informations sur les droits et les services disponibles selon des modalités telles que toutes les femmes peuvent y accéder, quels que soient leur niveau d’alphabétisation ou leur aptitude.  Communiquer l’information aux femmes malentendantes, malvoyantes et illettrées.
  • Organiser des formations et des ateliers sur les questions relatives aux handicaps. Sensibiliser aux lois internationales, régionales et nationales en vigueur relatives aux droits des personnes handicapées.  Plaider en faveur de l’inclusion des handicaps en tant que problème prioritaires dans les programmes gouvernementaux et les dépenses publiques.  Associer les personnes soignantes et les membres des familles aux campagnes et aux activités de diffusion extérieure.

Exemple de cas: La Women’s Refugee Commission (WRC) promeut le changement des pratiques par le biais de formations et d’ateliers avec des organisations internationales ainsi qu’avec des organisations locales de personnes handicapées. Ces ateliers ont remporté des succès notables en Inde, en Ouganda et au Bangladesh, et il est prévu d’en offrir aux Philippines, en Thaïlande et au Kenya en 2012. La WRC fournit également des conseils techniques en permanence aux bureaux de pays du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) concernant la prise en considération du handicap dans leurs programmes.

 (Extrait de  Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), à consulter pour de plus amples informations.)

  • Organiser des activités de diffusion et offrir des formations aux femmes et aux filles handicapées, leurs aides-soignantes et leur famille sur le risque de violence.  Les sensibiliser et leur apprendre à reconnaître, prévenir, éviter et signaler les situations violentes, abusives ou exploitantes.
  • Plaider en faveur de la mise en place d’aménagements appropriés dans les tribunaux, les établissements de santé, les postes de police et autres lieux auxquels les femmes handicapées ne peuvent pas accéder.  Ces aménagements comprennent des rampes d’accès, des services d’interprétation en langue des signes, des documents imprimés en Braille ou en gros caractères, des salles et des podiums accessibles et un personnel formé à la communication respectueuse avec les femmes handicapées.
  • Surveiller le respect de la part des hôpitaux, organisations et institutions gouvernementale des lois et politiques exigeant que les personnes handicapées aient accès à ces installations.
  • Développer les programmes de réadaptation/rééducation pour les personnes blessées ou handicapées du fait des conflits et des violences (par exemple dans le cas des survivantes d’explosion de mines terrestres).
  • L’aide apportée aux femmes handicapées peut accroître le risque de réactions négatives de la part des membres de la communauté qui considèrent cette aide comme un traitement de faveur.  Comme pour l’aide apportée aux populations marginalisées, des précautions particulières doivent être prises pour éviter de telles réactions:
    • Veiller à consulter pleinement les organisations représentant les personnes handicapées avant de concevoir et de mettre en œuvre un programme ou d’accorder de l’aide.
    • Songer aux répercussions possibles de l’aide et des programmes pour les femmes et les filles handicapées.
    • Accorder à toutes les femmes l’option de décider indépendamment de quels programmes elles souhaitent bénéficier et veiller à ce qu’elles soient pleinement informées de leurs choix et à ce qu’elles donnent leur consentement aux décisions.
  • Associer les femmes et les filles handicapées aux processus décisionnels aux stades de la conception, de la mise en œuvre et de l’évaluation des programmes.  Appuyer et renforcer les capacités des organisations de personnes handicapées.
  • Veiller à ce que les sites de distribution d’aliments et d’articles non alimentaires dans les camps de réfugiés et de personnes déplacées soient accessibles pour les femmes et les filles handicapées, par exemple en leur offrant de l’aide pour s’y rendre, en effectuant une distribution de porte à porte et en distribuant des paquets de plus petites dimensions. Surveiller la distribution pour détecter les cas d’exploitation, de discrimination et d’extorsion.
  • Plaider en faveur de la réunification des femmes et filles handicapées avec leurs soignantes et les membres de leur famille et en faire une priorité.
Exemple de cas: Une ONG ougandaise à Kitgum a inclus les questions relatives aux handicaps dans ses programmes d’éducation; elle offre également des ateliers sur les aptitudes aux affaires à l’intention de certains groupes de personnes handicapées, telles que les survivant(e)s d’accidents de mine (extrait de Human Rights Watch, 2010, p. 50).

 

Outils supplémentaires

SOURCE: International Online Resource Centre on Disability and Inclusion.

Source est un centre international de ressources en ligne conçu pour renforcer la gestion, l’emploi et l’impact de l’information sur le handicap et l’inclusion dans le développement et les interventions humanitaires. Il est destiné principalement aux praticiens et aux chercheurs.

  • Voir des ressources utilisables dans les situations de crise humanitaire.

Pour des recommandations plus détaillées émises par l’organisation Human Rights Watch (portant spécifiquement sur l’Ouganda mais adaptables à d’autres régions affectées par les conflits) voir Human Rights Watch, 2010,As If We Weren’t Human: Discrimination and Violence against Women with Disabilities in Northern Uganda” [Comme si nous n’étions pas des êtres humains: discrimination et violences envers les femmes handicapées dans le nord de l’Ouganda], p. 68-72.

 

Ressources supplémentaires

Pour des résultats de recherches et des recommandations préliminaires sur la réduction de la violence à l’égard des femmes handicapées, voir CREA. 2012. Count Me In! Research Report on Violence against Disabled, Lesbian, and Sex-Working Women in Bangladesh, India, and Nepal.” New Delhi: CREA, p. 149.

Organisations actives dans le domaine des droits des personnes handicapées

 

International Disability Alliance

 

 

La International Disability Alliance est un réseau d’organisations mondiales et régionales de personnes handicapées établi en 1999.  Son objectif est la promotion de la mise en œuvre pleine et entière de la Convention relative aux droits des personnes handicapées dans le monde, ainsi que le respect de la convention au sein du système des Nations Unies.

Handicap International

 

 

Handicap International est une organisation d’aide intervenant dans les situations de pauvreté et d’exclusion, de conflits et de catastrophes, pour améliorer les conditions de vie des personnes handicapées et promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux.

Women’s Refugee Commission  

 

 

L’association dite Women’s Refugee Commission se consacre, entre autres, à l’exécution de multiples programmes sur les droits et les besoins des femmes handicapées.

 

Global Disability Rights Library (GDRL)

 

Le US International Council on Disabilities a aidé à établir la GDRL, qui rassemble une vaste collection de ressources essentielles pour les organisations de personnes handicapées, les groupes de défense des droits des femmes, les organismes gouvernementaux, les institutions d’enseignement et de recherche et les autres entités de défense des droits des personnes handicapées.