Conflit/Post-conflit
Vue d'ensemble
Recueil des données
PrésentationPrincipes généraux de programmation et réflexions
Notre partenaires
Related Tools

Fonctions de la coordination

Dernière modification: July 03, 2013

Ce contenu est disponible dans

Les options
Les options
  • Trop souvent, le partage d’informations est perçu par les partenaires de la coordination comme l’objet premier de la coordination. Or, il est vrai qu’il constitue un aspect clé de la coordination, mais ce n’est toutefois pas le seul. 
  • Une coordination efficace est guidée par des principes, à savoir ceux promus par l’approche fondée sur les droits humains, l’approche centrée sur les victimes et l’approche communautaire décrites à la section III, ainsi que par des activités et des responsabilités. Les acteurs humanitaires qui mettent en œuvre les mécanismes de coordination de la lutte contre la violence basée sur le genre doivent anticiper les activités qui seront nécessaires dès le début d’une situation d’urgence et désigner les effectifs et membres du mécanisme de coordination aptes à veiller à la mise en place de ces activités. Certaines des tâches/activités de coordination qu’il est recommandé d’effectuer sont présentées ci-après. Cette liste n’est cependant pas exhaustive : il est probable que d’autres responsabilités émergent en cours de coordination. (Voir également la section Mise en œuvre d’un mécanisme de coordination.)

Activités de coordination  

Explication 

Exemples de cas et ressources supplémentaires 

Développement de systèmes d’information aux fins de la coordination 

 

Collecte et partage d’informations, y compris concernant les éléments suivants :

— le « QQO » : Qui fait Quoi et Où ;

— documents relatifs au mécanisme de coordination (termes de référence, stratégie/plan d’action, procès-verbaux des réunions, etc.) ;

— évaluations rapides et autres documents de recherche à diffuser auprès du public ;

— calendrier et supports de formation ;

— procédures opérationnelles permanentes (POP) ;

— communiqués de presse et autres documents d’information produits par le mécanisme de coordination ;

— supports d’information, d’éducation et de communication (IEC) ;

— ressources standard sur la problématique VFF.

Des informations complémentaires sur la création de systèmes d’information aux fins de la coordination et des exemples de tels systèmes sont disponibles dans le Guide de coordination VBG, section SI 3.1.

 

Appel au financement de la lutte contre la VBG 

 

Appel de fonds pour appuyer les besoins urgents :

— mécanisme de financement commun (appels éclairs, Fonds central pour les interventions d’urgence, procédures d’appel global) ;

— fonds d’intervention pour les urgences humanitaires, gérés par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ;

— fonds d’affectation spéciale multi-donateurs ;

— donateurs habituels ;

— Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes.

Voir la section VI pour de plus amples informations sur l’appel au financement.

Exemple : pour aider d’autres secteurs qui ne sont généralement pas engagés dans la prévention ou la réponse à la violence basée sur le genre à intégrer le genre et la violence basée sur le genre dans leurs propositions de procédures d’appel global pour 2010, l’Équipe volante de spécialistes de l’égalité des sexes (GenCap) au Zimbabwe a transmis des notes d’orientation aux groupes sectoriels et plaidé, lors de l’atelier de planification des procédures d’appel global, en faveur de l’intégration des questions de genre et de violence basée sur le genre comme critères de priorisation et de sélection des projets.

Ressources supplémentaires :

Guide de coordination VBG, section SI 3.2.

Bureau des fonds d’affectation spéciale pluripartenaires

Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Interagency technical guidance on UN system funding procedures (financement de l’aide humanitaire, Fonds central pour les interventions d’urgence et procédures d’appel global) Informations complémentaires sur le financement de l’aide humanitaire :

Les appels humanitaires de l’OCHA

La réforme humanitaire de l’OCHA

Le financement de l’aide humanitaire de l’OCHA

Kerr, J., 2007. The Second Fundher Report: Financial Sustainability for Women’s Movements Worldwide (Association pour les droits de la femme et le développement [AWID]).

 

Collaboration avec les médias 

 

Le fait de communiquer aux journalistes des renseignements exacts sur la VBG lors d’une situation d’urgence permet de diffuser des informations qui, utilisées de façon stratégique, pourront amener des changements positifs. Collaborer avec les médias suppose toutefois le suivi des reportages et, en tant que de besoins, une formation sur l’éthique de l’information.

Les partenaires de la coordination peuvent également interagir avec les médias au moyen de communiqués de presse, de déclarations de presse, de conférences de presse et d’interviews.

Exemple : le département VBG du ministère de l’Égalité des sexes et du Développement du Libéria a mis sur pied, en différents points du pays, un réseau conséquent de journalistes désireux de travailler en partenariat avec les agences et les groupes communautaires pour mettre fin à la violence basée sur le genre. Tous les participants de ce groupe appelé « Journalists Against GBV » (Journalistes contre la violence basée sur le genre) ont été formés selon des directives éthiques. Un représentant du groupe participe à chaque réunion de coordination VBG du ministère de l’Égalité des sexes et du Développement. Cliquez ici pour obtenir de plus amples informations.

 

Ressources supplémentaires : 

Guide de coordination VBG, section SI 3.4.

Drezin, J., (éd.), 2001. Picturing a Life Free of Violence: Media and Communications Strategies to End Violence Against Women (UNIFEM). 

Interpress Service et Gender Links, 2009Reporting GBV: A Handbook for Journalists

M. Phillips, 2000. Working with the media: notes for refugee advocates. Revue Migrations Forcées, numéro 8, p. 33- 34.

Intégration de la VBG dans d’autres 

groupes sectoriels/secteurs

 

Collaboration avec les collègues d’autres groupes/secteurs pour promouvoir des interventions interinstitutions multisectorielles visant à prévenir et à répondre à la VBG, et pour encourager les responsables sectoriels à assumer les obligations spécifiques de leur groupe/secteur en matière de VBG. (Voir la section Engagement auprès d’autres groupes sectoriels/secteurs ci-après, ainsi que la section VIII sur l’intégration de la programmation de la prévention via les groupes sectoriels/secteurs clés de l’action humanitaire.)

Exemple : à la suite des inondations survenues au Mozambique en 2007, le Groupe mondial de la protection a fusionné avec le module de l’Éducation. Par ailleurs, aucun sous-groupe VBG n’était en place. Pour garantir l’intégration des préoccupations liées à la violence basée sur le genre dans les stratégies de préparation et d’intervention dans tous les secteurs, les responsables du Groupe de la protection et de l’éducation ont désigné les coordonnateurs VBG et VIH/sida appelés à participer à d’autres groupes sectoriels. Les coordonnateurs désignés ont ainsi suivi la formation sur la protection de l’enfant et la violence basée sur le genre dans les situations d’urgence (organisée par Save the Children, le FNUAP et l'UNICEF) pour améliorer leur connaissance et leur compréhension de ces problématiques avant de remplir leurs obligations en la matière. Dans ce cadre, il leur a été remis des termes de référence et des listes de contrôle spécifiques afin de cadrer leurs activités sectorielles de surveillance. Par ailleurs, les coordonnateurs ont communiqué des rapports réguliers au Groupe de la protection et de l’éducation (Ward, 2010).

 

Ressources supplémentaires :

Guide de coordination VBG, section SI 3.5. 

 

Aide à l’élaboration de procédures 

opérationnelles permanentes (POP) 

 

Les procédures opérationnelles permanentes visent à fournir des orientations opérationnelles au niveau du terrain, qui reposent sur une approche multisectorielle de la problématique de la violence basée sur le genre. Elles requièrent dès lors l’aval de différents acteurs et agences travaillant dans ce domaine. Les partenaires de la coordination peuvent appuyer l’élaboration de procédures opérationnelles permanentes aux niveaux national et local. Il peut s’avérer utile d’effectuer des copies de toutes les procédures opérationnelles permanentes accessibles au public, en particulier pour les acteurs qui travaillent ou se rendent sur le terrain et ceux qui exercent leurs activités au niveau national. (Voir la section VII pour de plus amples informations sur les procédures opérationnelles permanentes.)

Guide de coordination VBG, section SI 3.6. 

Sous-groupe de travail sur l’égalité des sexes du CPI, 2008. Instauration de procédures opérationnelles standard (POS) sur la violence basée sur le sexe pour une prévention et une réponse plurisectorielle et interinstitutions à la violence basée sur le sexe dans les situations de crise humanitaire (Guide POS)  

 

 

Renforcement des capacités des partenaires VBG 

 

Renforcement des capacités s’appuyant sur les points forts des partenaires VBG afin d’améliorer les compétences de l’ensemble des membres du groupe de coordination. Il doit s’agir d’un processus collaboratif dans lequel l’expertise de tous les membres, des bénéficiaires aux ONG internationales, est partagée entre les partenaires de la coordination afin de permettre la création d’un mécanisme de coordination fiable et efficace. Voir la section VI pour plus d’outils de formation relatifs à la formation des effectifs et au renforcement des capacités.

 

Guide de coordination VBG, section SI 3.7.

Action pour les droits de l’enfant (ARC), 2009. ARC Partnership Approach Guidance and Tools.

Vann, B., 2004. Training Manual Facilitator’s Guide: Multisectoral &

Interagency Prevention and Response to Gender-based Violence in Populations Affected by Armed

Conflict. Consortium sur la santé reproductive dans les situations de crise (RHRC)/JSI Research and Training Institute.

Dipak N. et Michau L., 2004. Rethinking Domestic Violence: A Training Process for Community Activists (Raising Voices).

Dipak N. et Michau L., 2003. Mobilizing Communities to Prevent Domestic Violence: A Resource Guide for Organizations in East and Southern Africa (Raising Voices).

 CPI, 2010. Des besoins différents Des chances égales. Améliorer l’efficacité de l’action humanitaire pour les femmes, les filles, les garçons et les hommes. Cours en ligne. 

Élaboration de supports d’information, d’éducation 

et de communication (IEC) 

 

Mise en œuvre d’approches participatives et communautaires dans le but d’encourager des comportements bénéfiques pour la santé et le bien-être. Les objectifs de l’IEC portant sur la modification des comportements en matière de violence basée sur le genre s’articulent autour de deux axes : réduire les cas de VBG, d’une part, et donner aux victimes les moyens de rechercher l’aide dont elles ont besoin, d’autre part. Voir la section VIII pour de plus amples informations sur l’information, l’éducation et la communication, ainsi que sur d’autres interventions visant à la modification des comportements.

Exemple : lors de la flambée de violence postélectorale au Kenya en 2008, le sous-groupe VBG a élaboré un feuillet d’information à l’attention des acteurs des Nations Unies, des pouvoirs publics et des ONG locales et internationales afin de les familiariser avec les rudiments de cette problématique. La rédaction de ce feuillet d’information a permis aux membres du sous-groupe de débattre des concepts clés et de s’accorder à leur sujet, et de partager de façon normalisée les informations avec les partenaires extérieurs au sous-groupe (Ward, 2010).

 

Ressources supplémentaires : 

Guide de coordination VBG, section SI 3.8.

Through Our Eyes: Participatory Communication for Community Empowerment and Social

Change (ARC, en cours).

FNUAP, 1999. La santé reproductive en situations de réfugiés – Manuel de terrain interorganisations, Appendice 1.

CPI, 2005. Directives en vue d’interventions contre la violence basée sur le sexe dans les situations de crise humanitaire : Centrage sur la prévention et la réponse à la violence sexuelle dans les situations d’urgence.

 

Réalisation d’évaluations et collecte de données, suivi et gestion des connaissances 

 

La collecte sûre et éthique d’informations concernant la nature et l’ampleur de la VFF ainsi que la disponibilité, l’utilisation et l’efficacité des services prodigués dans un contexte donné permet de garantir que les priorités identifiées par les partenaires de la coordination sont fondées sur des faits et, en conséquence, que l’élaboration et la mise en œuvre des projets, les travaux stratégiques, les demandes de financement, les efforts de plaidoyer, etc., sont ancrés dans des problèmes identifiés et des besoins connexes. Voir la section VI pour de plus amples informations sur les évaluations, et la section VII sur le recueil de données sur la fourniture de services.

Exemple : en Ouganda, les membres des sous-groupes de district VBG ont constaté qu’une évaluation rapide de la violence basée sur le genre dans les camps de transit et d’accueil des rapatriés s’imposait. Le sous-groupe VBG au niveau national a organisé des évaluations rapides interinstitutions dans quatre districts concernés, sous la direction du département des Affaires sociales des autorités locales. De nombreuses organisations ont contribué à l’élaboration de l’outil d’évaluation et aux efforts logistiques, ainsi qu’à la diffusion des résultats de l’évaluation. En raison du caractère interinstitutionnel de cette recherche, les conclusions ont bénéficié d’un niveau de participation important. Ainsi, un grand nombre de partenaires, autorités publiques incluses, ont revu leurs priorités et leur approche de la programmation pour mieux prendre en compte l’évolution des besoins sur le terrain (Ward, 2010).

 

Ressources supplémentaires :

Guide de coordination VBG, section SI 3.7.

 

Ward J. (éd.), 2004. Violences sexo-spécifiques : Manuel d’outils pour l’évaluation préliminaire, la conception, le suivi et l’évaluation de programmes en situations de conflit(s). Consortium sur la santé reproductive dans les situations de crise (RHRC).

Outils du Domaine de responsabilité VBG sur la gestion de l’information.

OMS, 2007. Principes d’éthique et de sécurité recommandés par l’OMS pour la recherche, la documentation et le suivi de la violence sexuelle dans les situations d’urgence. 

Ellsberg, M. et Heise, L., 2005. Researching Violence Against Women: A Practical Guide for Researchers and Activists. Washington, D.C. : OMS, PATH.

Plaidoyer 

Le plaidoyer est une des grandes responsabilités de tout mécanisme de coordination : il peut servir à influencer les décideurs afin d’induire des changements au niveau des politiques et des programmes de protection des femmes et des filles contre la violence en situations de conflit et d’après-conflit. (Voir la Note sur le plaidoyer ci-après.)

Pour de plus amples informations sur le plaidoyer en situations de crise humanitaire, voir le GBV Emergency Response and Preparedness. Participant Handbook (Manuel du participant : interventions d’urgence et préparation aux urgences en matière de violence sexiste) du Comité international de secours. Module 5 : Advocating in Emergencies (Le plaidoyer en situations d’urgence) (2012).

Guide de coordination VBG, sections SI 3.2, 3.3 et 3.4.

Série de manuels de formation du Centre pour l’éducation, le développement et les activités en matière de population (CEDPA), 2000. Gender, Reproductive Health, and Advocacy (Washington, D.C., Sessions 9 à 14.)

International Alert et Women Waging Peace, 2004. Inclusive Security, Sustainable Peace: A Toolkit for Advocacy and Action, Section 5: Protecting Vulnerable Groups, Londres : International Alert et Women Waging Peace.

Barry, Jane (Fonds d’action urgente), 2005. Rising Up in Response: Women's Rights Activism in Conflict.